Navigation – Plan du site
Études & essais

L’alliance matrimoniale des sociétés traditionnelles entre discours épidictique et discours apodictique, entre dette symbolique et échange

The Matrimonial Alliance in Traditional Societies: Between Epideictic and Apodictic Discourses, Between Symbolic Debt and Exchange
Charles-Henry Pradelles de Latour
p. 45-59

Résumés

L’auteur raconte comment, sur son premier terrain africain en pays bamiléké, sa neutralité dans une affaire de sorcellerie lui valut d’être appelé Tiènja’, un nom réservé aux fils de filles du chef, lui conférant un statut d’allié du chef, auquel il était désormais lié par une dette symbolique d’alliance matrimoniale.
Cette dette d’alliance introduit un ordre de discours totalement différent du discours courant. D’une part, elle relève du discours épidictique où son absence de contenu est reconnue dans l’après-coup de son effectuation et non avant comme dans le discours apodictique. D’autre part, à la différence de l’action qui vise une fin, la dette symbolique fait acte, en instaurant une séparation inaugurale spécifique des relations d’alliance matrimoniales. Enfin, l’absence de contenu de la dette symbolique sous-tend la relation du sujet au désir qui le tient à l’écart des équivoques, des contradictions et des tensions intrinsèques au jeu de la jouissance, dont, entre autres, se nourrissent les affaires de sorcellerie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une nomination en tant qu’allié du chef
Les discours apodictique et épidictique
L’alliance matrimoniale entre dette symbolique et échange

Aperçu du texte

L’analyse de l’alliance matrimoniale, objet de cet article, a été largement induite par l’expérience que j’ai vécue lors de mon premier terrain africain dans une chefferie bamiléké, à savoir la chefferie Bangoua. Pour situer les lieux, précisons que les Bamiléké, résident au Cameroun, dans la province du Centre-Ouest, sur des plateaux de mille mètres d’altitude où ils bénéficient de conditions climatiques et géographiques exceptionnelles ayant favorisé leur développement démographique. Ce pays très peuplé, dont la densité démographique s’élève par endroits à plus de 200 habitants au km2, a été divisé au milieu du xixe siècle en une centaine de chefferies d’inégale importance, dirigées par un chef supérieur et un conseil de neuf notables. La chefferie Bangoua, située dans le département du Ndé, comprend 5500 habitants. La densité de la population est telle que, la terre étant rare, beaucoup d’hommes ont dû pour survivre et s’enrichir s’adonner au commerce en sus de leurs occupations ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-Henry Pradelles de Latour, « L’alliance matrimoniale des sociétés traditionnelles entre discours épidictique et discours apodictique, entre dette symbolique et échange », L’Homme, 217 | 2016, 45-59.

Référence électronique

Charles-Henry Pradelles de Latour, « L’alliance matrimoniale des sociétés traditionnelles entre discours épidictique et discours apodictique, entre dette symbolique et échange », L’Homme [En ligne], 217 | 2016, mis en ligne le 24 février 2018, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lhomme.revues.org/28836 ; DOI : 10.4000/lhomme.28836

Haut de page

Auteur

Charles-Henry Pradelles de Latour

Centre national de la recherche scientifique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org