Navigation – Plan du site
Luttes de pouvoir dans les marges urbaines

La guerre au quotidien

Notes ethnographiques sur le conflit urbain à São Paulo (Brésil)
The Ordinary War. Ethnographic Notes of Urban Conflict in São Paulo (Brazil)
Gabriel de Santis Feltran et David Yann Chaigne
p. 93-113

Résumés

Cet article propose une ethnographie du conflit urbain contemporain à São Paulo. Au lieu de partir des événements spectaculaires de violence meurtrière qui brisent la routine urbaine – la police militaire tue en moyenne 2 personnes par jour à São Paulo –, nous décrirons le quotidien des acteurs impliqués dans les régimes normatifs de l’État et du « monde du crime » local, en mettant l’accent sur les conflits et les négociations entre les polices de l’État et les politiques du Premier commando de la capitale ou Pcc (la principale faction criminelle de São Paulo). On constatera que la « pacification » de São Paulo durant les années 2000 – les homicides ont chuté de 62 % dans l’État – s’est appuyée sur l’action du Pcc consistant à diffuser quotidiennement des valeurs partagées de « paix entre marginaux » et de « guerre contre le système ». Cette « pacification » n’est donc pas le fruit d’une politique étatique de réduction de la criminalité violente, mais plutôt l’expression de l’expansion sociale, économique et politique du « monde du crime ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

En quête de renforts
En croisant les échelles

Aperçu du texte

“São Paulo, place des Jasmins, un mardi après-midi. Trois enfants des rues attirent mon attention, notamment le plus petit d’entre eux, Pingo, qui ne doit pas avoir plus de sept ans ; les deux autres ont neuf et onze ans. Tous trois sont accompagnés de Bia, une jeune femme de vingt ans aux cheveux crépus attachés en arrière, vêtue d’un short en jean et d’un haut très court, en tongs, comme pour traîner à la maison. Les garçons, torse nu, en bermuda et en tongs, portent des casquettes. Leurs tee-shirts sont accrochés dans un arbuste, qui sert d’étendoir de fortune. Il fait chaud. Je les regarde, le plus grand me regarde également, je le salue d’un hochement de tête.
Autour, les gens marchent vite : une femme noire avec des lunettes de soleil, une autre, d’origine japonaise, savourant un sorbet aux fruits, une étudiante à l’épaule tatouée, un homme en costume gris parlant au téléphone. Et beaucoup d’autres, à pied et dans les voitures arrêtées au feu, ou encore à moto. Si l’on devait f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel de Santis Feltran et David Yann Chaigne, « La guerre au quotidien », L’Homme, 219-220 | 2016, 93-113.

Référence électronique

Gabriel de Santis Feltran et David Yann Chaigne, « La guerre au quotidien », L’Homme [En ligne], 219-220 | 2016, mis en ligne le 28 novembre 2018, consulté le 27 avril 2017. URL : http://lhomme.revues.org/29049 ; DOI : 10.4000/lhomme.29049

Haut de page

Auteurs

Gabriel de Santis Feltran

Universidade federal de São Carlos (UFSCar)Departamento de sociologia, São Carlos (Brasil)

David Yann Chaigne

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org