Navigation – Plan du site
LE CORPS EN HÉRITAGE

Mariages arabes

La part du féminin
Édouard Conte
p. 279-308

Résumés

La parenté arabe, loin de se structurer exclusivement autour de sa manifestation la plus emblématique qu’est le mariage entre enfants de frères relève d’une dynamique historiquement complexe de contrôle des apports féminins dans les domaines de la constitution du lien d’alliance, de la symbolique des genres et de la biologie. Dans cette perspective, les représentations arabes de la filiation, savantes comme populaires, concourent à préserver l’illusion d’une prééminence universelle de l’agnatisme dans le cadre d’un exercice cognatique de la parenté. Or, ce biais, partie intégrante de la pratique sociale dont le modèle agnatique veut rendre compte, tend à gommer l’asymétrie des rapports de genre, traitée ici à travers l’analyse de faits a priori aussi disparates que la mariage dit par échange, les représentations métaphoriques de la Parenté matricielle et, plus prosaïquement, la réglementation contemporaine, au Proche-Orient arabe, des techniques de procréation médicalement assistée. Ces phénomènes illustrent tous la manière dont la parenté utérine, bien que « voilée », déstabilise en permanence les représentations agnatiques qu’hommes et femmes arabes partagent à un large degré, sans pour autant compromettre la prééminence culturelle et structurelle du masculin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Édouard Conte, « Mariages arabes », L’Homme, 154-155 | 2000, 279-308.

Référence électronique

Édouard Conte, « Mariages arabes », L’Homme [En ligne], 154-155 | avril-septembre 2000, mis en ligne le 04 mai 2007, consulté le 27 avril 2017. URL : http://lhomme.revues.org/34 ; DOI : 10.4000/lhomme.34

Haut de page

Auteur

Édouard Conte

CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org