Navigation – Plan du site
LE CORPS EN HÉRITAGE

Le souffle de la parenté

Mariage et transmission de la baraka chez les clercs musulmans
Jean Schmitz
p. 241-278

Résumés

Ce que l’on peut qualifier de « parenté spirituelle » dans le monde de l’islam  les rapports maître-disciple – se situe en rupture ou même inverse les modes de succession dynastique tels qu’on peut les observer à travers l’exemple de la dynastie peule des satigi de la Vallée du Sénégal. Dans cette région, on assiste à la prise du pouvoir, par des clercs musulmans qui ont déplacé leurs communautés comospolites, ou hétérotopies, à partir d’espaces aux limites des États jusqu’au coeur de la Vallée. Parallèlement l’identification entre relations matrimoniales et rapports maître-disciple pour choisir l’almaami favorisa l’émergence de cercles d’affinité qui furent au centre des dynamiques de la Guerre sainte en Afrique de l’Ouest au xixe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Schmitz, « Le souffle de la parenté », L’Homme, 154-155 | 2000, 241-278.

Référence électronique

Jean Schmitz, « Le souffle de la parenté », L’Homme [En ligne], 154-155 | avril-septembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lhomme.revues.org/33 ; DOI : 10.4000/lhomme.33

Haut de page

Auteur

Jean Schmitz

Centre d’études africaines, ORSTOM-EHESS, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org