Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS
Amériques

Guy Stresser-Péan, Les Lienzos d’Acaxochitlán (Hidalgo) et leur importance pour l’histoire du peuplement de la Sierra Norte de Puebla et des zones voisines

Édition bilingue en français et en espagnol. México, Gobierno del Estado de Hidalgo/Centre français d’études mexicaines et centroaméricaines (CEMCA), 1998, 276 p. + 3 pl. h. t.
Patrick Lesbre
p. 316-318

Texte intégral

1Après avoir apporté à la communauté scientifique un codex historique inédit de la zone nord acolhua (Xicotepec)1, Guy Stresser-Péan publie une étude savante et exhaustive de deux Lienzos d’Acaxochitlan, village proche, dont les originaux ont malheureusement disparus depuis 1995. Grâce à des photographies antérieures et à un long travail de reconstitution par dessins, l’auteur restitue ces deux documents cartographiques et pictographiques indigènes coloniaux qui, quoique tardifs en apparence, s’avèrent indispensables.

2Ainsi cet ouvrage est-il prétexte à une magistrale étude de géographie historique d’une zone négligée car située en dehors du Haut Plateau central mexicain, mais néanmoins d’une grande importance en tant que lieu de contact entre deux cultures (totonaque et nahua), deux langues et deux mondes (haut-plateau et terres chaudes). Comprenant treize chapitres, il s’articule en deux parties, la première servant de longue mais indispensable introduction à la seconde, consacrée à l’explication détaillée des manuscrits.

3Dans les sept premiers chapitres, l’auteur présente le cadre historique, les langues et dialectes (et leur évolution), les traditions des Chichimèques du sud de la Sierra de Puebla dont il discute la validité avant de s’intéresser au dialecte olmeca-mexicano, aux traditions des Totonaques de Zacatlan et à la seigneurie de Huauchinango. On ne peut que renvoyer le lecteur aux démonstrations de Guy Stresser-Péan, à la fois très précises et richement documentées, illustrées de cartes et de dessins qui en facilitent la compréhension pour le non-spécialiste et même pour le chercheur que tant d’érudition pourrait décourager.

4L’auteur s’efforce de restituer l’histoire probable de cette région mal connue à partir des rares sources disponibles (à la chronologie plus que vague) et des données linguistiques. Il propose notamment une correction des confusions de dates des Relations Géographiques (la venue supposée d’Olmos dès 1526) et relève des erreurs de rédaction manifestes (arrivées des Chichimèques et départs des Totonaques). Il n’est donc pas dupe des périodicités légendaires de ces récits fondateurs. Ses discussions des versions de chroniqueurs comme Alva Ixtlilxochitl sont des plus intéressantes. À cela s’ajoutent de remarquables observations ethnographiques, telles celles qui concernent l’introduction puis la disparition de l’usage du huacal (hotte de portage à dos), à partir des données pictographiques, archéologiques, ethnologiques et linguistiques. Ou bien, corrigeant les ouvrages récents de spécialistes de la langue totonaque, il retrace la diffusion du nahuatl classique (langue de communication des seigneurs et des commerçants, puis en partie de l’Église et de l’administration coloniale). Sa constatation de la coïncidence des limites actuelles entre les deux dialectes nahua de la Sierra avec les limites anciennes des seigneuries de Tetela et de Zacatlan est une contribution majeure à l’histoire locale. Il en va de même de la persistance de l’usage de l’otomi à Acaxochitlan, analysée pertinemment comme l’indice que la conquête de cette région ne se fit pas à partir de Tulancingo mais plutôt par une voie traditionnelle. On ne peut que savoir gré à l’auteur de la grande précision géographique dont il fait preuve tout au long de son livre. Soulignant le rôle charnière de Zacatlan, à la limite des deux régions naturelles (hauts plateaux et terres chaudes) opposées mais complémentaires, Guy Stresser-Péan parvient également à saisir les changements administratifs obtenus par les Totonaques à la fin du xvie siècle ou le fractionnement colonial de ces divers États indigènes aux xviie et xviiie, données passionnantes pour tout spécialiste de l’histoire coloniale.

5Ces chapitres conduisent tout naturellement à aborder Acaxochitlan et les deux Lienzos qui en proviennent. Un tableau résume clairement la description coloniale de ce chef-lieu de l’État d’Hidalgo grâce à un patient travail d’identification des seize villages cités, dont le nom nahuatl a parfois changé ou est tombé en désuétude. Le travail concernant les manuscrits et les glyphes présente encore plus d’intérêt.

6Le Lienzo A, datant de 1639, entièrement reproduit et dont les détails sont agrandis dans de nombreuses illustrations en regard du texte, correspond aux limites du territoire communal. L’auteur observe avec justesse que ce document cadastral n’est pas orienté traditionnellement de façon indigène. Ce qui n’empêche pas les variations du dessin de traduire la hiérarchie des villages. On y relève des traits tardifs de cartographie indigène (cours d’eau, profils arrondis des montagnes).

