Navigation – Plan du site
 • • • COMPTES RENDUS • • •
Océanie

Anne Salmond, Between Worlds. Early Exchanges Between Maori and Europeans, 1773-1815

Auckland, New Zealand, Viking/Penguin, 1997, 590 p., bibl., index, ill., pl., cartes
Georges Guille-Escuret
p. 309-310

Texte intégral

1Hormis les publications consacrées à l’art exotique et motivées par un intérêt esthétique, les beaux livres sont rares en anthropologie. Les historiens, eux, négligent moins l’association du texte scientifique et de l’iconographie. Certes, leur audience le leur permet, et en retour ils s’attachent celle-ci par ce biais. Magnifique-ment édité, superbement illustré de dessins, gravures, peintures et cartes anciennes, on prendra plaisir à voir ce volume sur les rayons de sa bibliothèque.

2Cela dit, sa valeur documentaire ne doit pas passer au second plan. Anne Salmond a réuni et ordonné un ensemble unique de témoignages sur les relations entre Maori et Européens dans la phase qui suivit la rencontre entre les deux mondes. C’est en somme la suite d’un précédent livre1 portant précisément sur cette première époque (1642-1772), auquel d’ailleurs celui-ci ne fait pas assez référence dans la mesure où il est fort difficile de le trouver en France : on aurait aimé avoir accès à un résumé de ses principales conclusions. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Anne Salmond ne cherche pas à se mettre en vedette : ses réflexions personnelles apparaissent en filigrane, esquissées plutôt que développées, et l’on serait tenté de le lui reprocher en raison de leur caractère souvent original et prometteur.

3L’ouvrage se divise en trois parties presque obligatoires, chacune abordant le contexte européen, le contexte maori et les contradictions qui s’ensuivent. La première est consacrée aux voyages scientifiques, la deuxième aux aspects économiques et juridiques, la troisième à la religion. Force est de constater un certain déséquilibre entre la quantité d’informations venant des Européens et celles venant des Maori, mais il faudrait beaucoup de mauvaise foi pour en accuser l’auteur. D’autant qu’une place de première plan a été réservée à des témoignages occidentaux relatifs à des personnes et des événements précis, ce qui compense en partie cette asymétrie.

4La diversité des documents rend un résumé ou un commentaire général presque impossible, sauf pour un spécialiste chevronné de la Nouvelle-Zélande. Soulignons néanmoins l’intérêt de la section intitulée « Utu, law and commerce ». La notion de utu tournant autour de l’idée primordiale d’échange équilibré, on songe immédiatement à l’« Essai sur le don » de Mauss, auquel Anne Salmond ne manque pas de se référer, et l’on devine que ce fut là un lieu névralgique du développement des relations entre les deux cultures.

5Dans l’imaginaire occidental, à commencer par celui des Anglo-Saxons, l’exotisme des Maori occupe une place exceptionnelle, quasi paradoxale : l’horreur qu’a inspirée leur cannibalisme effréné n’a pu empêcher un certain respect devant des vertus militaires et politiques perçues comme chevaleresques. Leur civilisation représente dès lors un support privilégié pour analyser ce qui peut arrêter le mépris de la nôtre. Le beau livre d’Anne Salmond est à cet égard exemplaire.

Haut de page

Notes

1 Anne Salmond, Two Worlds. First Meetings Between Maori and Europeans (1642-1772), London, Penguin, 1990
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Guille-Escuret, « Anne Salmond, Between Worlds. Early Exchanges Between Maori and Europeans, 1773-1815 », L’Homme, 156 | 2000, 309-310.

Référence électronique

Georges Guille-Escuret, « Anne Salmond, Between Worlds. Early Exchanges Between Maori and Europeans, 1773-1815 », L’Homme [En ligne], 156 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 29 novembre 2006, consulté le 30 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/2779

Haut de page

Auteur

Georges Guille-Escuret

CNRS, Techniques et culture, Ivry-sur-Seine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org