Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Histoire et épistémologie

Julien Ténédos, ed., L’Économie domestique

José Luis Moreno Pestaña
p. 211-212
Référence(s) :

Julien Ténédos, ed., L’Économie domestique. Entretien avec Florence Weber, La Courneuve, Aux lieux d’être, 2006, 126 p., bibl.

Texte intégral

1Présenté sous la forme d’un dialogue, cet ouvrage s’intéresse à la trajectoire intellectuelle de Florence Weber, à sa conception des sciences sociales et à sa pratique de l’enquête. Exploitant ces trois thèmes, l’entretien, conduit par un enquêteur exigeant et une interviewée qui affronte très directement les questions posées, offre d’importantes informations et réflexions sur l’ethnographie, en particulier, et sur l’épistémologie (empiriquement fondée) des sciences sociales, en général.

  • 1 Sur ces lectures, voir Florence Weber, « Ethnologues à Minot : quelques questions sur la structure (...)

2Fille de philosophes qui se rebella contre le théoricisme en se convertissant à l’anthropologie, la trajectoire intellectuelle de Florence Weber, marquée donc par sa rupture ostentatoire avec la philosophie, est proche de celles de personnages fondateurs de la sociologie et de l’anthropologie françaises. Très tôt, elle critique une partie de l’héritage reçu, comme la division entre la sociologie et l’anthropologie (la modernisation restant du côté du « social » et la permanence du côté du « culturel »). Elle se démarque également de la vision lévi-straussienne des modèles matrimoniaux, convaincue qu’il s’agit d’affaires pratiques socialement et historiquement situées – comme le montre Pierre Bourdieu lorsqu’il critique l’existence de règles universelles de la parenté pour leur substituer l’analyse des stratégies matrimoniales. Mais, en dépit de cet hommage à Bourdieu, Florence Weber considère que la théorie de l’habitus élude la question de sa formation et de sa transformation. Dès 1981, Jean-Claude Chamboredon – qui joua un rôle déterminant dans sa trajectoire (p. 111) – influence aussi sa lecture de plusieurs travaux d’anthropologie structurale1 et la conforte dans ses visions sociohistorique de l’ethnographie et matérialiste de la culture. Comme beaucoup de grands noms des sciences sociales françaises, Florence Weber se situe donc au croisement de multiples influences et renvoie l’image d’une intellectuelle inclassable (voir, par exemple, p. 33).

3Outre des références à Max Weber ou à Clifford Geertz, en passant par Norbert Elias, et celle éphémère d’Aaron Cicourel lors d’un séjour à New York, cette prépondérance française dans les références de Florence Weber est néanmoins quelque peu troublante. Soit ce champ intellectuel est ici considéré comme dominant les sciences sociales internationales, et donc, par sa seule évocation, Florence Weber traite de l’excellence épistémologique universelle. Soit Florence Weber renvoie l’image d’un espace intellectuel incroyablement fermé, centré sur lui-même, d’une myopie spectaculaire et préoccupante. Selon moi, il s’agit plutôt de la première proposition, l’histoire des sciences sociales du xxe siècle le démontre bien, mais peut-être que la seconde n’est pas non plus totalement à négliger.

  • 2 Jean-Claude Passeron, Le Raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Par (...)

4Par ailleurs, l’ouvrage s’intéresse au statut théorique des sciences sociales. Florence Weber considère qu’elles se trouvent, suivant ici Jean-Claude Passeron2, dans un espace épistémologique commun. La division en disciplines doit laisser place à la différenciation selon trois rapprochements : sociohistorique, ethnographique ou statistique, chacun produisant des formes spécifiques d’acquisition de connaissances et tel ou tel type de chercheurs. L’ethnographie, par exemple, se caractérise par le compromis alors que la statistique permet l’éloignement. De telles dispositions sont fondamentales dans le travail socio-ethnographique : l’auteure ne cesse de rappeler son malaise face à la revendication excessive de proximité de Bourdieu dans sa « Postface » à La Misère du monde.

