Navigation – Plan du site
L'ÉCHANGE EN QUESTION

L’alliance dravidienne au singulier

Isabelle Daillant
p. 159-182

Résumés

Alors que dans le système de parenté dravidien la dimension diachronique est constitutive de l’alliance, quelles alliances reproduit-on dans une société indifférenciée en l’absence de groupes intermariés ? Telle est la question de départ que suscite le cas des Chimane amazoniens, dont le système de parenté, cognatique et dravidien, présente l’apparent paradoxe d’une formule globale implicite sans que l’on puisse distinguer chez eux de relations d’alliance collectives susceptibles d’être reproduites. Or, s’ils n’ont pas des alliances, c’est en fait qu’ils n’en ont qu’une, présente sous la forme d’un continuum – et donc d’un type différent. Sa formulation conduit à proposer, dans l’ensemble des systèmes dravidiens, un nouveau pôle indifférencié défini en contrepoint d’un pôle unilinéaire, la constante résidant dans l’homologie qui apparaît entre les caractéristiques de l’alliance et celles de son support.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Daillant, « L’alliance dravidienne au singulier », L’Homme, 154-155 | 2000, 159-182.

Référence électronique

Isabelle Daillant, « L’alliance dravidienne au singulier », L’Homme [En ligne], 154-155 | avril-septembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 22 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/28 ; DOI : 10.4000/lhomme.28

Haut de page

Auteur

Isabelle Daillant

Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris X-Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org