Navigation – Plan du site
Études & essais

Structures des groupes humains

Vers une axiomatique
Structural Properties of Human Organizations. An Essay in Axiomatics
Charles Macdonald
p. 7-20

Résumés

Cet article propose une théorie unifiée des formes de vie collective. Il en existe deux, reposant sur des principes antithétiques l’une à l’autre : la forme ou modalité anarchogrégaire ou anarcholibertaire qui est ancienne, pré-néolitique, et la forme sociale, socio-hiérarchique, moderne, post-néolithique. Ces deux modalités sont caractérisées, la première par l’équivalence des sujets dans la coopération et par l’égalité, la seconde par la non équivalence des sujets dans la coopération et par la hiérarchie. Ces principes résultent des propriétés essentielles pour les sujets, leurs relations et la structure des groupes. Leur application suppose des mécanismes particuliers à chacune, l’immanence des relations interpersonnelles pour la modalité anarchogrégaire, la transcendance pour la modalité sociale. Ces deux modalités ou formes de vie collective sont présentes ensemble dans toutes les sociétés humaines actuelles et cette dualité fondamentale permet de comprendre des phénomènes idéologiques, sociaux, politiques et historiques. La démocratie est ainsi définie comme une lutte de la société contre elle-même.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Axiomatique
Liens forts et liens faibles
L’ontologie transcendantiste et le principe corporatif
Coexistence des modalités : le paradoxe de la démocratie

Aperçu du texte

La double nature du social a été largement reconnue par maints auteurs en termes de « grand partage » et en fonction d’un certain nombre de dichotomies (primitif/civilisé, traditionnel/moderne, politique/social, etc.) (Fox 2011 ; Macdonald 2011a). Sans devoir remonter à Rousseau, quelques sociologues comme Ferdinand Tönnies (1955), des philosophes comme Martin Buber (1992), ou des ethnologues comme Pierre Clastres (1974), Victor Turner (1974), ou encore Stanley Diamond (1974), ont bien deviné la présence de principes antithétiques et compris qu’il existait deux manifestations radicalement différentes de la vie collective. Plus récemment encore, des sociologues ont mis au jour deux structures, et deux seulement, caractérisant tous les groupes humains : la hiérarchie et la coopération (Van Meter 2014). Ces approches peuvent-elles aboutir à fonder une théorie de la société ? Je pense que oui, mais à deux conditions. La première est de prendre en considération certains groupes humains o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Macdonald, « Structures des groupes humains », L’Homme, 217 | 2016, 7-20.

Référence électronique

Charles Macdonald, « Structures des groupes humains », L’Homme [En ligne], 217 | 2016, mis en ligne le 24 février 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/28814 ; DOI : 10.4000/lhomme.28814

Haut de page

Auteur

Charles Macdonald

Centre national de la recherche scientifique, Aix-Marseille Université, Établissement français du sang Unité mixte de recherche Anthropologie bioculturelle, droit, éthique & santé, Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org