Navigation – Plan du site
 • • • COMPTES RENDUS • • •
Histoire et épistémologie

Jean Dubessy, Guillaume Lecointre & Marc Silberstein, eds, Les Matérialismes (et leurs détracteurs)

Paris, Syllepse, 2004, 778 p., bibl., index, fig. (« Matériologiques »).
Samuel Lézé
p. 255-257

Texte intégral

1La volonté de faire science ne manque pas de prétendants ou d’indigents qui lorgnent avec impatience du côté d’une « revendication de dignité »1. L’autorité sociale que procure le titre de « science » explique en effet l’usage intéressé de ses formes extérieures, peu coûteux en exigences, mais prodigue en bénéfices secondaires. Que l’on songe au créationnisme ou à la scientologie, les producteurs de biens symboliques, dont le charisme seul ne suffit plus à produire l’assentiment, se tournent désormais vers la science pour établir leur système et la ramènent à la spiritualité. La science est-elle pour autant une citadelle assiégée par « l’intrusion spiritualiste » ? La situation exige-t-elle une réplique ? Si oui, sous quelle forme ?

2Les associations rationalistes sont des entreprises de morales particulières qui ont pour vocation d’informer le public sur ­l’action pernicieuse des « marchands d’illusions ». Aussi le style et le ton de cet imposant ouvrage conserve-t-il la trace de ce contexte (i.e. l’Association pour les études matérialistes et la Fédération nationale de la libre pensée), de son audience (le public) et de sa fonction première : poser un diagnostic (attention, il y a péril en la demeure), proposer une thérapeutique de choc (démarquer la science, repousser l’assaut, éradiquer l’irrationnel). « L’œuvre de salubrité intellectuelle » (p. 728) affichée est ainsi de développer une stratégie visant à prendre l’ennemi « spiritualiste » en tenaille. Le lecteur se trouve alors plongé dans ce que les sociologues des sciences qualifient de « travail de démarcation » (boundary-work) entre science et non-science, problème avant tout pratique qui ne cesse de se poser au monde scientifique, car l’autorité cognitive proclamée n’est pas donnée, mais acquise et construite2.

3La première partie représente à la fois un repliement défensif sur les fondements matérialistes des sciences et un excellent état des lieux critique de la question. Le pluriel, qui fait l’objet d’une très lucide clarification, est extrêmement important, car on ne peut rabattre cette exigence sur un seul principe, qui suppose le plus souvent une forme ou une autre de réductionnisme (si l’on songe par exemple au matérialisme neuroscientifique). Les auteurs montrent plutôt qu’il existe des régions différentes où s’élaborent des matérialismes méthodologiques depuis la physique jusqu’aux sciences sociales. À cet égard, l’article de François Athané ne manque pas d’intérêt. Comment penser le problème du déterminisme des activités et de l’ontologie des entités collectives ? Pour y répondre, il propose l’examen de quatre paradigmes matérialistes (l’anthropologie raciologique, Paul Broca ; le matérialisme historique, Karl Marx ; le cognitivisme, Dan Sperber ; l’anthropologie évolutionnaire, Pascal Boyer) et critique, tout en reconnaissant leur importance, les apories des paradigmes non naturalistes dans lesquelles verse pourtant la majorité des recherches de sciences sociales (p. 436). Si, en effet, le savoir non théorique, historique et qualitatif comme la sociologie ou l’anthropologie est utile, il ne faut pas pour autant en attendre une connaissance des déterminismes propres aux phénomènes humains.

4La seconde partie mêle études de cas et dénonciations. Il s’agit d’un déploiement offensif se consacrant frontalement à la critique des « détracteurs » du matérialisme. L’unité de cette catégorie d’accusation n’est pas bien nette et la cible des critiques pas exactement la même d’un auteur à l’autre si l’on compare, par exemple, le statut du spiritualisme français au xixe siècle, Stephen J. Gould et sa notion de soma, dérives et délires sous couvert de psychologie, et la thèse d’Élisabeth Teissier. Ce dernier cas, judicieusement analysé par le sociologue Bernard Lahire, révèle les conditions institutionnelles spécifiques – i.e. l’absence de contrôle sociologique par le directeur de thèse et les membres du jury – qui ont permis la soutenance d’une thèse valorisant l’astrologie et à la célèbre astrologue d’obtenir le titre de docteur en sociologie. Malheureusement, l’étude de cas cède parfois le pas à la seule dénonciation dans un registre méprisant et pédant. Quoi de plus irritant qu’un texte entendu sur le mode : quelle tâche répugnante (« ingrate », vilipendent les auteurs en épilogue, p. 727), quel temps gâché, comment peut-on être aussi puéril tant l’incohérence est flagrante ! Ce type de clin d’œil stigmatise plus qu’il n’explique.

