Navigation – Plan du site
Vivre au quotidien dans la ville hostile

Normes de dangers et production d’urbanités

Quelques réflexions à partir de villes en conflit (Kaboul et Naplouse)
Norms of Danger and Production of Urbanities. Some Reflexions on Cities in Conflict (Kabul and Nablus
Azita Bathaïe et Véronique Bontemps
p. 263-286

Résumés

À partir d’exemples tirés de deux terrains (Kaboul et Naplouse), cet article entreprend de réfléchir à la manière dont le danger organise les représentations et les usages de la ville, dans des villes en conflit armé. Malgré la diversité de ces situations, nous partons de l’hypothèse que les pratiques des habitants citadins pour « vivre avec » les dangers au quotidien comportent des caractéristiques communes. Après avoir présenté les contextes dans lesquels sont pensées les situations de danger, l’article décrit les éléments sensibles qui mènent à l’intériorisation de normes, ainsi que les dispositifs de familiarisation mis en place par les habitants. Enfin, il esquisse quelques pistes pour interroger la manière dont le danger peut agir comme analyseur de la ville, voire producteur d’urbanité.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été réalisé dans le cadre du laboratoire d’excellence LabexMed – Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée 10-Labx-0090. Il a bénéficié d’une aide du gouvernement français, gérée par l’Agence nationale de la recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*Midex portant la référence n°Anr-11-Idex-0001-02.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des villes diversement “dangereuses”
Naplouse et Kaboul
Peur, danger, risque, menace et sécurité
Usages et dispositions
Transmission et reproduction des savoir-faire du danger
Matérialisations de la menace, signes du danger
Dangers et production d’urbanités
Espaces et temporalités des dangers
Perceptions sociales et générationnelles de la menace
Se réapproprier la ville, prendre des risques

Aperçu du texte

Cet article trouve son origine dans un malaise ressenti par les auteures face à la manière dont la question du danger (ou son envers, la « sécurité ») s’est durablement posée sur leurs terrains respectifs : les villes de Kaboul en Afghanistan et de Naplouse en Cisjordanie. Nos proches nous interrogeaient fréquemment : n’était-ce pas « dangereux » d’habiter là-bas ? « Comment faisions-nous » pour nous rendre sur de pareils terrains ? Naplouse et Kaboul, répondions-nous, ne sont en rien réductibles au contexte de violence auquel on les résume parfois : ce sont des villes actives, où évoluent des femmes et des hommes qui travaillent, des enfants qui vont à l’école. S’il apparaît effectivement pertinent de ne pas identifier ces villes uniquement à des « espaces-temps en crise » (Romani 2008 : 50), ces questions invitent pourtant à réfléchir sur la façon dont les habitants « font avec » le danger dans leur vie de tous les jours. Comment rendre compte de cette confrontation ordinaire avec...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Azita Bathaïe et Véronique Bontemps, « Normes de dangers et production d’urbanités », L’Homme, 219-220 | 2016, 263-286.

Référence électronique

Azita Bathaïe et Véronique Bontemps, « Normes de dangers et production d’urbanités », L’Homme [En ligne], 219-220 | 2016, mis en ligne le 28 novembre 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/29127 ; DOI : 10.4000/lhomme.29127

Haut de page

Auteurs

Azita Bathaïe

Aix-Marseille Université, CnrsIdemec, LabexMed, Aix-en-Provence

Véronique Bontemps

Centre national de la recherche scientifique (Cnrs)Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, Laboratoire d’anthropologie urbanités mondialisations (Iiac/Laum), Ivry-sur Seine

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org