Navigation – Plan du site
 • • • COMPTES RENDUS • • •
Afrique

Joël Colin, L’enfant endormi dans le ventre de sa mère. Étude ethnologique et juridique d’une croyance au Maghreb

Préface de Camille Lacoste-Dujardin. Perpignan, Centre d’études et de recherches juridiques sur les espaces méditerranéen et africain francophones/Presses universitaires de Perpignan, 1998, 384 p., bibl., gloss., index, tabl. (« Revue d’histoire des institutions méditerranéennes » 2).
Pierre Bonte
p. 276-277

Texte intégral

1La croyance est quasi générale en islam que les grossesses peuvent se prolonger bien au-delà de neuf mois, et que l’enfant peut être porté par sa mère durant des périodes de deux à sept ans selon les régions et les écoles. Les écoles juridiques musulmanes ont en effet codifié et interprété ces grossesses prolongées, qui sont conçues non pas comme « miraculeuses » mais comme relevant de causes « naturelles », et nous informent sur les représentations de la procréation et de l’embryogenèse.

2L’ouvrage que consacre Joël Colin à ce thème commence par une minutieuse enquête dans le domaine du droit (fiqh), enquête d’autant plus éclairante que la casuistique joue un rôle important dans l’élaboration de celui-ci et nous fournit, par l’intermédiaire des fatwa (réponses circonstanciées d’un juriste à une question), de nombreux exemples de cette croyance. La position des écoles varie d’ailleurs quelque peu. Les malékites fixent à cinq ans la période maximale de grossesse, et se réfèrent volontiers au fait que le fondateur de cette école, le Médinois Mâlik ibn Anas, aurait été lui-même porté trois ans par sa mère. Ils renvoient par ailleurs explicitement à une pratique coutumière (‘urf) qui semble avoir été plus particulièrement répandue à Médine. C’est, au reste, de Médine qu’est issu al-Shâfi‘î, le fondateur de l’école chaféite, qui fixe une durée maximale de quatre ans, en tentant de rapporter cette croyance à la « tradition » prophétique. En fait, les fondements scripturaires sont faibles : le Coran ne donnant d’indications, indirectes, que sur la durée minimale de la grossesse (six mois), ce sont quelques hadith (traditions rapportées) qui sont invoqués à l’appui de cette croyance. La position des autres écoles apparaît en conséquence plus hésitante (les hanbalites, par exemple, oscillent entre deux et quatre ans) ; seuls, cependant, les zahirites rejettent cette idée de grossesse prolongée et maintiennent la durée maximale de la gestation à neuf mois.

3C’est au Maghreb, région où Joël Colin a poursuivi son enquête, que cette idée d’un allongement de la durée de la grossesse au-delà de la période normale est la plus forte. Le Mi‘yar, recueil de fatwa
rassemblé au milieu du xive siècle, à Fès, par Ahmed al-Wansharîsi, cite plusieurs exemples de grossesse de sept ans, celle, par exemple, de l’épouse d’un homme tué à la bataille de Tarif en 1340. La croyance s’appuie sans nul doute sur l’influence malékite dominante au Maghreb, mais aussi, relève l’auteur, sur des représentations locales préislamiques, vraisemblablement berbères. Elle prend un tour particulier : l’idée d’un « enfant endormi » (bû mergûd) pour une période plus ou moins longue dans le ventre de sa mère. Joël Colin consacre de longs développements, où la casuistique alimente la réflexion, à l’évolution de cette croyance dans le contexte du droit colonial et postcolonial.

4La troisième partie de l’ouvrage, « Éléments d’ethnologie et essais de théorisation », est d’un intérêt plus inégal. L’énumération des « fonctions » que peut remplir cette croyance (éviter les naissances illégitimes, fonder la filiation paternelle, assumer la stérilité, exprimer un désir d’enfant…), pas plus que l’étude détaillée d’un exemple contemporain, ne nous fournissent l’interprétation théorique vers laquelle nous orientent pourtant certaines des données présentées.

