Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Europe

David Lepoutre, avec la collab. d’Isabelle Cannoodt, Souvenirs de familles immigrées

Paris, Odile Jacob, 2005, 377 p., bibl., ill., fig., tabl., généal.
Charles-Henry Pradelles de Latour

Texte intégral

1La documentation qui constitue la matière première de ce livre a été élaborée par cent-vingt adolescents qui, de 1997 à 2000, ont participé à un atelier pédagogique sur la mémoire familiale animé par trois professeurs du collège Poincaré de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis.

2En anthropologie, ce type d’expérience pédagogique est connu. En effet, dans les années 1970 il a été utilisé avec succès par Jerry Leach dans des écoles trobriandaises où il a recueilli, grâce à un atelier d’écriture, la transcription en kilivila et la traduction anglaise de six cents contes consultables sous forme de manuscrits aux archives anthropologiques de la Smithsonian Institution à Washington. Au collège Poincaré, les membres de l’atelier « mémoire familiale », étant, à l’image de la population de la banlieue nord-parisienne, d’origines très diverses – quatorze pays représentés, six départements français et trois d’outre-Mer –, les organisateurs, auteurs du livre, ont pu rassembler un matériel manifestement pluriculturel, ce qui leur a permis, en première lecture, de critiquer les idées établies sur « la mémoire collective » depuis la création du concept par Maurice Halbwachs.

3Si, pour Halbwachs, la mémoire collective, qui se tisse au croisement de tous les groupes que les individus traversent au cours de leur existence, est dotée d’une sorte d’autonomie harmonieuse d’où découle sa transmission de génération en génération, les documents rassemblés dans cet atelier témoignent en revanche d’une mémoire familiale spatialement morcelée, temporellement découpée, et acquise – plutôt que reçue – au cours d’interactions au sein de la famille (p. 295). En effet, les résidences des familles populaires, que ce soient les bidonvilles ou les barres construites en urgence, ont été souvent remplacées, après leur destruction, par des logements plus décents qui ont effacé rapidement la mémoire des habitats antérieurs. Par ailleurs, les famines subies par les populations subsahariennes ou les guerres meurtrières comme celles qu’ont connues les Khmers et les Zaïrois, et les morts accidentelles d’un parent ou les divorces vécus comme un déchirement, ont précipité dans l’oubli des pages entières des parcours migratoires. Enfin, les adolescents ne reçoivent pas comme un dépôt à conserver les éléments de leur histoire familiale : soit ils se les approprient sous forme de revendications pour s’opposer à la norme sociale dominante (cas de Karim, p. 25), soit au contraire ils s’en détachent vivement pour se constituer une personnalité en réaction contre leur propre famille (cas de Naïma, p. 280). Les auteurs du livre retrouvent là des manifestations largement connues des psychologues, à savoir que toute mémoire, qu’elle soit familiale ou autre, est fortement tributaire des interactions individuelles déterminées par les combinaisons complexes des identifications positives et négatives.

4L’apport proprement anthropologique du livre tient, à mes yeux, dans les récits de vie présentés dans les encarts hors texte. Tous ces récits ont été rédigés par des adolescents issus de familles d’immigrés asiatiques, indiens, magrébins, antillais et zaïrois, ayant connu d’une manière ou d’une autre l’écrit. En revanche, aucun de ces récits n’a apparemment été rédigé par des adolescents dont les parents originaires d’Afrique proviennent directement de sociétés orales. C’est là qu’il apparaît une différence culturelle majeure entre société à écriture et société orale, que les auteurs du livre évoquent en se référant aux travaux de Jack Goody sur la transmission des savoirs (pp. 297 sq.). Or, s’il existe en Afrique, comme l’atteste cet auteur, des savoirs agraire, cynégétique et rituel transmis par le vécu, la tradition orale des sociétés africaines ne doit, elle, absolument rien à un savoir. Constituée et véhiculée au cours d’un cycle de vie par les devinettes des enfants, les contes des adolescents et les proverbes des adultes, la tradition orale africaine est beaucoup plus ancrée dans le jeu des énonciations que dans celui des énoncés. Tandis que cet enseignement de la parole est métaphorique, celui de l’écrit, qui s’appuie sur des listes comme Goody l’a fort bien montré dans La Raison graphique1, est descriptif. C’est ce qui explique entre autres, comme je l’ai souvent vérifié en banlieue parisienne, que les parents d’origine africaine ne racontent pour ainsi dire jamais à leurs enfants leur vie sous une forme linéaire. Pour obtenir des informations sur leur histoire, il faut expressément les leur demander, et ensuite les aider à préciser les temps et les lieux par lesquels ils sont passés. D’où les difficultés que les professeurs ont rencontrées dans la famille de Fatou (p. 133) que les intéressés pourront découvrir en lisant le livre.

Haut de page

Notes

1 Jack Goody, La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1978.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henry Pradelles de Latour, « David Lepoutre, avec la collab. d’Isabelle Cannoodt, Souvenirs de familles immigrées », L’Homme [En ligne], 181 | 2007, mis en ligne le 29 janvier 2007, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://lhomme.revues.org/3033

Haut de page

Auteur

Charles-Henry Pradelles de Latour

Centre national de la recherche scientifique. charles-henry.pradelles1@libertysurf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org