  • 3 George Devereux, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, 1 (...)

5De plus, pour Florence Weber, le travail scientifique a des sources morales. Elle s’accorde avec George Devereux qui indiquait que la précision dans la recherche procédait d’une inquiétude morale : ne pas traiter les êtres humains comme des objets3. Suivant cette démarche, qui lie toujours problèmes concrets et réflexion théorique, elle défend une idée intéressante (aux conséquences philosophiques essentielles dans les sciences sociales) : le degré zéro des préjugés n’existe pas dans la conduite d’une recherche, faisant alors reposer la connaissance sur l’anachronisme et l’ethnocentrisme. Grâce à la critique réflexive, les sciences sociales peuvent se prémunir contre un danger encore plus grand : les hypothèses anthropologiques implicites des sciences qui, comme l’économie, travaillent sur des modèles formels. Florence Weber revendique deux autres dimensions méthodologiques : d’abord, la protection non seulement de ceux qui font l’objet de recherches (selon les normes de la déontologie ethnographique) mais aussi des chercheurs (soumis aux pressions « indigènes ») ; ensuite, une réflexion sur les formes d’interaction sans présence corporelle et leurs conséquences pour la théorie sociale et anthropologique.

  • 4 Cf. Le Travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Éd. de l’Ehess, 2001 [1989].
  • 5 Cf. L’Honneur des jardiniers. Les potagers dans la France du xxe siècle, Paris, Belin, 1998.
  • 6 Entreprise dans Le Sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve, (...)

6L’entretien présente enfin une ébauche de la trajectoire intellectuelle de Florence Weber. Le premier de ses livres, Le Travail à-côté4, explore la constitution d’une sphère d’économie domestique, tandis que l’exploration historique de ce territoire a lieu dans L’Honneur des jardiniers5. L’auteure y a développé une analyse magistrale de la constitution des réseaux de relations à partir de la logique des échanges et de la façon dont peuvent être pensées les frontières entre les groupes. Elle montre en effet que, au sein d’un même groupe, les échanges sont exemptés de toute comptabilité alors que, dans ceux entre groupes, on comptabilise les services rendus. Une étude de la logique familiale6 ajoute aux relations avec ou sans calcul une troisième composante à la parenté contemporaine : la perpétuation de la lignée régie par des relations d’affiliation. La logique des interactions déborde alors le cadre d’analyse et se transforme en réflexion sur la formation des groupes. Ces groupes ne se construisent pas à l’échelle des relations interpersonnelles bien qu’ils puissent s’y manifester. Finalement, les relations sont encadrées institutionnellement. Florence Weber élabore ainsi un système de logiques concurrentes (la définition officielle, la lignée d’affiliations et l’interaction quotidienne) qui soulève des questions empiriques pertinentes pour enquêter dans de multiples univers (comme dans celui des « écoles intellectuelles »). Difficile d’attendre plus, me semble-t-il, d’une production théorique en sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Sur ces lectures, voir Florence Weber, « Ethnologues à Minot : quelques questions sur la structure sociale d’un village bourguignon », Revue française de sociologie, 1981, 22 (2) : 247-262.

2 Jean-Claude Passeron, Le Raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel, 2006.

3 George Devereux, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, 1980.

4 Cf. Le Travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Éd. de l’Ehess, 2001 [1989].

5 Cf. L’Honneur des jardiniers. Les potagers dans la France du xxe siècle, Paris, Belin, 1998.

6 Entreprise dans Le Sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve, Aux lieux d’être, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Luis Moreno Pestaña, « Julien Ténédos, ed., L’Économie domestique », L’Homme, 190 | 2009, 211-212.

Référence électronique

José Luis Moreno Pestaña, « Julien Ténédos, ed., L’Économie domestique », L’Homme [En ligne], 190 | 2009, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/28718

Haut de page

Auteur

José Luis Moreno Pestaña

Universidad de Cádiz, Departamento de Historia, Geografía y Filo, Cádiz (Espagne).
joseluis.moreno@uca.es

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org