5Dans ce travail d’explication, les anthropologues, non conviés à participer à ce volume, estiment justement devoir consacrer un peu plus qu’une heure d’effort, sans pour autant se pincer fort le nez et pousser des cris d’orfraie, et cherchent à rendre intelligibles les usages sociaux des sciences3 ou le succès social des parasciences4, ou encore de tout autre produit noble ou ignoble de l’activité symbolique… Ce faisant, ils ne rabattent pas la rationalité sur la scientificité pour en détrousser les acteurs de leur analyse, dès lors condamnée à illustrer une figure de l’irrationnel… Hormis les anthropologues, il ne manquerait pas de philosophes des sciences rompus à l’histoire épistémologique dans la lignée de Georges Canguilhem pour analyser les formes prises par les idéologies scientifiques, à l’instar de Dominique Lecourt dont les analyses sur les rapports de la religion à la science5 ou au politique6 sont particulièrement éclairantes. Dans les deux cas de figure, il ne s’agit pas de traquer les inconséquences épistémiques des « détracteurs », mais de montrer ­comment le relâchement de l’exigence scientifique s’opère en développant une rationalité sociale spécifique, ô combien efficace et, le plus souvent, parfaitement hermétique aux critiques rationalistes. S’il est aisé de récuser la rhétorique de la scientificité, il est en revanche impossible de convaincre logiquement un adversaire qui n’accepte pas cette logique de preuve et d’argument7.

6Je ne saurais donc être convaincu ni du diagnostic ni du remède que proposent les auteurs de ce collectif imposant. Si la première partie de l’ouvrage, qui peut être lue indépendamment de l’engagement rationaliste, a un intérêt certain sur le plan épistémologique, il n’en demeure pas moins que la seconde partie est, d’un point de vue anthropologique, le produit d’un boundery-work qui constitue avant tout un problème analytique classique pour les sciences sociales. Préoccupés 1) à préserver leur monopole cognitif, 2) à rejeter les systèmes déviants, 3) à sortir de la science en tant que telle pour valoriser ses effets de liberté sur la société et 4) à défendre leur autonomie contre toutes les tentatives de récupération, les scientifiques méconnaissent simplement la rationalité sociale à l’œuvre dans la réception d’un effet de vérité comme dans la production d’une rhétorique de la scientificité des biens symboliques : « lorsque, dans un souci de police épistémologique, on s’attache à montrer les inconséquences de la mythologie rationalisée, on s’interdit du même coup de saisir ce qui lui confère une consistance et une efficacité sociale suffisante pour motiver pareille critique et lui résister »8.

Haut de page

Notes

1 Georges Canguilhem, « Qu’est-ce qu’une idéologie scientifique ? », in Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, Paris, Vrin, 1993 : 33.
2 Thomas F. Gieryn, « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science : Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists », American Sociological Review, 1983, 48 (6) : 781-795.
3 Anne Cross, « The Flexibility of Scientific Rhetoric : A Case Study of UFO Researchers », Qualitative Sociology, 2004, 27 (1) : 3-32.
4 À cet égard, voir, par exemple, la posture de Wiktor Stoczkowski, Des hommes, des dieux et des extraterrestres : ethnologie d’une croyance moderne, Paris, Flammarion, 1999.
5 Dominique Lecourt, L’Amérique entre la Bible et Darwin, Paris, Presses universitaires de France, 1998 (« Quadrige »).
6 Dominique Lecourt, Lyssenko : histoire réelle d’une « science prolétarienne », Paris, Presses universitaires de France, 1995 (« Quadrige »).
7 Dans un autre contexte, John R. Searle en conclut même que, face à des adversaires qui ne reconnaissent pas ses règles élémentaires, le rationalisme est logiquement indéfendable (cf. « Rationality and Realism, What is at Stake ? », Daedalus, 1993 : 55-83).
8 Pierre Bourdieu, « La rhétorique de la scientificité : contribution à une analyse de l’effet Montesquieu », in Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982 : 228-229.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Lézé, « Jean Dubessy, Guillaume Lecointre & Marc Silberstein, eds, Les Matérialismes (et leurs détracteurs) », L’Homme, 182 | 2007, 255-257.

Référence électronique

Samuel Lézé, « Jean Dubessy, Guillaume Lecointre & Marc Silberstein, eds, Les Matérialismes (et leurs détracteurs) », L’Homme [En ligne], 182 | avril-juin 2007, mis en ligne le 16 mai 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/4153

Haut de page

Auteur

Samuel Lézé

Laboratoire de sciences sociales, ENS, Paris.
Samuel.Leze@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org