Navigation – Plan du site
 • • • COMPTES RENDUS • • •
Histoire et épistémologie

Hans-Martin Lohmann & Joachim Pfeiffer, eds, Freud-Handbuch : Leben, Werk, Wirkung

Stuttgart-Weimar, J. B. Metzler, 2006, 452 p., bibl., index, tabl.
Jacques Galinier
p. 257-258

Texte intégral

1La célébration du 150e anniversaire de la naissance de Sigmund Freud a vu l’éclosion d’un nombre considérable de publications, centrées tant sur la personne et les relations à son entourage, que sur la place de l’œuvre dans l’histoire des idées au xxe siècle1. Au cœur de cette efflorescence, un ouvrage collectif se détache par la densité des contributions et, surtout, par la visée synchronoptique de ses concepteurs, qui permet de circuler à travers tous les domaines de la culture fécondés par la pensée freudienne. Il répond à un triple projet, tout à la fois biographie raisonnée, approche conceptuelle, mais aussi évaluation de l’impact de l’œuvre dans le monde contemporain. Il se divise en quatre grandes sections : Freud et son époque, puis les œuvres classées par ensembles, les thèmes et les motifs, et, enfin, la réception et l’histoire de ses effets. Un projet qu’aucun ouvrage n’avait réalisé à ce jour.

2Dans un premier temps, l’œuvre est resituée dans le cadre de la société viennoise, de ses discussions philosophiques, en concédant de surcroît une large place aux Wiener Moderne, les Bahr, Altenberg, Musil, entre autres. La biographie intellectuelle de Freud est une remarquable synthèse, suivie d’une glose extrêmement soignée des œuvres, depuis les dénommés « écrits préanalytiques » jusqu’au « Moïse ». Plus ou moins approfondies, s’en détachent les exégèses sur les disputes autour de l’hypothèse de l’inconscient et de la théorie des pulsions, sans oublier la Kulturtheorie (par l’examen des grands textes, de « Totem et Tabou » aux derniers écrits sur la guerre et la mort). Sont étudiés la littérature et l’art, les écrits autobiographiques et la correspondance, ainsi que le concept de culture (Kulturbegriff) – du meurtre du père, à la mythologie en passant par la religion comme névrose de contrainte (Zwangneurose) –, puis la question des rapports entre biologie et matérialisme. L’impact de la psychanalyse est considéré dans l’espace germanique, en France et dans le monde anglo-américain. Une large place est accordée au domaine de la Literaturwissenschaft, à la phénoménologie (en version française), au marxisme, à la théorie critique, mais aussi aux études de genre, au cinéma, à la « psychologie politique », à la sociologie et à l’Ethno-psychanalyse, sous la plume de Johannes Reichmayr, dont le texte est centré essentiellement sur l’examen de l’œuvre de Parin et de ses élèves.

3En reposant l’ouvrage, le lecteur ne peut qu’adhérer au jugement des éditeurs, Hans-Martin Lohmann et Joachim Pfeiffer, à savoir que l’œuvre freudienne est bien un « monument de l’esprit », et reconnaître à quel point toute la culture du xxe siècle en est imprégnée, ses codes, sa langue… Y compris chez ses contempteurs les plus féroces. Cette visée encyclopédique aide à comprendre pourquoi Freud ne pouvait absolument pas séparer les aspects cliniques et métapsychologiques de ses recherches sur l’inconscient d’une théorie de la culture, de l’individu au groupe, selon une même perspective phylogénétique et ontogénétique, d’une Menschennatur à une Menschheitgeschichte.

4Dans cette belle synthèse, on regrettera toutefois que ne soit pas consacrée une place spécifique à l’examen du Mind body problem, même si le thème est furtivement abordé dans la section « Biologie und Materialismus » (Hans-Martin Lohmann) par un commentaire sur l’influence de la conception spinoziste de l’esprit sur la pensée de Freud, avouée par ce dernier, comme on le sait, de manière étrangement cryptique. À vrai dire, le lecteur était en droit d’attendre de l’imposant Handbuch un bilan des nouvelles discussions engagées par les spécialistes des neurosciences sur l’héritage freudien. Les vieilles disputes de type poppérien sur l’absence de scientificité de la psychanalyse paraissent aujourd’hui bien datées, les investigations récentes sur le cerveau remettant en lumière l’actualité de certaines hypothèses freudiennes (notamment de la Traumdeutung), en recherchant l’articulation entre point de vue subjectif et objectif, alors que d’autres restent encore invérifiables par les travaux en neurophysiologie. Explorant un même objet, mais avec des logiques différentes et complémentaires, neurosciences et psychanalyse sont appelées à accepter cette collaboration nécessaire, dans la perspective engagée aujourd’hui par les pionniers dans ce domaine2.

5Ces réserves mises à part, le Handbuch, dont on espère une diffusion plus large dans d’autres langues que l’allemand, reste le témoignage le plus convaincant sur la place à accorder à la pensée freudienne pour toutes les disciplines qui cherchent aujourd’hui à comprendre les mystères de l’âme, sur lesquels la culture a aussi son mot à dire.

Haut de page

Notes

1 Entre autres publications récentes, se détachent surtout : Eli Zaretsky, Secrets of the Soul : A Social and Cultural History of Psychoanalysis, New York, Alfred A. Knopf, 2004 ; Lilly Freud-Marlé, Mein Onkel Sigmund Freud : Erinnerungen an eine grosse Familie, hrsg. v. Christfried Tögel, Berlin, Aufbau, 2006 ; Marianne Krüll, Freud und sein Vater : die Entstehung der Psychoanalyse und Freuds ungelöste Vaterbindung, Giessen, Psychosozial-Verlag, 2004 ; Wolfgang Schmidbauer, Der Mensch Sigmund Freud : ein seelisch verwundeter Arzt ? Ein neuer Ansatz, Stuttgart, Kreuz, 2005 ; Thomas Kornbichler, Freud : ein bürgerlicher Revolutionär, Stuttgart, Kreuz, 2006 ; Georg Markus, Sigmund Freud : die Biographie, Dessau, Langen-Müller, 2006 ; Linde Salber, Der Dunkle Kontinent : Freud und die Frauen, Reinbek, Rowohlt, 2006.
2 Cf. Mark Solms & Oliver Turnbull, The Brain and the Inner World : An Introduction to the Neuroscience of Subjective Experience, New York, Other Press, 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Galinier, « Hans-Martin Lohmann & Joachim Pfeiffer, eds, Freud-Handbuch : Leben, Werk, Wirkung », L’Homme, 182 | 2007, 257-258.

Référence électronique

Jacques Galinier, « Hans-Martin Lohmann & Joachim Pfeiffer, eds, Freud-Handbuch : Leben, Werk, Wirkung », L’Homme [En ligne], 182 | avril-juin 2007, mis en ligne le 16 mai 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://lhomme.revues.org/4160

Haut de page

Auteur

Jacques Galinier

Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, CNRS, Nanterre.
galinier@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org