Navigation – Plan du site
Études & Essais

La sorcellerie en Mélanésie

Élicitation de l’inacceptable
Sorcery in Melanesia. Elicitation of Unacceptable
Laurent Dousset
p. 85-115

Résumés

La sorcellerie demeure d’une grande actualité dans les pays de la Mélanésie, tout particulièrement en Papouasie Nouvelle-Guinée et au Vanuatu. Elle préoccupe les décideurs politiques, les législateurs et les organisations non gouvernementales, et elle reste une pratique considérée comme importante parmi de nombreuses populations locales. Les chercheurs qui s’intéressent à ces faits sociaux ont tendance à cloisonner l’analyse et à privilégier une approche qui considère la sorcellerie comme un indicateur de mutations économiques et politiques postcoloniales. D’autres, plus rares, étudient la sorcellerie en la déconnectant des contextes historiques et politiques des pays en question pour y trouver des logiques de représentations culturelles. L’analyse d’un cas de sorcellerie récent dans le sud de l’île de Malekula au Vanuatu montre que ces approches sont pourtant complémentaires. La distinction entre magie et sorcellerie est difficile au Vanuatu, car les moyens techniques à disposition sont identiques. Ce qui fonde une telle distinction est l’accusation, c’est-à-dire la verbalisation d’actes présumés qui, tout en puisant leurs sources dans un répertoire reconnu comme acceptable, sont pensées être une forme de résistance à un ordre social qui émerge. Ces moments de verbalisation, véritables élicitations de paroles formalisées, sont des lieux où l’être ensemble et l’être pareil se révèlent parce qu’ils permettent de distinguer l’acceptable de l’inacceptable. Ces élicitations se présentent comme des moments d’explication, d’affirmation et de transformation de valeurs sociales jugées fonder l’appartenance et révéler le collectif. L’accusation de sorcellerie et l’identification du sorcier présumé constituent ainsi simultanément un procédé pour agir sur le monde et un moyen pour le penser. C’est parce que la sorcellerie fait et permet tout cela en même temps que, non seulement elle reste actuelle dans les pays de Mélanésie et au-delà, mais aussi qu’elle continue à être si centrale dans la vie des habitants de Malekula.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La sorcellerie à l’œuvre
Sorcellerie et contexte d’élicitation
La sorcellerie : agir sur le monde
La sorcellerie : organiser le monde

Aperçu du texte

En 2013, le groupe de recherche State, Society and Governance in Melanesia de l’université nationale australienne organise un colloque intitulé « Les meurtres liés à la sorcellerie : culture, législation et droits de l’homme ». Ce colloque s’inscrit dans un contexte particulier, marqué à la fois par une recrudescence, depuis ces dernières années, de cas rapportés de sorcellerie et d’exécutions sommaires et publiques de présumés sorciers en Mélanésie, et par une pression croissante des organisations non gouvernementales internationales qui œuvrent pour la défense des droits de l’homme auprès des institutions publiques de la Papouasie Nouvelle-Guinée et du Vanuatu.

Les discussions et conclusions de cette réunion d’acteurs et spécialistes issus de secteurs les plus divers sont publiées deux ans plus tard dans un ouvrage collectif. Édité par Miranda Forsyth et Richard Eves (2015), Talking it Through. Responses to Sorcery and Witchcraft Beliefs and Practices in Melanesia vise à articuler ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dousset, « La sorcellerie en Mélanésie », L’Homme, 218 | 2016, 85-115.

Référence électronique

Laurent Dousset, « La sorcellerie en Mélanésie », L’Homme [En ligne], 218 | 2016, mis en ligne le 19 mai 2018, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lhomme.revues.org/28929 ; DOI : 10.4000/lhomme.28929

Haut de page

Auteur

Laurent Dousset

École des hautes études en sciences sociales, Aix-Marseille Université, Cnrs, EhessCentre de recherche et de documentation sur l’Océanie, Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org