Navigation – Plan du site
LA PARENTÉ DANS TOUS SES ÉTATS

Législation et stratégies matrimoniales

Parenté et empêchements de mariage dans le droit byzantin
Constantin G. Pitsakis
p. 677-696

Résumés

Dans le domaine des empêchements de mariage pour cause de parenté, l’Église d’Orient a tout d’abord repris, sans grandes modifications, la législation séculière romaine. C’est donc essentiellement entre le viie (concile in Trullo) et le xiie siècle que ces empêchements connaissent une importante extension, dans la consanguinité (jusqu’au 7e degré), dans l’affinité et même dans ce qu’il est convenu d’appeler la « quasi-affinité », et qui concerne des personnes liées les unes aux autres par l’intermédiaire de deux conjoints. Après avoir décrit précisément cette évolution des prohibitions matrimoniales, l’article présente les interprétations avancées jusqu’à présent de leur extension, en s’intéressant plus particulièrement au rôle joué par le pouvoir impérial et à l’instrumentalisation des empêchements ecclésiastiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constantin G. Pitsakis, « Législation et stratégies matrimoniales », L’Homme, 154-155 | 2000, 677-696.

Référence électronique

Constantin G. Pitsakis, « Législation et stratégies matrimoniales », L’Homme [En ligne], 154-155 | avril-septembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lhomme.revues.org/55 ; DOI : 10.4000/lhomme.55

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org