Navigation – Plan du site
En question

Les territoires de Talal Asad

Pouvoir, sécularité, modernité
Jean-Michel Landry
p. 77-89

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Anthropologie et “généalogie”
Émergence et usages du concept de “religion”
Une anthropologie de la raison séculière
Disjoindre droit et éthique : l’exemple égyptien

Aperçu du texte

Curieuse lacune : Talal Asad, possiblement le plus influent anthropologue vivant, demeure toujours méconnu du public francophone. Que nombre d’auteurs nouvellement traduits commentent ses thèses ne change vraisemblablement rien à l’affaire. Que son travail puise largement dans le répertoire intellectuel français (Marcel Mauss, Michel Foucault, Michel de Certeau) non plus. Son nom, ses écrits, les ouvertures théoriques qu’il a suscitées ne figurent pas sur nos écrans-radar. Et ce, bien que sa pensée se soit jusqu’ici déployée sur des terrains familiers : retour sur le colonialisme, débat sur la sécularité, considérations sur la religion, études sur la violence. Lost in translation, Talal Asad ?

Gageons que la traduction de ses écrits en français changera la donne. Les pages qui suivent anticipent sur cette parution ; elles retracent le travail accompli par cet anthropologue au cours des dernières décennies, exposent les thèmes qui irriguent son œuvre et les perspectives d’analyse qu’e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Landry, « Les territoires de Talal Asad », L’Homme, 217 | 2016, 77-89.

Référence électronique

Jean-Michel Landry, « Les territoires de Talal Asad », L’Homme [En ligne], 217 | 2016, mis en ligne le 24 février 2018, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/28860 ; DOI : 10.4000/lhomme.28860

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Landry

University of California, Berkeley (États-Unis)Institut français du Proche-Orient

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org