Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS
Afrique et Maghreb

Colleen E. Kriger, Pride of Men. Ironworking in 19th Century West Central Africa

Portsmouth, N. H. Heinemann/Oxford, James Currey/Cape Town, David Philip, 1999, xix + 261 p., bibl., gloss. des termes techniques, index (« Social History of Africa »)
Marie-Claude Dupré
p. 261-264

Texte intégral

1L’histoire de l’Afrique sub-saharienne passe par celle du fer. Pour l’avoir dit en 1978, un de mes textes a été jeté à la poubelle par les dirigeants du moment. Aujourd’hui, les archéologues déchiffrent les siècles passés dans les scories et les restes des fours de réduction, et les historiens savent de mieux en mieux traiter les archives non écrites. Parmi les supports de mémoire existants, l’activité technique des forgerons n’a pas encore livré tous ses trésors. Faiblesse des archives, rares allusions dispersées dans les chroniques de voyage, absence d’observations systématiques et interprétations aussi hâtives que négligentes enrobent ces informations d’une gangue solide. Tout est à faire, ou presque, pour les pionniers qui s’engagent dans cette voie. Colleen Kriger s’y est risquée après une formation à l’Université de York, au Canada, prolongée à Madison sous la paternelle bienveillance de Jan Vansina. Sa recherche s’inscrit avec bonheur dans un réseau largement informel de collègues, d’archivistes et de conservateurs.

2Outre le travail de terrain effectué à Lopanzo au Zaïre (au nord-est du lac Mai Ndombe, province de l’Équateur), la recherche a eu lieu dans les réserves des musées occidentaux, sur plusieurs milliers d’armes, d’outils, d’emblèmes politiques trop souvent dépourvus de documentation. Il a fallu maîtriser les techniques de forge, l’usage des outils et des armes, pour que les informations contenues dans les analyses microscopiques des métaux et dans les archives, déjà succinctes, ne restent pas lettre morte. Et pour donner cohérence à ces données non conventionnelles, il fallait entendre les paroles recueillies à Lopanzo, ville fondée par des forgerons à la fin du xviie siècle (p. 191), attestant que la forge est une activité exercée « for pride of men » (p. 3), une affaire de fierté masculine. C’est ainsi que les forgerons d’Afrique centrale, généralement cités pour leur ingéniosité ou pour la rusticité de leurs outils, déploient dans ce livre une inventivité technique et acquièrent une stature politique qui font d’eux des acteurs majeurs de l’histoire. La fierté masculine se traduit, certes, par la domination de la matière, mais aussi et surtout par les apprentissages de toute une vie et par la constitution de réseaux de spécialistes qui contrôlent le commerce du métal, échangent des informations, font circuler les innovations techniques.

3Colleen Kriger extirpe la maîtrise technique de sa gangue rituelle, la « mystique » du forgeron noir complaisamment exhibée par les travaux généralisants de Mircea Eliade (pp. 10-12 et 229-231) qui tirait ses informations africaines du livre de Walter Cline paru en 1937, Mining and Metallurgy in Negro Africa. Elle signale beaucoup d’autres opinions erronées qui, toutes, minimisaient l’importance des arts du fer et empêchaient d’aborder une histoire sociale construite par ceux qui réduisent le minerai et ceux qui transforment le métal. Dans cette Afrique centrale de l’ouest, en fait le bassin du Zaïre, les artisans sont d’abord des individus capables de voyager pour se perfectionner, plus libres que les autres des attaches familiales et des contraintes hiérarchiques, mais libres aussi de constituer des regroupements spécifiques (p. 13). D’autres chercheurs, comme Zdenka Volavka, ont supposé l’existence de « collèges de forgerons », mais Colleen Kriger préfère parler de réseaux d’échange actifs (p. 230). Le livre entier est un plaidoyer efficace visant à renouveler l’approche du passé africain.

