Navigation – Plan du site
LE CORPS EN HÉRITAGE

Identité et parentés en Sicile

Salvatore D’Onofrio
p. 225-240

Résumés

Cet article analyse le rôle des choix dans la parenté spirituelle par rapport à d’autres critères qui définissent en Sicile l’identité d’un nouveau-né : à savoir la ressemblance codifiée par la « marque » – système de signes qui s’apparente à celui du bétail – prénom, etc. En particulier, l’auteur pose la question de l’écart entre la norme collectivement reconnue et l’application individuelle qui répond à la nécessité d’entourer l’enfant d’une protection religieuse et sociale, à la nécessité d’équilibrer la relation entre les deux lignées, et parfois au désir de façonner un « réseau préférentiel » pour le mariage, paradoxalement recherché là où, du point de vue canonique, il y a interdiction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salvatore D’Onofrio, « Identité et parentés en Sicile », L’Homme, 154-155 | 2000, 225-240.

Référence électronique

Salvatore D’Onofrio, « Identité et parentés en Sicile », L’Homme [En ligne], 154-155 | avril-septembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 28 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/32 ; DOI : 10.4000/lhomme.32

Haut de page

Auteur

Salvatore D’Onofrio

Université de Palerme, Italie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org