Navigation – Plan du site
TOILES DE FOND

L’Asie de Sud « made in the USA »

Transferts culturels, institutions universitaires et diaspora intellectuelle
Jackie Assayag
p. 99-130

Résumés

La construction cognitive américaine de l’Asie du Sud au sein de son système universitaire atteste de transferts culturels entre l’Angleterre, et son modèle d’éducation libérale impériale, l’Inde, d’abord conçue comme religieuse et philosophique, enfin l’Allemagne, avec sa tradition philologique. Les anthropologues mais surtout les sanskritistes ont joué un rôle décisif dans la mise en place de la recherche et dans la distribution du pouvoir aux États-Unis. Les différentes phases d’institutionnalisation des centres d’études sur l’Asie du Sud au cours des xixe et xxe siècles ont correspondu aux réorientations successives de la politique internationale et domestique américaine, avec le missionnariat et la perspective orientaliste, l’engagement géopolitique dans la seconde guerre mondiale, le développement des area studies durant la guerre froide, et la remise en question de ce programme à la faveur du débat entre partisans du multi-culturalisme et néoconservateurs, mais aussi des conflits entre disciplines et la pression de l’immigration. Actuellement, le cadre d’étude est en cours de révision, sous l’injonction de rendre intelligibles les transformations induites par les phénomènes transnationaux et la mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jackie Assayag, « L’Asie de Sud « made in the USA » », L’Homme, 156 | 2000, 99-130.

Référence électronique

Jackie Assayag, « L’Asie de Sud « made in the USA » », L’Homme [En ligne], 156 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lhomme.revues.org/73 ; DOI : 10.4000/lhomme.73

Haut de page

Auteur

Jackie Assayag

CNRS-EHESS, Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org