4Le minerai, qui fait l’objet du chapitre II, est transformé en métal depuis environ 600 BC (ou 2600 BP) en Afrique centrale. L’estimation la plus ancienne, 2500 BP, vient de la Copperbelt (p. 37). Toutes les datations archéologiques ont été effectuées hors des limites géographiques de cette étude : au Gabon et dans la régions des Lacs, en Tanzanie, au Kenya, au Rwanda et au Burundi. Elles indiquent l’existence d’une sidérurgie en 200-300 BC (2300 BP) (p. 36), ce qui constitue un pas de géant depuis les années 1980. L’ancienneté avérée n’apporte pour autant aucune information sur les cheminements de la technique : la variété est grande dans les vestiges identifiés (p. 32) et les analyses linguistiques regroupent de façon encore lacunaire les termes techniques (p. 35). Les réflexions sur l’efficacité des réductions (reconstitutions et calculs de rendements, p. 65) donnent pour le moment des résultats disparates, reflétant des situations variables, mais témoignant de « progrès » localement effectués dans l’augmentation des quantités de métal produites. Celles-ci restent tributaires de l’organisation sociale du travail qui pèse sur les volumes obtenus et sur leur relation au politique. Le seul point commun semble être le secret qui entourait les opérations de réduction, ce qui a nourri l’interprétation « mystique » naguère dominante, faisant l’impasse sur l’apprentissage et la transmission, sources indéniables de pouvoir et d’inventivité.

5Le chapitre IV aborde la question de la monnaie de fer et, là encore, les idées en cours sont souvent des obstacles à renverser. Cette monnaie est peu connue car les autorités coloniales, en introduisant le franc métallique belge en 1887, avaient tout intérêt à l’escamoter (p. 238). Le fer est volontiers décrit dans ses usages matrimoniaux, mais personne, ou presque, dans la littérature existante trop longtemps soumise à l’idéologie coloniale inégalitaire, n’observe les forgerons dans leur rôle de fabricants de monnaie dont ils règlent la valeur. Colleen Kriger a recherché des traces de cette monnaie dans les musées, car, outre des lingots en forme de barre, un grand nombre d’ébauches avaient un rôle monétaire : houes, herminettes, lances aux formes diverses. En les pesant, elle a découvert qu’il existait un système d’équivalences entre les pièces de fer (pp. 99 et 109) et la monnaie de cuivre du Shaba, mieux connue (p. 89), puis la monnaie de laiton introduite à partir de 1870 par les Européens. Reportées sur une carte (p. 95), les aires de circulation des différentes monnaies nourrissent l’hypothèse de forgerons reliés en réseaux plutôt vastes, maîtres de la circulation monétaire. Car la forge, contrairement aux fours de réduction, s’installait souvent aux carrefours importants et brassait des informations de toute nature. C’était un lieu ouvert où se rassemblaient voisins, voyageurs et clients. L’observation des outils détenus dans les musées, les rares descriptions publiées montrent des disparités régionales et une hiérarchisation technique des forgerons. Les meilleurs avaient un outillage plus abondant : plusieurs enclumes (en pierre à grain fin et en fer) et plusieurs marteaux ; la masse-enclume servait tantôt de masse, tantôt d’enclume lorsqu’elle était fixée dans un billot de bois (pp. 125-126). Les marteaux les plus efficaces, polyvalents, n’ont pas de manche et présentent une forme cylindrique avec des extrémités différentes offrant plusieurs surfaces de frappe ; ils peuvent être tenus par l’une ou l’autre extrémité ou par le milieu, et utilisés verticalement ou latéralement (fig. 5-1, p. 124). L’absence assez générale de lime contraignait l’ouvrier à une plus grande précision. L’on comprend enfin les opinions divergentes entre Européens et forgerons sur la qualité du métal : le fer obtenu localement, même cinglé au sortir du four, contient encore beaucoup d’impuretés, ce qui le rend très malléable. Un même lingot pouvait être reforgé plusieurs fois, un outil être réparé indéfiniment (p. 88) ; le fer d’importation, plus pur, est moins réutilisable.

6Usages monétaires et utilitaires, issus de techniques précises, vont se conjuguer au xixe siècle dans la création d’emblèmes de pouvoir où l’outil devient élaboré et précieux. L’objet de prestige affirme son origine laborieuse, étant au départ soit un couteau, soit une hachette, soit encore un dérivé d’outil agricole local (pp. 144-145). Il provient aussi des arts martiaux, sous forme d’épée dont la lame est luxueusement décorée. Colleen Kriger a eu abondamment recours aux réserves du musée royal de l’Afrique centrale en Belgique (aujourd’hui Africa Museum) où elle a inventorié plusieurs centaines d’objets de cette sorte collectés entre la fin du xixe siècle et le début du xxe. L’inventivité, alors, était à son maximum, encouragée par une mobilité accrue, par la richesse (temporaire) due au commerce de traite puis, vers la fin, par la curiosité des Européens. Sans parler des collectes autoritaires effectuées jusqu’en 1920.

