Navigation – Plan du site
TOILES DE FOND

La globalisation

« Grand partage » ou mauvais cadrage ?
Jean-Loup Amselle
p. 207-226

Résumés

Dans cet article, on tente de mettre en évidence les liens très étroits qui unissent la thématique contemporaine de la globalisation avec l’idée fonctionnaliste. À l’instar de toutes les philosophies de la modernité, et de toutes les sociologies de la modernisation, la problématique de la globalisation, qui fait l’hypothèse de « sociétés ouvertes », a besoin pour exister de la catégorie opposée, celle de « société close », laquelle constitue elle-même l’objet traditionnel de l’anthropologie. Or la notion de société close, loin de correspondre à une caractéristique naturelle des sociétés exotiques, est en réalité une construction de l’anthropologie, discipline qui depuis l’apparition de la méthode malinowskienne, a instauré un huis clos dans lequel sont enfermés les anthropologues et leurs informateurs. En décloisonnant les sociétés exotiques, l’on sape du même coup les fondements de la théorie de la globalisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loup Amselle, « La globalisation », L’Homme, 156 | 2000, 207-226.

Référence électronique

Jean-Loup Amselle, « La globalisation », L’Homme [En ligne], 156 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lhomme.revues.org/77 ; DOI : 10.4000/lhomme.77

Haut de page

Auteur

Jean-Loup Amselle

EHESS, Centre d’études africaines, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org