Navigation – Plan du site
ÉTUDES ET ESSAIS

Du collectif au communautaire

À propos des réseaux familiaux dans la Russie post-soviétique
Élisabeth Gessat-Anstett
p. 115-136

Résumés

L’observation conjointe du mode de résidence de familles de la région de Yaroslavl et de la façon dont elles exploitent des lopins de terre montre que les formes familiales d’organisation ont conservé au cours du xxe siècle en Russie de leur complexité. La notion de réseau permet ainsi de rendre compte de l’aspect communautaire, quoique désormais éclaté, que revêtent encore les relations de parenté dans cette région d’Europe orientale notamment à partir de la pratique courante de la corésidence et de la mise en commun des ressources et des moyens de subsistance. L’existence de ces réseaux de parenté suggère une possible pérennité des formes traditionnelles d’organisation familiales telles qu’elles ont pu être décrites et analysées pour la période pré-soviétique : des unités les plus simples et les plus localisées que sont les dvory (groupes domestiques) paysans, aux unités les plus étendues dans l’espace et dans le temps que sont les rody (lignages).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Gessat-Anstett, « Du collectif au communautaire », L’Homme, 157 | 2001, 115-136.

Référence électronique

Élisabeth Gessat-Anstett, « Du collectif au communautaire », L’Homme [En ligne], 157 | janvier-mars 2001, mis en ligne le 23 mai 2007, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/98 ; DOI : 10.4000/lhomme.98

Haut de page

Auteur

Élisabeth Gessat-Anstett

Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org