7Deux chapitres (VI et VII) viennent reposer le lecteur, un peu enseveli sous l’érudition appliquée à une si vaste zone, en présentant des exemples géographiquement concentrés : le royaume Kuba et les marchés de luxe sur le cours moyen du Zaïre à partir de Lopanzo. Il s’agit toujours d’appuyer l’hypothèse annoncée sur le rôle important joué par les forgerons dans les échanges, les innovations, les structurations politiques plus intenses au xixe siècle, mais déjà bien assurées antérieurement. Les informations montrent que les relations entre le fer et le pouvoir politique laissaient aux spécialistes une grande autonomie, ce qui ne correspond pas à l’image de petites forges villageoises autarciques. Il n’y avait pas de contrôle direct exercé par le roi kuba sur les mines et sur les forges, mais une circulation intense de pièces de fer, de toutes sortes, sous forme de tribut ou de commandes qui convergeaient vers Nsheng, la capitale du royaume (pp. 160-170). Les armes luxueusement décorées qui étaient exhibées par un grand nombre d’hommes kuba, comme le couteau ikul et l’épée iloon, doivent être distinguées des emblèmes politiques possédés par le roi et concédés temporairement à ses représentants. Colleen Kriger décèle les emprunts techniques et esthétiques effectués auprès des voisins Mongo et Luba (p. 172), Kete et Lele, Lulua et Sala Mpasu… Quelques pièces bien plus anciennes appartenant au trésor royal, que l’on peut voir à présent au musée de Hampton (États-Unis), ou ne figurant plus que dans les inventaires de l’Institut des musées nationaux du Zaïre, portent les célèbres spirales et entrelacs kuba réalisés en filigranes de fer (pp. 181-183 et fig. 6-4, p. 182). De même, une petite partie des chefs-d’œuvre attribués à Myeel, forgeron du xviie siècle, sont arrivés en Occident et appartiennent à une collection privée (p. 180).

8Il existait partout des trésors soigneusement conservés par des familles de forgerons, des maîtres de lignages, des chefs et des rois. Colleen Kriger a pu voir ceux de Lopanzo où tant d’objets de prestige, épées et couteaux de formes étonnantes, furent forgés au xixe siècle. Lokula lombole (ngolo dans les musées), ingonda, ikakalaka, ibaka et bompata témoignent encore de l’inventivité et de l’habileté des forgerons, aujourd’hui réduits à entretenir quelques outils fabriqués à partir des rebuts de l’industrie occidentale. Au terme de ce livre, on reste stupéfait par le travail accompli par l’auteur pour atteindre son objectif : donner sens à des informations lourdement biaisées par le système colonial. Il a fallu attendre des dizaines d’années, presque un siècle, pour que les milliers de témoins matériels stockés dans les musées soient utilisés pour rendre compte d’une évidence : la maîtrise des spécialistes qui les ont fabriqués. Le discrédit jeté par la mainmise coloniale sur les capacités techniques des vaincus a duré plus longtemps que la dépendance politique. L’historien doit savoir, sur le terrain, dépasser les récits convenus, normatifs, qui présentent la forge comme une activité étroitement locale et familiale. Quarante ans après les indépendances, un chercheur prend encore des risques en dénonçant les artifices idéologiques qui ont travesti la technique en pratiques magiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Dupré, « Colleen E. Kriger, Pride of Men. Ironworking in 19th Century West Central Africa », L’Homme, 160 | 2001, 261-264.

Référence électronique

Marie-Claude Dupré, « Colleen E. Kriger, Pride of Men. Ironworking in 19th Century West Central Africa », L’Homme [En ligne], 160 | octobre-décembre 2001, mis en ligne le 31 mai 2007, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/7891

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Dupré

CNRS, Dynamiques religieuses et pratiques sociales anciennes, Clermont-Ferrand.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org