Navigation – Plan du site
 • • • COMPTES RENDUS • • •
Histoire et épistémologie

Philippe Descola, Jacques Hamel & Pierre Lemonnier, eds., La production du social. Autour de Maurice Godelier

Colloque de Cerisy (Publié avec le concours du Centre national du livre) Paris, Fayard, 1999, 520 p.
Michel Naepels
p. 267-268

Texte intégral

1Ce volume, qui rassemble les contributions présentées lors d’un colloque organisé en 1996 en l’honneur de Maurice Godelier, témoigne de son exceptionnalité : quel autre anthropologue français en exercice est autant lu hors de sa discipline et de son pays ? Cette notoriété par-delà les frontières disciplinaires et nationales tient sans doute à la combinaison – qu’atteste son impressionnante bibliographie (pp. 493-511) – d’une forte ambition théorique, d’un indéniable enracinement ethnographique et de l’extrême ouverture de son champ de réflexion, ce qui autorise les organisateurs du colloque et éditeurs de ce volume à le qualifier de « personnalité qui a contribué de façon éminente au progrès de l’anthropologie » (p. 11).

2Il faudrait être doué d’une grande inventivité taxinomique pour rendre compte des trente articles rassemblés ici, qu’on pourrait analyser sous maint angle d’attaque : par pays d’origine des auteurs (Canada, Grande-Bretagne, Espagne, États-Unis, Pays-Bas, France), par discipline universitaire (anthropologie, sociologie, archéologie, psychanalyse, philosophie), par thèmes (l’idéologie, l’imaginaire, la nature, le travail, les processus de transition, le corps, le don, la sexualité, la parenté), par aire culturelle (Océanie, Amérique du Sud, Afrique du Nord, Japon, Mésopotamie, Occident), enfin par la nature du rapport qu’entretient chaque article avec l’œuvre de Maurice Godelier (commentaire hagiographique, contrepoint critique ponctuel, critique radicale, digression ou exégèse locale, développement hors-sujet). Autant dire que cet ouvrage nous entraîne dans un parcours multiforme et souvent passionnant, et qu’il n’y a en tout cas aucun sens à tenter de rendre compte de chacune des interventions. Sans nul doute fait-il regretter au lecteur de ne pas avoir assisté au colloque afin d’entendre celles-ci se répondre les unes les autres, de voir les positions être défendues ou abandonnées dans l’ambiance féconde de Cerisy. Seule la contribution finale de Maurice Godelier (« Introspections, rétrospections, projections » ; pp. 467-492) permet d’en avoir une idée et de conférer une certaine unité à l’ensemble.

3Car en effet ce volume pose la question du centre et de l’unité de l’œuvre de Maurice Godelier et de son apport théorique propre. La difficulté immédiate vient de ce que ses élèves ou les chercheurs ici rassemblés qui évoquent son influence ne paraissent pas former une école, tant ils retiennent de cette œuvre des aspects variés. Celle-ci témoigne-t-elle de ce que « l’ère lévi-straussienne [est] révolue » (André Green ; p. 222), ou de ce qu’il faut au contraire s’approprier le concept de causalité structurale (Philippe Descola ; p. 129) ? Tend-elle à montrer que le marxisme est inadéquat à penser les sociétés qu’étudie l’anthropologie (ibid.), ou est-t-elle une « contribution manifeste au marxisme » qui permet d’en sauver l’efficacité analytique (Jacques Hamel ; p. 13) ? Montre-t-elle l’importance décisive des pratiques ou des représentations, de la nature ou du travail, de la production ou de l’échange, de l’imaginaire ou du symbolique, du corps ou de la pensée, de la sexualité ou de la parenté ?

4Sans nul doute le point de départ de Maurice Godelier comme des débats que ses travaux suscitent ici est-il clairement l’héritage marxiste autour de quelques concepts clés : l’idéologie (d’où découlent l’étude de l’imaginaire, des représentations de la nature et du travail, ainsi que le dialogue avec la psychanalyse), la transition entre modes de production (d’où procèdent la référence à Polanyi et le dialogue avec l’archéologie), la domination (d’où les études océanistes sur les big men et les grands hommes, l’analyse de la domination masculine et, de là, l’étude des représentations du corps et de la sexualité). Mais le paradoxe est sans doute que le point le plus généralement admis dans cet ouvrage est la critique formulée par Maurice Godelier contre la logique des instances (infrastructure et superstructure, détermination en dernière instance de la vie sociale par l’infrastructure), qui devrait, de mon point de vue, entraîner l’abandon radical de la conceptualisation marxiste (c’est la conclusion de Descola par exemple) plutôt que son raffinement par cycles et épicycles (correspondance structurale et compatibilité partielle entre diverses pratiques sociales ; p. 477) ou sa simple révision (p. 475). Quel sens y a-t-il en effet à conserver l’idée de transition entre modes de production si l’on cesse de définir la production comme lieu essentiel de la détermination sociale ? Peut-être y a-t-il d’autres façons de penser le changement social (qu’évoque l’article fort stimulant de Dolors Comas d’Argemir ; pp. 195-211). Surtout, on regrette que les althussériens mis en cause (pp. 8, 69, 474) n’aient pas eu la parole dans ce débat, tant il me semble que la logique des instances n’est pas aussi rigide qu’on veut bien le dire ici, et que la causalité structurale chez Althusser est précisément à l’opposé du déterminisme absolu et mono-causal pour lequel on veut le faire passer (thèse plus légitimement dénoncée par Jacques Hassoun comme relevant du « marxisme vulgaire » ; p. 62).

5Il reste que ces questions sont ouvertes et traitées sur un mode très largement problématique par Maurice Godelier lui-même dans son texte de conclusion. De telle sorte qu’il anticipe presque toujours les critiques qu’on aimerait lui adresser, et qu’il faut alors plutôt saluer sa capacité à susciter le débat, qualité rare et bénéfique aux sciences sociales dans leur ensemble et à l’anthropologie en particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Naepels, « Philippe Descola, Jacques Hamel & Pierre Lemonnier, eds., La production du social. Autour de Maurice Godelier », L’Homme, 156 | 2000, 267-268.

Référence électronique

Michel Naepels, « Philippe Descola, Jacques Hamel & Pierre Lemonnier, eds., La production du social. Autour de Maurice Godelier », L’Homme [En ligne], 156 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 29 novembre 2006, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/66

Haut de page

Auteur

Michel Naepels

SHADYC-CNRS, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org