Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS
Histoire et épistémologie

Daniel Miller & Don Slater, The Internet. An Ethnographic Approach

Oxford-New York, Berg, 2000, ix + 217 p., append., gloss., bibl., index, tabl. http://ethnonet.gold.ac.uk
Lance Thompson
p. 249-250

Texte intégral

1À partir d’une étude de cas réalisée à Trinidad, The Internet. An Ethnographic Approach se veut une contribution anthropologique aux usages sociaux d’Internet. Parallèlement à la publication, un site Internet regroupe un ensemble de données ethnographiques ainsi que des illustrations auxquelles renvoie le livre. Ce site accueille également des forums de discussion visant à favoriser l’échange d’informations sur cette étude et sur d’autres du même genre. Internet est donc utilisé ici comme un outil qui confère une dimension supplémentaire à la lecture de l’ouvrage.

2Le choix de Trinidad est justifié dans les deux premiers chapitres. S’appuyant sur les travaux antérieurs de Daniel Miller, les auteurs soulignent l’intérêt des Trinidadiens pour les innovations en matière de communication, et une tradition historique d’ouverture, aussi bien nationale que familiale, vers le reste du monde (en particulier l’Angleterre, les États-Unis et le Canada).

3Dans la mesure où ils offrent les réflexions les plus généralisables à d’autres lieux, les deux chapitres suivants me semblent être ceux qui présentent le plus grand intérêt ethnologique. Internet crée des systèmes de support qui permettent aux individus d’entretenir des rapports à distance. Différentes formes de communication sont passées en revue : l’e-mail, les chats et ICQ (discussions simultanées entre deux ou plusieurs personnes), enfin les signatures dans les livres d’or. Ces formes de communication sont analysées en termes de récupé-ration (de relations perdues de vue), d’entretien (de relations existantes) et d’expansion (construire de nouvelles relations). Par le biais de la rencontre, cette ouverture sur le monde peut entretenir l’espoir de quitter l’île.

4Pour certains, les relations en ligne ont un aspect affectif important. Les auteurs établissent une hiérarchie entre différents types de relations : « les gens distinguent bien entre les relations (relationships) qui sont importantes et devront donc être bien intégrées dans leurs activités en ligne, et celles qui ne le sont pas » (p. 62). Le temps de discussion en ligne semble être le critère prédominant.

5Internet n’exclut pas les autres médias, mais les complète. Les forums de discussion (chats et ICQ) s’avèrent les mieux adaptés aux formes de communication spécifiquement trinidadiennes. Le téléphone ou (plus rarement) le courrier postal conviennent à d’autres formes de communication. Par ailleurs, l’usage d’Internet ne se limite pas aux communications en ligne. Les cyber cafés ou les salles d’informatique dans les lycées sont aussi des lieux de socialisation.

6Dans le chapitre IV, Daniel Miller et Don Slater étudient plus particulièrement les relations entre l’identité trinidadienne et l’usage d’Internet. La multiplication des contacts à l’échelle de la planète ne se fait pas au détriment du local, mais au contraire accroît sa connaissance et celle de ses relations avec le reste du monde. L’usage d’Internet reste ancré dans une société et une culture ; il est réinterprété et adapté en fonction de ses normes et de ses valeurs.

7Les trois derniers chapitres replacent Internet dans le contexte politique, commercial et religieux de Trinidad. Les usagers et les serveurs ont dû surmonter des problèmes techniques découlant du monopole des télécommunications et des ambiguïtés politiques de ce pays. S’agissant du contexte commercial, les auteurs dégagent, à partir d’exemples précis, trois stades de développement des sites commerciaux : brochure, catalogue, interface. Le site qui accompagne l’ouvrage propose à cet égard des exemples très parlants. Toutefois, le potentiel d’évolution d’Internet et de ces stades eux-mêmes n’est peut-être pas suffisamment pris en considération. Dans le domaine religieux, l’usage d’Internet est objet de débat ; les auteurs fournissent quantité de détails ethnographiques qui seront utiles pour la comparaison avec d’autres communautés.

8Sur un sujet d’une grande importance, Slater et Miller ont su rassembler et maîtriser des matériaux très riches et les interpréter de manière pertinente. On peut seulement regretter que le style du livre colle parfois trop étroitement à son objet : les renvois (à ce qui a déjà été dit ou à ce qui va être dit) et un certain nombre de fautes grammaticales reflètent le style d’écriture pratiqué sur Internet en raison des caractéristiques propres à ce média (informations en temps réel, correspondances rapides, liens nombreux et parfois circulaires…). Mais cela n’enlève évidemment rien à la validité des analyses.

9À tous ceux qui s’intéressent à Internet, je conseille vivement de visiter le site qui accompagne l’ouvrage et son forum de discussions. Il constitue un bon exemple du troisième stade de développement commercial (interface), avec une assez grande interactivité. Quant aux novices, ils commenceront par lire le glossaire placé en annexe afin de se familiariser avec le jargon. Internet est aujourd’hui présent sur presque tous les terrains : même en des lieux reculés, l’ethnologue pourra s’étonner de s’y trouver confronté. Cet ouvrage, qui montre son impact sur une région donnée, permettra à chacun d’en connaître les rudiments.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lance Thompson, « Daniel Miller & Don Slater, The Internet. An Ethnographic Approach », L’Homme, 161 | 2002, 249-250.

Référence électronique

Lance Thompson, « Daniel Miller & Don Slater, The Internet. An Ethnographic Approach », L’Homme [En ligne], 161 | janvier-mars 2002, mis en ligne le 06 juin 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/8024

Haut de page

Auteur

Lance Thompson

Laboratoire d’ethnologie urbaine, Ivry-sur-Seine.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org