Navigation – Plan du site
TOILES DE FOND

Des racines et (dé)routes

Tropes pour trekkers
Jonathan Friedman
p. 187-206

Résumés

Dans cet article, on fait l’hypothèse que les discours actuels sur la mondialisation qui se tiennent dans le champs de l’anthropologie, des aires culturellesl et des études postcoloniales émanent d’une point de vue socialement situé qui prône une nouvelle représentation idéologique du monde. On veut montrer que les transformations (transgressions des limites, identités en mouvement, diasporas, hybridité) ne s’inscrivent pas nécessairement dans une évolution générale de l’humanité vers un monde nouveau, mais constituent dans le système-monde un phénomène cyclique qui s’est déjà produit, le plus récemment, au tournant du siècle dernier et durant les deux premières décennies du xxe siècle. et qui a déjà suscité des discours semblables à ceux qui se tiennent aujourd’hui sur la mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Friedman, « Des racines et (dé)routes », L’Homme, 156 | 2000, 187-206.

Référence électronique

Jonathan Friedman, « Des racines et (dé)routes », L’Homme [En ligne], 156 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lhomme.revues.org/76 ; DOI : 10.4000/lhomme.76

Haut de page

Auteur

Jonathan Friedman

EHESS, Centre d’anthropologie des mondes contemporains, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org