Navigation – Plan du site
Contrôles et résistances

La police, le “gang” et le non profit

Logiques de pacification dans un ghetto nord-américain
The Police, the “Gang” and the Non Profit. Logics of Pacification in a North-American Ghetto
Martin Lamotte
p. 149-174

Résumés

La vie dans le South Bronx est marquée par une série d’expériences qui renvoient à deux types de violences : une violence policière et une violence sociale. Dans cet article, je montrerai que ces formes de violence participent de logiques de pacification, entendue comme le double processus de contrôle et de fabrication d’un ordre social, qui forgent les conditions de vie des plus pauvres dans les ghettos nord-américains. La pacification ne désigne pas un projet unifié mais est le résultat de plusieurs logiques qui doivent être pensées conjointement. C’est dans cette perspective que j’analyse, à partir d’une ethnographie dans le quartier du South Bronx à New York, l’imbrication de trois logiques de pacification : celle de la police, celle des non profit et celle des gangs. Penser ensemble ces logiques permet de décrire la pénétration récente du marché dans les ghettos nord-américains, articulée à un renforcement des politiques publiques sécuritaires.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Épisode 1. La police
Occupation et chasse à l’homme : le stop-and-frisk
Disparitions par soustraction : emprisonnement et homicide
Épisode 2. Le non profit
Le shelter
Désengagement de l’État et transformation des non profit
La pacification par le profit
Épisode 3. Le gang
Du street corner gang à la Junta Central : la fin des guerres de territoire
Politisation des Ñetas : le gang organizing

Aperçu du texte

S’adressant à son fils de quinze ans, l’auteur afro-américain Ta-Nehisi Coates décrit l’expérience d’être noir dans le quartier pauvre de Baltimore de sa jeunesse : « C’était comme être nu face aux éléments du monde – face aux armes à feu, face aux coups de poing, aux couteaux, au crack, au viol et à la maladie » (2015 : 17, ma traduction). Cette nudité n’a rien d’une erreur écrit-il, car elle est le résultat d’une politique et de siècles passés à vivre dans la peur. Être noir aux États-Unis, c’est vivre dans un état constant de peur et de « guerre pour la possession de son corps » (Ibid. : 18, ma traduction), alors que les institutions tentent de le discipliner.

En effet, être pauvre et appartenir à une minorité raciale, c’est passer par une série d’expériences qui renvoient à deux types de violences : une violence policière et une violence sociale. Ces formes de violence participent de différentes logiques de pacification, entendue comme le double processus de contrôle et de fabric...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Lamotte, « La police, le “gang” et le non profit », L’Homme, 219-220 | 2016, 149-174.

Référence électronique

Martin Lamotte, « La police, le “gang” et le non profit », L’Homme [En ligne], 219-220 | 2016, mis en ligne le 28 novembre 2018, consulté le 23 mai 2017. URL : http://lhomme.revues.org/29079 ; DOI : 10.4000/lhomme.29079

Haut de page

Auteur

Martin Lamotte

École normale supérieure (Ens) – École des hautes études en sciences sociales(Ehess)Labex TransferS, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org