Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Asie

Gérard Colas & Gilles Tarabout, eds, Rites hindous, transferts et transformationsParis, Éd. de l’Ehess, 2006, 500 p., bibl., ill., carte (« Purushartha »)

Marine Carrin
p. 251-253

Texte intégral

1Gérard Colas et Gilles Tarabout proposent, dans ce volume bilingue, l’étude des changements que les rites hindous ont subis dans l’histoire, ainsi que les transformations qui les caractérisent aujourd’hui en Asie du Sud et dans le monde hindou de la diaspora.

2L’ouvrage est divisé en trois parties : la première met en évidence des cas exemplaires de modification des rites ; la deuxième montre comment certains rites hindous servent de modèles pour structurer le phénomène religieux ; la troisième, enfin, souligne comment le phénomène rituel permet de redéfinir le passé, quitte à donner à voir un ordre anachronique de la société. Dans leur introduction à la fois claire et précise, les responsables de ce volume s’interrogent avant tout sur les « raisons et les conditions des transformations repérées ». Nous ouvrant des pistes suggestives, ils pointent les difficultés méthodologiques qu’il leur a fallu éviter au cours des séminaires qui ont marqué l’élaboration de cette réflexion collective, tels le repérage des modifications dans les rites contemporains et la question de la périodisation des textes anciens.

3Les quatre études de la première partie proposent une analyse contextuelle des transformations rituelles à des époques fort différentes et dans des domaines contrastés. L’article de Alexander Henn pose une question essentielle : comment peut-on reconstituer au niveau de l’iconographie et de la conceptualisation théologique l’évolution d’un dieu mineur tutélaire local devenu une puissante divinité urbaine de la ville de Mapusa à Goa, dont l’émergence a marqué le déclin colonial et suscité le renouveau hindou ? Associant également ethnologie et histoire, Gérard Toffin nous montre comment de nombreux éléments de l’Indra Jatra de Katmandou ont été remaniés au xviiie siècle et, plus récemment, en impliquant une certaine laïcisation de la fête. Ce changement met au jour deux théories de légitimation du pouvoir : l’une investit le peuple et l’autre associe le pouvoir royal au sacré, une évolution qui implique une certaine folklorisation de la fête où les touristes occupent désormais la place du roi. Les deux études suivantes cherchent à comprendre comment certains textes hindous de différentes traditions permettent d’aborder les changements rituels. Shingo Einoo analyse l’évolution de la consécration (la diksa) dans les textes rituels post-védiques au cours de laquelle le prêtre se livre à une cérémonie pour se purifier consistant en un jeûne de plusieurs jours et un bain. Cette diksa figure dans les descriptions des rites védiques tardifs et concerne ceux pour lesquels les exigences de pureté semblent avoir été transférées sur la personne du prêtre. Également consacré à la notion de diksa, l’article de Dominic Goodall montre que dans le Saiva Siddhanta, cette initiation devient une pratique destinée à assurer l’accès à la délivrance.

4Dans la deuxième partie qui concerne les modèles du rite, Michel Angot centre son analyse sur la question de la substitution dans le Veda, que celle-ci relève de l’étymologie, de la logique ou de la grammaire. L’auteur met ainsi en parallèle le découpage de la parole avec celui d’une victime sacrificielle, deux registres dans lesquels l’opération de substitution s’impose comme opérateur rituel. On l’aura compris, c’est une des particularités des textes hindous que de s’interroger sur la nature et le sens du rite. Chez les ethnologues, la question de l’authenticité, ou de la transformation des rites, se saisit sur le modèle de la substitution des agents rituels. Ainsi Bénédicte Brac de la Perrière montre-t-elle comment en Birmanie le rituel de consécration des statues de Bouddha, malgré le bouddhisme anti-ritualiste qui caractérise ce pays, comporte une « animation » des statues qui s’opère, sur le modèle indien, par des rituels de transferts de pouvoir. Chez les Magar du Népal, Marie Lecomte-Tilouine analyse la façon dont l’activité rituelle est étroitement liée à des changements politiques tels que le remplacement du collecteur d’impôt délégué du roi au profit d’un homme élu par l’ensemble de la population. Mais, elle montre que les différentes transformations d’un rituel sont souvent liées au statut d’un groupe et donc à des enjeux de pouvoir. Dans cette optique, elles font également souvent l’objet de négociations dont les acteurs sociaux sont plus ou moins conscients. Daniela Berti rapporte qu’en Himachal, le roi parvient à maintenir un rôle rituel lors de la fête du Dasahra tandis que l’État a pris en main le patronage artistique afin de rendre hommage à la démocratie, une interprétation qui s’écarte du modèle pan-indien pour prendre une valeur identitaire. La contribution de Caroline et Filippo Osella met l’accent sur des substitutions sacrificielles au Kérala, où a lieu le simulacre de la mise à mort de deux garçons de basse caste dédiée à la déesse Bhadrakali. Les changements innovants qui marquent ce rituel sont revendiqués par ceux qui luttent pour établir de telles transformations, phénomène qui dévoile les enjeux identitaires des communautés. C’est ainsi que Silvia Vignato analyse les nouvelles formes que prend le culte de la déesse Bhadrakali dans deux pays de la diaspora tamoule, où l’Inde « imaginée »1 soutient tour à tour les revendications ethniques des Tamouls indonésiens et l’évolution des mouvements de dévotions malais.

