Skip to navigation – Site map
Vivre au quotidien dans la ville hostile

Se fondre dans la ville sans rester anonyme

Les cadres politiques de l’expérience des migrants du Mozambique à Johannesburg
Blending Into the City Without Staying Anonymous. The Political Frameworks of Mozambican Migrants’ Experience in Johannesburg
Dominique Vidal
p. 233-262

Abstracts

This article examines the political frameworks defining the experience of Mozambican migrants in Johannesburg. In a situation in which foreigners from other African countries face xenophobia, the image of city-dweller which stands out has little to do with that of the individual that values big city anonymity to play a multiplicity of roles on different social stages. The feeling of insecurity that dominates their lives leads them either to do everything so that their foreignness does not draw attention or to be recognized as interesting interaction partners in small social circles.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Du labour migrant system à l’effondrement de l’apartheid
Étranger et Makwerekwere dans une métropole post-fordiste
Aménager des périmètres de sécurité
L’invisibilité plutôt que l’action collective
Devenir un bon voisin
Travailler hors la loi

First lines

Les sciences sociales ont abondamment défendu l’idée selon laquelle la ville permet un détachement des appartenances assignées, tout en insistant souvent sur l’engendrement de formes de vie sui generis qui échapperaient à toutes contraintes. C’est d’ailleurs, on le sait, l’une des principales critiques adressées aux sociologues de l’école de Chicago que de ne pas avoir accordé beaucoup d’importance aux forces économiques et politiques qui façonnent les espaces et la vie des citadins (Castells 1972). De même, contrairement à ce qu’avait suggéré Louis Wirth, figure majeure de cette école, l’anonymat n’est pas nécessairement le type de situation prédominant en ville (2004 [1938]), l’interconnaissance jouant également un rôle actif, comme Oscar Lewis et Lyn Lofland l’ont souligné, chacun à sa manière (Lewis 1965 ; Lofland 1973).

L’objet de cet article n’est ni de réaffirmer l’individualité que favorise la ville, ni de lui opposer le poids des déterminismes qui s’y exercent, ni de relever...

Top of page

References

Bibliographical reference

Dominique Vidal, « Se fondre dans la ville sans rester anonyme », L’Homme, 219-220 | 2016, 233-262.

Electronic reference

Dominique Vidal, « Se fondre dans la ville sans rester anonyme », L’Homme [Online], 219-220 | 2016, Online since 28 November 2018, connection on 23 September 2017. URL : http://lhomme.revues.org/29115 ; DOI : 10.4000/lhomme.29115

Top of page

About the author

Dominique Vidal

Université Paris Diderot-Paris 7Unité de recherche « Migrations et société » (Urmis)

By this author

  • Africa [Full text]
    , Cambridge, Cambridge University Press, 2015, 151 p.
    Published in L’Homme, 219-220 | 2016
Top of page

Copyright

© École des hautes études en sciences sociales

Top of page
  • Revues.org