Navigation – Plan du site
Vivre au quotidien dans la ville hostile

Se fondre dans la ville sans rester anonyme

Les cadres politiques de l’expérience des migrants du Mozambique à Johannesburg
Blending Into the City Without Staying Anonymous. The Political Frameworks of Mozambican Migrants’ Experience in Johannesburg
Dominique Vidal
p. 233-262

Résumés

Cet article étudie les cadres politiques qui définissent l’expérience des migrants du Mozambique à Johannesburg. Dans un contexte marqué par une forte xénophobie à l’égard des étrangers d’autres pays du continent, la figure du citadin qui se dégage parmi ces migrants n’a que peu à voir avec celle de l’individu qui valorise l’anonymat de la grande ville pour jouer différents rôles selon les scènes sociales où il se produit. L’adversité qui domine leur vie en migration les conduit bien davantage, soit à tout faire pour que leur extranéité n’attire pas l’attention, soit à se faire reconnaître comme des partenaires d’interaction intéressants dans des cercles sociaux de petite taille.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Du labour migrant system à l’effondrement de l’apartheid
Étranger et Makwerekwere dans une métropole post-fordiste
Aménager des périmètres de sécurité
L’invisibilité plutôt que l’action collective
Devenir un bon voisin
Travailler hors la loi

Aperçu du texte

Les sciences sociales ont abondamment défendu l’idée selon laquelle la ville permet un détachement des appartenances assignées, tout en insistant souvent sur l’engendrement de formes de vie sui generis qui échapperaient à toutes contraintes. C’est d’ailleurs, on le sait, l’une des principales critiques adressées aux sociologues de l’école de Chicago que de ne pas avoir accordé beaucoup d’importance aux forces économiques et politiques qui façonnent les espaces et la vie des citadins (Castells 1972). De même, contrairement à ce qu’avait suggéré Louis Wirth, figure majeure de cette école, l’anonymat n’est pas nécessairement le type de situation prédominant en ville (2004 [1938]), l’interconnaissance jouant également un rôle actif, comme Oscar Lewis et Lyn Lofland l’ont souligné, chacun à sa manière (Lewis 1965 ; Lofland 1973).

L’objet de cet article n’est ni de réaffirmer l’individualité que favorise la ville, ni de lui opposer le poids des déterminismes qui s’y exercent, ni de relever...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Vidal, « Se fondre dans la ville sans rester anonyme », L’Homme, 219-220 | 2016, 233-262.

Référence électronique

Dominique Vidal, « Se fondre dans la ville sans rester anonyme », L’Homme [En ligne], 219-220 | 2016, mis en ligne le 28 novembre 2018, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/29115 ; DOI : 10.4000/lhomme.29115

Haut de page

Auteur

Dominique Vidal

Université Paris Diderot-Paris 7Unité de recherche « Migrations et société » (Urmis)

Articles du même auteur

  • Africa [Texte intégral]
    , Cambridge, Cambridge University Press, 2015, 151 p.
    Paru dans L’Homme, 219-220 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org