Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Histoire et épistémologie

José Luis Moreno Pestaña, En devenant Foucault. Sociogenèse d’un grand philosophe

Traduction [de l’espagnol] de Philippe Hunt ; préface de Gérard Mauger. Bellecombe-en-Bauges, Éd. du Croquant, 2006, 249 p. (« Champ social »).
Samuel Lézé

Texte intégral

1Porter son attention sur les intellectuels en général et sur les philosophes en particulier constitue un véritable défi à l’analyse sociologique des idées. Si l’ambition théorique consiste simplement à faire rupture avec des genres aussi éprouvés que l’hagiographie (ou l’autobiographie) qui édifie en destin des singularités créatrices, ou avec l’exégèse (ou l’histoire de la philosophie) qui développe une logique d’engendrement des idées, tout l’effort empirique doit alors se concentrer pour restituer une histoire sans succomber à la tentation de participer à l’exercice d’admiration, ou à l’agression symbolique que les sciences sociales peuvent encourager à l’égard d’une discipline reine, la philosophie ou les sciences, à des fins de simple démystification : car alors, subjugué par le prestige de son objet, le sociologue ne nous en apprendrait rien. L’étude de José Luis Moreno Pestaña ne se contente pas de remplir ces formalités. Si la question est : que peut nous apprendre la trajectoire intellectuelle de Michel Foucault sur la genèse d’un grand philosophe ?, l’originalité de la réponse apportée ne sera pas de rabattre la dimension cognitive sur la dimension sociale, mais de les tenir ensemble1.

2Ainsi, à la manière d’un microhistorien, José Luis Moreno Pestaña reconstitue sur une période circonscrite (1943-1957) l’entrelacement complexe et fragile de dimensions souvent fragmentées par les études sur le monde intellectuel : il dégage les conditions sociales et institutionnelles du travail philosophique de Michel Foucault et, exercice plus difficile encore, il procède à une lecture sociologique de ses textes de jeunesse (« de commandes »), antérieurs à sa thèse de doctorat (Histoire de la folie, 1961), qui sont autant de prises de position dans des arènes intellectuelles aux enjeux aujourd’hui disparus et où s’élaborent pourtant ses premiers gestes de philosophe. Michel Foucault donne à voir dans le détail le chantier d’une pensée écartelée entre des options théoriques et des identités incompatibles où l’échec2 est toujours possible pour enfin, geste rare, se saisir et se maintenir. La sociologie du « non » qu’élabore José Luis Moreno Pestaña pour rendre compte d’une trajectoire intellectuelle se situe bien en amont du « renom » d’un auteur. La condition nécessaire à la réussite intellectuelle est « la stabilisation d’un habitus théorique ». Dès lors, un grand penseur est « un individu capable de concilier, avec une perspective propre, des mondes théoriques différents, de travailler son expérience sociale sans relâche jusqu’à trouver un biais qui lui soit propre » (p. 241).

3Quelles dispositions intellectuelles acquiert Michel Foucault, comment et dans quelles circonstances ? Quels sont les choix heureux qu’il a opérés parmi ceux possibles, ces thèmes intellectuels de prédilection et les situations qu’il a rencontrées ? Mobilisant des catégories d’analyses élaborées par Pierre Bourdieu, mais aussi celles de l’interactionnisme nord-américain de Howard Becker à Erving Goffman, José Luis Moreno Pestaña tente donc de comprendre comment on devient un grand philosophe à travers un modèle séquentiel de l’excellence intellectuelle plutôt qu’un déviant, fumeur de marijuana3 ! Aussi faut-il un talent littéraire certain pour plonger un lecteur sans introduction ni conclusion dans une intrigue aussi dynamique en cinq actes, et y glisser au moment le plus opportun, là un détail théorique (mais pas trop), ici un commentaire ethnographique (juste assez), sans rien laisser paraître de l’immense difficulté pour obtenir une aussi profonde familiarité avec un monde social particulier et la spécificité d’une pensée encore en formation. Les cinq phases dégagées « au ralenti » (p. 67) sont à mon sens plus logiques que chronologiques : la succession n’a de pertinence théorique que si l’on y repère les points critiques où se trouvent réunies ou non certaines conditions, acquis certains savoir-faire cognitifs et accomplies des actions décisives portant à conséquence. Un changement de position est alors visible.

4Logiques dans leurs cumuls, ces phases ne sont pas pour autant nécessaires. Les conditions sociales facilitent, mais ne déterminent pas les décisions. Ainsi, le contrôle scolaire attentif de la mère du jeune Michel n’a rien de très exceptionnel dans un univers familial bourgeois (de province, Poitiers), mais conditionne très tôt ses efforts sur le versant maternel et scolaire tout en rejetant l’éventualité d’une carrière médicale à laquelle son père le destinait. À ce stade, Michel est un « bon » élève armé par sa mère de multiples atouts pour la compétition scolaire (tuteurs, école privée, « alliés » font partie du capital social de la famille) lorsqu’il s’agit de préparer son débarquement à Paris : les classes de khâgne, où les élèves assimilent dans l’urgence des routines cognitives économiques (des « prêts-à-penser » sophistiqués) et l’exigence d’exhiber sa singularité dans le maniement de topiques savantes ; puis son entrée à l’École normale supérieure (1946), où il est considéré « élève élite ». Sans en surestimer le ressort, José Luis Moreno Pestaña montre bien que sa dévotion totale au travail scolaire constitue non seulement un « véhicule » pour fuir le destin paternel et sa famille poitevine, mais aussi l’occasion de trouver une « niche » acceptable pour vivre son homosexualité, bien que ce stigmate le rende irrémédiablement discréditable, seul et vulnérable, ses tentatives de suicide (entre 1959 et 1961) étant là pour nous le rappeler. Rien n’est encore gagné…