5Les développements de la troisième partie portent sur le rapport que les participants du rite entretiennent avec le passé. Se gardant d’établir une parenté fondamentale entre yajna et puja, Gérard Colas explique qu’il ne faut pas confondre les rites avec leurs gloses, fussent-elles empruntées à des textes qui ont servi à « normer » les modifications ou les transferts que les ritualistes ont opéré sur les invocations (mantra). Gilles Tarabout illustre cette dimension à partir d’un corpus d’histoires de divination qui s’interrogent sur certains types de « performances rituelles » célébrées dans les temples. On invite ainsi les dieux à juger de la qualité des rites. On l’aura compris, et c’est là un des mérites de ce volume fascinant, l’illusion de la permanence du rite est le fruit d’un travail incessant, comme le souligne Marie-Claude Mahias dans son analyse du don de nourriture aux ascètes Jain digambar. Un don qui, chez les Jain, prend une importance croissante dans les écrits comme dans les pratiques rurales ou urbaines.

6Les anthropologues ne sont pas les seuls à nous montrer que les changements et les innovations sont souvent le fruit de négociations ou de dialogues avec le passé. Nous restituant les conflits sectaires des Jain médiévaux, Phyllis Granoff affirme que les rituels servent à diviser des groupes en compétition, comme en témoignent les objections au culte des images que développe le Visnudharmottarapurana en précisant que l’omniprésence divine rend inutile la présence du dieu à travers son image.

7L’ouvrage sert donc de référence pour comprendre la permanence et les évolutions complexes que les rites hindous sont parvenus à tisser entre les textes et les communautés. Sans aborder de front la théorie du rite, ce volume n’en apporte pas moins certains éléments de réponse en démontrant que l’on peut, sur une longue période et dans des contextes géographiques fort divers, suivre l’évolution de notions clés et comprendre, par exemple, comment on assiste progressivement à la standardisation de la puja et comment le discours qui accompagne le rite a contribué à faire de ce dernier une mémoire sociale.

8C’est à juste titre que Gérard Colas et Gilles Tarabout insistent sur l’importance du regard réflexif que les acteurs du rite accordent eux-mêmes au phénomène rituel hindou, qui semble s’être donné pour tâche de combler les interstices de l’histoire. Ce volume, richement illustré, représente une somme d’érudition et passe un cap méthodologique important puisque les indianistes, comme les anthropologues, parviennent, ici, à mettre en perspective la cohérence et les discontinuités du phénomène religieux hindou.

Haut de page

Notes

1 Au sens de Benedict R. Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London, Verso, 1983.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Carrin, « Gérard Colas & Gilles Tarabout, eds, Rites hindous, transferts et transformationsParis, Éd. de l’Ehess, 2006, 500 p., bibl., ill., carte (« Purushartha ») », L’Homme, 183 | 2007, 251-253.

Référence électronique

Marine Carrin, « Gérard Colas & Gilles Tarabout, eds, Rites hindous, transferts et transformationsParis, Éd. de l’Ehess, 2006, 500 p., bibl., ill., carte (« Purushartha ») », L’Homme [En ligne], 183 | 2007, mis en ligne le 28 juin 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/9911

Haut de page

Auteur

Marine Carrin

CNRS, Laboratoire interdisciplinaire Solidarités, sociétés, territoires, Université Toulouse-Le Mirail, Toulouse.
tambsychle@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org