5Joël Colin distingue expressément l’expression maghrébine de ces représentations (« l’enfant endormi ») et leur contenu classique qui se réfère à un hadith attribué au calife ‘Umar, compilé par Mâlik ibn Anas. Consulté à propos d’une grossesse de cet ordre (une femme veuve et remariée donne naissance, quatre mois et dix jours après ce remariage, à un enfant qu’elle attribue au défunt), et après avoir consulté les femmes âgées, celui-ci conclut que l’enfant, conçu par le premier mari, s’est desséché (« son enfant s’est desséché », fa hashsha waladu ha) après le retour des règles, et que le sperme du second mari a réalimenté le fœtus qui a repris sa croissance jusqu’à maturité.

6Certaines des données citées par l’auteur amènent à relativiser les différences entre les exemples maghrébins et classiques. Une autre fatwa, d’origine andalouse et datant de 796, rapportée dans le Mi‘yar, se réfère aux arguments du hadith de ‘Umar : l’enfant « se contracte » dans la matrice par suite du retour du sang menstruel ou en l’absence de rapports sexuels, puis se ranime et grandit grâce à de nouveaux rapports ou à l’interruption des menstrues. Dans le Sous berbère marocain, l’enfant amexsur est un enfant « abîmé », « détérioré », voire « malade » – parfois à cause du « mauvais œil » –, dont la croissance se poursuit après la reprise des rapports sexuels, fût-ce avec un autre homme que le père ; il en est de même en Kabylie, au Sahara à Tabelbala, etc.

7On se trouve donc devant un ensemble de représentations qui renseignent plus généralement sur la conception et l’embryogenèse. La transformation du sang menstruel en sang nourricier, dans la tradition de Galien, est cohérente avec la vision coranique de l’embryogenèse à partir de la croissance d’un caillot de sang. L’idée du sperme nourricier est exprimée clairement, à Médine, à travers la notion de ghayla, interdiction de la mise en nourrice, le lait nourricier véhiculant des apports masculins extérieurs, alors que les rapports sexuels sont autorisés, voire conseillés, durant l’allaitement et la grossesse. Il est intéressant de rapprocher cette notion des représentations médinoises de la grossesse prolongée qui inspirent le malékisme et le chaféisme. Il est notable aussi, à travers le débat sur la ghayla engagé par le Prophète lui-même, qu’à La Mecque cette notion soit traitée à l’inverse1 – permission de mise en nourrice, interdiction des rapports sexuels pendant l’allaitement et la grossesse –, ce qui témoigne de la complexité des représentations en ce domaine. Joël Colin, et c’est bien dommage, n’explore pas ce thème susceptible d’apporter des éclairages nouveaux sur les apports féminins et masculins relevant de cette « transmission des fluides » dont Françoise Héritier2 a montré le rôle constitutif dans les conceptions de la personne et de la parenté. La spécificité du cas maghrébin pourrait alors correspondre à l’importance accordée aux apports féminins dans la société berbère, que l’on observe aussi dans le monde touareg.

Haut de page

Notes

1 Cf. Édouard Conte, « Choisir ses parents dans la société arabe. La situation à l’avènement de l’islam », in Pierre Bonte, s. dir., Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, Éditions de l’EHESS, 1994 (« Civilisations et sociétés »).
2 Françoise Héritier, Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris, Éditions Odile Jacob, 1996. [Cf. Emmanuel Terrray, « La pensée de la différence », L’Homme, janv.-mars 1997, 141: 131-136.]
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bonte, « Joël Colin, L’enfant endormi dans le ventre de sa mère. Étude ethnologique et juridique d’une croyance au Maghreb », L’Homme, 156 | 2000, 276-277.

Référence électronique

Pierre Bonte, « Joël Colin, L’enfant endormi dans le ventre de sa mère. Étude ethnologique et juridique d’une croyance au Maghreb », L’Homme [En ligne], 156 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 29 novembre 2006, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/2752

Haut de page

Auteur

Pierre Bonte

CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org