Navigation – Plan du site
Vivre au quotidien dans la ville hostile

La ville des sans-papiers

Frontières mouvantes et gouvernement des marges
City of Undocumented Migrants. Shifting Borders and the Government of the Margins
Stefan Le Courant
p. 209-232

Résumés

Pour les étrangers en situation irrégulière vivant en France, échapper à l’expulsion du territoire nécessite d’adapter son comportement quotidien à cette menace. Comme elle est avant tout question de perception personnelle, la menace fait planer un doute incessant sur l’apparence des choses. Les étrangers en situation irrégulière font l’expérience quotidienne de frontières aux contours mouvants, la menace se révèle alors être un instrument de gouvernement exerçant un contrôle protéiforme sur une population difficilement saisissable autrement.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Vivre avec le danger, faire avec la menace
Cartographier le danger
Échapper au soupçon policier : simuler et dissimuler
Vivre dans le labyrinthe d’un quotidien sans routine
Qui est le policier ?
Des frontières mouvantes
Quête de refuge et dissémination des contrôles
Le repli dans l’espace privé
(Ré)apparaître en public

Aperçu du texte

La politique appliquée aux étrangers en situation irrégulière en France repose, pour partie, sur une série de discours faisant de ces derniers la source de menaces diverses : pour l’ordre, la sécurité, le système de protection sociale, l’identité nationale. Cette rhétorique participe d’une lutte normative pour la définition de l’immigration comme « problème » relevant principalement du registre sécuritaire (Huysmans 2006). La formation de l’Union européenne a contribué à cette construction en associant l’immigration irrégulière à un continuum de menaces allant du crime organisé au terrorisme (Bigo 1998). Fondée le plus souvent sur des amalgames simplificateurs, cette rhétorique fait exister la menace contre laquelle elle se propose de lutter et c’est au nom des « angoisses » légitimes des électeurs qu’une « politique de fermeté » est menée. Ainsi, le besoin de sécurité des uns – au premier rang duquel se trouvent les nationaux – passe par l’insécurisation des autres – les étrangers ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefan Le Courant, « La ville des sans-papiers », L’Homme, 219-220 | 2016, 209-232.

Référence électronique

Stefan Le Courant, « La ville des sans-papiers », L’Homme [En ligne], 219-220 | 2016, mis en ligne le 28 novembre 2018, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/29106 ; DOI : 10.4000/lhomme.29106

Haut de page

Auteur

Stefan Le Courant

École des hautes études en sciences sociales Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (Ehess)Laboratoire d’anthropologie, urbanités, mondialisations, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org