Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS
Antiquité

Jean-Pierre Vernant, L’Univers, les Dieux, les Hommes

Paris, Le Seuil, 1999, 256 p., gloss. (« La librairie du xxe siècle »)
Patrick Kaplanian
p. 255-256

Texte intégral

1Il existe de nombreuses synthèses sur les mythes grecs, et parfois d’aspect plus scientifique que celle-ci. Le dictionnaire de Pierre Grimal, le livre de Robert Graves sont parmi les plus connus1. Alors, pourquoi ce nouveau livre ? Parce qu’après cinquante ans de brillantes études savantes, Jean-Pierre Vernant a eu la bonne idée d’intégrer celles-ci dans une nouvelle version vulgarisée de ces mythes : « Comment en outre le chercheur pourrait-il oublier quand il se fait conteur, qu’il est aussi un savant en quête du soubassement intellectuel des mythes et que, dans son récit, il injectera celles des significations dont des études antérieures lui ont fait mesurer le poids ? » (p. 14). Celui qui est familier de l’œuvre du grand helléniste retrouvera en effet ici intégrées une grande partie des conclusions de ses recherches, mais cette fois dans une langue accessible à tous.

2Les trois premiers chapitres (« L’origine de l’univers », « Guerre des dieux, royauté de Zeus », « Le monde des humains ») ont trait à l’œuvre d’Hésiode (avec quelques allusions à Eschyle) dont la Théogonie remonte probablement à 700 av. J.-C.2 Les trois premiers vers qui suivent le prologue aux Muses disent : « Donc avant tout fut Béance (Chaos) ; puis Terre aux larges flancs, assise sûre jamais offerte à tous les vivants, et Amour (Éros), le plus beau parmi les dieux immortels. » De ces trois vers l’auteur tire trois pages (pp. 15-17) où il analyse, tout en ayant l’air de raconter, la conception grecque du chaos, celle de l’amour à ce stade de la genèse de l’univers, et le statut de la Terre, premier fondement ferme sur laquelle la « création » va pouvoir s’appuyer.

3Hésiode, donc, pour commencer. L’origine de l’univers, la castration d’Ouranos (le ciel), Cronos avalant ses enfants, Zeus les libérant et triomphant, enfin la lutte de Zeus et de Typhon dont Jean-Pierre Vernant donne plusieurs versions. Puis le conflit entre Zeus et Prométhée, mythe étiologique de la condition actuelle de l’humanité avec la création de Pandore et sa fameuse boîte qui, en réalité, est une jarre.

4Il n’était évidemment pas question dans un tel livre de résumer toute la guerre de Troie, mais plutôt de trouver un angle, un éclairage intéressant. Jean-Pierre Vernant choisit comme fil directeur l’histoire de la « pomme de discorde » jetée par Discorde (Éris) au beau milieu des noces de Thétis et Pelée (chap. IV). Il raconte comment les trois déesses se présentèrent devant Pâris, comment ce dernier choisit Hélène. Il nous parle d’Hélène « coupable ou innocente ? ».

5Il n’était pas non plus question de résumer l’Odyssée. Mais Jean-Pierre Vernant nous en donne brillamment la clé dans le chapitre V en montrant comment, après avoir été ballotté d’aventure en aventure dans un monde imaginaire dont les étapes ne figurent sur aucune carte, Ulysse, avec l’aide d’Athéna, réintègre notre monde d’abord, sa patrie ensuite.

6L’histoire de Thèbes est beaucoup plus complexe qu’on ne le croit d’habitude et ne se ramène pas aux péripéties de la vie compliquée d’Œdipe (chap. VII). Le cycle thébain commence par la fondation de la cité par Cadmos, un Phénicien à la recherche de sa sœur Europe enlevée par Zeus (chap. VI). Ce chapitre montre aussi l’importance du personnage de Dionysos qui met en évidence les tensions et les contradictions entre l’autochtone et l’étranger, l’homme et la femme, bref, entre le même et l’autre. Le dernier chapitre résume le cycle de Persée.

7Il est bien évident que le chercheur qui voudra utiliser cet ouvrage pour des publications scientifiques devra consulter les autres travaux de l’auteur. Mais pour une première prise de contact, pour une plongée dans l’univers des mythes grecs, pour une familiarisation préalable, il ne trouvera pas mieux que ce livre qu’on peut aussi lire tout simplement pour le plaisir.

Haut de page

Notes

1 Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, PUF, 1963 ; Robert Graves, The Greek Myth, Penguin, 2 vol. [1re éd. 1955, régulièrement réédité.]
2 Voir mon compte rendu de Fabienne Blaise, Pierre Judet de la Combe & Philippe Rousseau, s. dir., Le Métier du mythe. Lectures d’Hésiode, dans L’Homme, 1999, 151 : 295-298.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Kaplanian, « Jean-Pierre Vernant, L’Univers, les Dieux, les Hommes », L’Homme, 161 | 2002, 255-256.

Référence électronique

Patrick Kaplanian, « Jean-Pierre Vernant, L’Univers, les Dieux, les Hommes », L’Homme [En ligne], 161 | janvier-mars 2002, mis en ligne le 06 juin 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lhomme.revues.org/8045

Haut de page

Auteur

Patrick Kaplanian

Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org