5Si la psychologie (Licence, 1949) et la maladie mentale sont très tôt des thèmes de prédilection pour le jeune Foucault, ce n’est pas seulement « comme une manière de conquérir la maîtrise théorique d’un malaise vital » (p. 61), mais aussi parce qu’ils « figuraient à l’agenda intellectuel des aspirants philosophes » (p. 68). Là se joue une partie de son futur : deviendra-t-il psychologue ? Doit-il finalement embrasser une carrière médicale ? Bien qu’excellent joueur sur l’échiquier scolaire – à l’occasion moqueur et sarcastique à l’égard de ses camarades de promotion qu’il ne manque pas de dévaloriser –, tous les normaliens ne deviennent pas de véritables créateurs intellectuels, loin s’en faut. Outre son échec à l’agrégation de philosophie (1950), il est certain que Michel n’est pas aussi assuré, ce qui se marque notamment par son indétermination à l’égard des marchés intellectuels (sera-t-il philosophe ou psychologue ? – il devient répétiteur de psychologie en 1951) et des prises de position philosophiques alors qu’il doit se doter, comme tout philosophe de sa génération, d’une solide connaissance en phénoménologie.

6Son indétermination devient vite contradiction. José Luis Moreno Pestaña le montre bien en articulant expérience sociale, catégorie scientifique et travail sur soi. Il compare, tableau à l’appui, la stratégie narrative et les postures théoriques de deux textes parsemés de schèmes et de thèmes scolaires4 : si l’introduction à Ludwig Binswanger5 met en scène un auteur qui tente de s’instaurer philosophe (qui joue « gros »), celle de Maladie mentale et personnalité6 indique une suspension et une hésitation dans ce rôle, cette oscillation globale ne renvoyant finalement à aucune identité théorique. Dans ce cadre, l’abandon de la philosophie est même concevable… Mais, en 1957, « La psychologie de 1850 à 1950 »7 et « La recherche scientifique et la psychologie »8 inaugurent, pour José Luis Moreno Pestaña, un véritable tournant. Le premier texte, prudent, fait l’histoire épistémologique de la psychologie en s’inspirant de Gaston Bachelard et de Georges Canguilhem. Le second, même s’il rejoint dans sa posture critique les lieux communs philosophiques au sujet de la psychologie, par ailleurs largement marqués par la déflagration que généra le célèbre article de Georges Canguilhem9, constitue en quelque sorte le premier geste intellectuel assuré d’une longue série de Michel Foucault, ramassant à la fois sa pensée (le thème des disciplines apparaît et stabilise son dispositif analytique) et s’installant définitivement dans son magistère philosophique, en surplomb (son identité se stabilise). Non, il ne sera pas psychologue. Certes, il n’y a là rien de particulièrement génial ni de très créatif dans ce geste d’une insoutenable légèreté, mais il y a déjà une résolution qui imposera au champ philosophique ses règles propres.

Haut de page

Notes

1 Pour une note critique plus développée sur les enjeux d’une sociologie des intellectuels, je renvoie à mon texte en espagnol, «¿Qué es un gesto intelectual?», Daimon: revista de filosofía (à paraître).
2 José Luis Moreno Pestaña, «Consécration institutionnelle, consécration intellectuelle, autonomie créatrice : pour une sociologie de l’échec intellectuel » ; communication aux rencontres The International Circulation of Idea’s in Europe’s Social Sciences, Espace européen des sciences sociales, Crète, 1er et 2 juillet 2005.
3 Sur les modèles séquentiels de la déviance, voir Howard S. Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 : chap. II.
4 Il n’est pas difficile d’en déduire que l’approche sociologique de la production philosophique exige aussi des compétences philosophiques éprouvées plutôt qu’une simple familiarité.
5 Cf. Michel Foucault, « Introduction à Le Rêve et l’existence », in Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994 : I, 65-119.
6 Cf. Michel Foucault, Maladie mentale et personnalité, Paris, Presses universitaires de France, 1954.
7 In Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994 : I, 120-137.
8 Ibid. : I, 137-158.
9 Georges Canguilhem, « Qu’est-ce que la psychologie ? [1958] », in Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin, 1968: 365-381.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Lézé, « José Luis Moreno Pestaña, En devenant Foucault. Sociogenèse d’un grand philosophe », L’Homme [En ligne], 181 | 2007, mis en ligne le 29 janvier 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/3014

Haut de page

Auteur

Samuel Lézé

Laboratoire de sciences sociales, École normale supérieure, Paris.
Samuel.Leze@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org