Navigation – Plan du site
Études & Essais

La redescription de l’anthropologie selon Marilyn Strathern

Marilyn Strathern’s Redescription of Anthropology
Ashley Lebner et Arianne Dorval
p. 117-149

Résumés

Cet article se penche sur la vision de la description anthropologique comme redescription élaborée par Marilyn Strathern. Il éclaire non seulement la façon dont les relations animent l’anthropologie de Strathern, mais aussi la façon dont celle-ci redécrit la discipline elle-même. En effet, la redescription n’est pas un « concept » qui nous permet de « comparer » des « sociétés ». Il s’agit plutôt d’une « relation », désignée comme telle parce qu’elle a besoin des autres pour fonctionner, et qui permet par conséquent d’envisager les connexions/distinctions interpersonnelles et conceptuelles sous un jour nouveau. L’article examine la série de relations qui composent la redescription selon Strathern – depuis le décentrement et l’analogie jusqu’aux rela-tions et à la politique –, soulignant d’emblée l’importance du décentrement qu’elle opère de deux termes clés en anthropologie : la société et l’individu. C’est de ce décentrement qu’émerge la créativité intellectuelle de Strathern : d’une réflexion sur la socialité et la dividualité à la critique de la comparaison classique ; du déploiement de la raison analogique à son travail d’écriture en tant qu’auteur-cyborg ; et du développement d’un nouveau genre anthropologique à la reconceptualisation de la politique anthropologique comme redescription des relations. En allant au cœur même de la pratique anthropologique élaborée par Strathern, en montrant comment chacune de ses analyses est reliée aux autres, cet article vise à initier un nouveau dialogue avec son œuvre. Si le style ethnographique de Strathern demeure un défi, éclairer la cohérence encore peu explorée de son projet redescriptif s’avère en effet une excellente façon d’entamer de nouvelles discussions.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Commencer par décentrer
Comparaison, (comme) analogie
Société : Comparaison = Socialité : Analogie
Écrire l’anthropologie, ignorer l’échelle
Relations
Une politique de la redescription

Aperçu du texte

Marilyn Strathern peut tout à fait commencer un essai par une vignette ethnographique et y répondre par une autre, préférant cultiver l’aspect énigmatique de son objet plutôt que d’en donner la clé. Chez Strathern, la forme fait bien sûr partie de l’argument, ce qui est une manière pour elle d’attirer ses lecteurs, dans l’espoir de capter leur attention et non de les obliger à respecter les termes d’un contrat. Cette transformation de la forme et de l’argumentation, cette façon d’écrire avec et à partir des récits des autres, est une facette de ce que j’appellerai ici « redescription », bien qu’une redescription implique aussi de mettre en œuvre d’autres relations, comme nous le verrons plus loin. Même si elle « dissimule » certains termes de son argumentation, Strathern choisit ses mots et ses formes très soigneusement – ce n’est pas toujours manifeste, son écriture étant souvent jugée simplement « difficile ». En effet, le plus important lorsqu’on entame la lecture de l’œuvre de S...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ashley Lebner et Arianne Dorval, « La redescription de l’anthropologie selon Marilyn Strathern », L’Homme, 218 | 2016, 117-149.

Référence électronique

Ashley Lebner et Arianne Dorval, « La redescription de l’anthropologie selon Marilyn Strathern », L’Homme [En ligne], 218 | 2016, mis en ligne le 19 mai 2018, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/28946 ; DOI : 10.4000/lhomme.28946

Haut de page

Auteurs

Ashley Lebner

Wilfrid Laurier UniversityDepartment of religion and culture Warterloo (Canada)

Arianne Dorval

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org