Navigation – Plan du site
Luttes de pouvoir dans les marges urbaines

Vies de caïds et justice informelle à Lahore (Pakistan)

“Underworld Bosses” and Informal Justice in Lahore (Pakistan)
Paul Rollier
p. 63-91

Résumés

Cet article porte sur les formes changeantes de la médiation criminelle et de la culture de l’illégalité en milieu urbain au Pakistan, un pays où l’État est souvent perçu comme fragmenté, incapable de rendre justice ni d’assurer la sécurité de tous ses citoyens. Sur la base d’un travail de terrain à Lahore, je m’intéresse aux récits de caïds de quartier, à leurs lieux de pouvoir et à leur rôle de médiateurs locaux. Bien qu’ayant recours à la violence, ceux qui ont pu tirer profit de la privatisation croissante de la justice dans le pays se présentent comme des arbitres vertueux au service des populations urbaines pauvres. J’analyse les différents répertoires du caïdisme et les récits qui entourent la figure du criminel dans la région, en montrant comment de nouvelles formes de criminalité ébranlent l’éthique traditionnelle de l’illégalité. Je conclus en faisant valoir que malgré leurs stratégies d’autolégitimation et les mythes qu’ils déploient, au vu de leurs rapports avec les acteurs politiques et les institutions de l’État, ces hommes soutiennent en fait l’ordre sociopolitique qu’ils prétendent braver au service des plus démunis.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le dera et l’ethos de la pègre
Désir de respectabilité
Conciliations

Aperçu du texte

“Ma vie n’était faite que de transactions immobilières, de flingues et de bastons. Je faisais ça pour le fun. Un regard de travers, et je sortais mon gun ! J’étais un vrai délinquant (badmash) ». Kalashan ne parvint jamais au statut d’underworld boss, ou parrain de la pègre, auquel il prétendait. Je le retrouve souvent assis, bavardant devant son taxiphone, une petite pièce qui surplombe une ruelle de la vielle ville de Lahore. Ces quartiers aux venelles enchevêtrées conservent un air de village, bien que Lahore, capitale culturelle du Pakistan, compte actuellement plus de 10 millions d’habitants. Jour et nuit, on vient chez Kalashan pour utiliser ses lignes téléphoniques, remettre du crédit sur son portable ou louer une de ses trois motos déglinguées. Robuste trentenaire, Kalashan (surnom hérité de son goût pour les Kalachnikovs) vit avec sa femme, leur nouveau-né, ses quatre frères et ses parents dans un trois-pièces au fond de la ruelle. Il m’arrive de passer l’après-midi avec lu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Rollier, « Vies de caïds et justice informelle à Lahore (Pakistan) », L’Homme, 219-220 | 2016, 63-91.

Référence électronique

Paul Rollier, « Vies de caïds et justice informelle à Lahore (Pakistan) », L’Homme [En ligne], 219-220 | 2016, mis en ligne le 28 novembre 2018, consulté le 27 février 2017. URL : http://lhomme.revues.org/29034 ; DOI : 10.4000/lhomme.29034

Haut de page

Auteur

Paul Rollier

University of St GallenSchool of Humanities and Social Sciences, St Gallen (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org