7Le Lienzo B, un peu plus grand, est beaucoup plus complexe. On ne remerciera jamais assez l’auteur de mettre à la disposition des chercheurs de tous ordres une reproduction de qualité exceptionnelle en noir et blanc d’un document pour l’instant disparu. La magnifique mais tardive représentation en perspective du village d’Acaxochitlan permet de mieux distinguer ses différents édifices, monuments, vergers, chaumières et maisons aux toits de bardeaux. Les données cartographiques (montagnes, chemins, hydrographie, villages des alentours), patiemment analysées, donnent lieu à une savante discussion attestant la survivance de traditions indigènes de cartographie (sept villages et treize hameaux ou lieux-dits accompagnés de leur glyphe). Grâce à ces glyphes, l’auteur parvient à corriger certaines gloses fallacieuses (Toltecoyan, Tlapitzaloyan) et à reconsidérer certains glyphes européanisés. Il discute également le glyphe d’Acaxochitlan et son identification. Il serait trop long d’entrer dans le détail des 59 noms de lieux répertoriés dans ce document dont l’intérêt principal réside dans la réutilisation, pour son élaboration, de manuscrits du xvie siècle. Ainsi apparaît une vieille revendication sur un territoire contesté (cinq villages rattachés à Huauchinango en 1543) et ce que l’auteur identifie comme un itinéraire revendicatif.

8La technique employée et les gloses reflètent aussi les préoccupations d’une petite bourgeoisie créole ou métisse au xviiie siècle. La mention d’une « deuxième conquête en 1738 » est à cet égard capitale. Guy Stresser-Péan parvient à restituer avec brio les modifications coloniales des territoires géopolitiques, y compris l’agrandissement de Huauchinango aux dépens d’Acaxochitlan et de Xicotepec. Le dernier chapitre porte sur les royaumes de Xiuhcoac et de Tuzapan, dont la région d’Acaxochitlan conditionnait l’accès, et constitue un apport des plus intéressants à la connaissance des marches septentrionales de l’empire aztèque.

9Guy Stresser-Péan nous offre donc un ouvrage d’une très grande richesse scientifique. Si nous ne partageons pas ses vues concernant la rébellion d’Ixtlilxochitl, il ne s’agit toutefois que d’un point de détail. L’ensemble est d’une extrême rigueur scientifique et propose un travail de lecture des glyphes tout à fait pertinent. L’auteur va même jusqu’à signaler le souci de recourir à des glyphes topographiques archaïsants pour affirmer l’antiquité des droits invoqués : c’est un point fondamental, car trop souvent ignoré, des réalités coloniales de l’usage de l’écriture traditionnelle. L’ouvrage comprend 28 cartes, géographiques, linguistiques et historiques (invasions, territoires de royaumes préhispaniques, morcellement administratif colonial, etc.). Il est agrémenté de planches regroupant les différents détails des Lienzos, mais aussi de dessins d’autres manuscrits pictographiques, de documents d’archives ou de gravures scientifiques. Un appendice répertorie plus de 80 noms de lieux. Au total, il s’agit là d’un indispensable outil de travail pour tout chercheur s’intéressant tant soit peu à l’empire aztèque, à l’implantation du système colonial espagnol, aux reconfigu-rations territoriales et aux données lin- guistiques contemporaines. La facilité apparente de l’auteur à jongler avec ses sources témoigne d’un immense travail d’érudition dont il serait dommage de ne pas prendre connaissance.

Haut de page

Notes

1 Cf. Guy Stresser-Péan, El Códice de Xicotepec. Estudio e interpretación, México, Gobierno del Estado de Puebla, Centro Françès de Estudios Mexicanos y Centroamericanos, Fondo de Cultura Económica, 1995. [Voir le compte rendu de ce livre par Patrick Lesbre dans L’Homme, 1997, 144 : 202-204. Ndlr.]
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Lesbre, « Guy Stresser-Péan, Les Lienzos d’Acaxochitlán (Hidalgo) et leur importance pour l’histoire du peuplement de la Sierra Norte de Puebla et des zones voisines », L’Homme, 162 | 2002, 316-318.

Référence électronique

Patrick Lesbre, « Guy Stresser-Péan, Les Lienzos d’Acaxochitlán (Hidalgo) et leur importance pour l’histoire du peuplement de la Sierra Norte de Puebla et des zones voisines », L’Homme [En ligne], 162 | avril-juin 2002, mis en ligne le 02 juillet 2007, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lhomme.revues.org/9981

Haut de page

Auteur

Patrick Lesbre

Université de Toulouse-Le Mirail, Groupe de recherche sur l’Amérique latine, Toulouse.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org