Navigation – Plan du site
LIGNES DE VIE

Des avantages d’être un barbare

Sudipta Kaviraj
p. 75-86

Résumés

Le savoir sur l'Inde dans le champ universitaire occidental se caractérise par deux tendances : d'un côté, un climat général de rectitude politique et la défense du colonialisme décline. De l'autre, un affaissement des forces traditionnelles propres aux études orientalistes fondées sur une connaissance intime des langues vernaculaires et classiques. Ce double contexte a permis que les chercheurs sud-asiatiques soient traités avec hospitalité intellectuelle – et quelquefois surestimés. Je discute quelques-uns des axes de mon travail de recherche : la tentative de développer une compréhension scientifique de la société indienne, notamment sa politique, en restituant les façons singulières dans lesquelles les traductions conceptuelles ont été effectuées ainsi que l'exploration de la littérature pour l'étude de la réflexion indienne sur la modernité. Je termine en exprimant mon scepticisme envers la théorie « postcoloniale » telle qu'elle a été présentée jusqu'à présent ; mais je suggère qu'elle peut être reprise et approfondie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sudipta Kaviraj, « Des avantages d’être un barbare », L’Homme, 156 | 2000, 75-86.

Référence électronique

Sudipta Kaviraj, « Des avantages d’être un barbare », L’Homme [En ligne], 156 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/83 ; DOI : 10.4000/lhomme.83

Haut de page

Auteur

Sudipta Kaviraj

School of Oriental and African Studies, Londres.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org