Navigation – Plan du site
LE CORPS EN HÉRITAGE

Le sexe de la proie

Représentations jivaro du lien de parenté
Anne-Christine Taylor
p. 309-334

Résumés

Le propos de cet article est de mettre en lumière les schèmes de pensée sous-jacents à la représentation des relations d’affinité et de consanguinité chez les Jivaro de la haute Amazonie. L’étude s’appuie principalement sur des données relatives d’une part au système des attitudes entre parents, d’autre part à un type d’énoncé performatif, dit anent, destiné à façonner les dispositions relationnelles d’autrui. L’auteur examine d’abord les rapports matrimoniaux et les connexions qu’établit la pensée indigène entre conjugalité et apprivoisement, entre femmes et animaux de chasse, entre séduction et prédation. Elle montre ensuite, à travers une exploration des conceptions du lien entre parents et enfants, comment le complexe de la prédation gouvernant l’affinité s’articule à une représentation de l’identité gouvernée par le schème du bouturage ou clonage végétal, forme de reproduction à la fois unisexuée (féminine) et unigénérationnelle, puisque les positions de « mère » et de « fille » y sont confondues ; partant, l’engendrement de « vraies personnes » dépend de la faculté masculine d’homicide, principe à l’origine de la différenciation des générations, et donc, du point de vue jivaro, de la parenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Christine Taylor, « Le sexe de la proie », L’Homme, 154-155 | 2000, 309-334.

Référence électronique

Anne-Christine Taylor, « Le sexe de la proie », L’Homme [En ligne], 154-155 | avril-septembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/35 ; DOI : 10.4000/lhomme.35

Haut de page

Auteur

Anne-Christine Taylor

CNRS-EREA, Villejuif.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org