Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Sophie Day, Evthymios Papataxiarchis, Michael Stewart, eds., Lilies of the Field. Marginal People Who Live for the Moment

Boulder & Oxford, Westview Press, 1999, xi +260 p., réf., index, ill., ph. (« Studies in the Ethnographic Imagination »)
Jean-François Baré
p. 318-319

Texte intégral

1Ces « lis des champs » qui, selon saint Matthieu, « ne travaillent ni ne filent » mais sont pourtant « mieux vêtus que Salomon », sont des personnes qui, dans certaines sociétés, ont en commun, d’après les éditeurs, de « vivre l’instant présent » sans souci du lendemain – et donc de l’accumulation –, mais sans grand souci non plus du passé ; dans leur univers, l’abondance est une sorte de condition première de la vie, ce qui fait qu’elles semblent toujours la rencontrer d’une manière ou d’une autre.

2Le livre égrène un ensemble d’études de cas relatifs à des groupes « marginaux » auxquels les auteurs étendent, en somme, les remarques connues de Marshall Sahlins sur les « sociétés d’abondance » que constituent les sociétés de chasseurs-cueilleurs (ici qualifiés par le terme plus récent de foragers). On parcourt ainsi les « Images de l’égalité » chez les nomades Rom de Hongrie (Michael Stewart), les procédures d’« incorporation » et d’« exclusion » chez les paysans Gorale des Carpathes (Frances Pine), la « résistance et la marginalité » de la « proie centrale » que sont les Indiens Huaorani d’Amazonie brésilienne (Laura Rival), « les marges du Japon urbain » (Tom Gill), « l’individualisme des prostituées londoniennes » (Sophie Day), « le jeu et la politique dans la Grèce de la mer Égée » (Evthymios Papataxiarchis), « la tendance à la marginalité des paysanneries amazoniennes » (Stephen Nugent), « les caboclos du Brésil » (Mark Harris) ; on rencontre une femme vezo de Madagascar (Rita Astuti), deux « magnifiques intouchables » d’Inde du Sud, et « un docteur près d’un canal » égyptien (Fanny Colonna).

3Ce livre, au titre si poétique, prend évidemment un singulier relief en ce qu’il est entièrement dédié à la saisie d’ethos culturels vécus, non à celle d’organisations entièrement reconstruites par l’anthropologue. En ce sens, il illustre sans doute certaines tendances de l’anthropologie contemporaine plus attentives à l’être social comme sujet au sens philosophique, plus discrètement présentes que véritablement nouvelles. Il est vrai que d’anciennes monographies pouvaient amener à se demander si leur auteur avait véritablement parlé à des personnes humaines.

4On peut donc regretter qu’une démarche suscitant la sympathie et l’intérêt se trouve parfois avachie par une argumentation tirant vers la platitude, et d’ailleurs parsemée de contradictions. Il est tout à fait impossible intellectuellement de constituer comme groupe pertinent un ensemble de gens qui « ne pensent qu’à l’instant présent » et non au futur ou au passé, pour cette bonne raison que de telles catégories sont arbitraires : comme on dit, paraît-il, dans le Sud des États-Unis, « le passé n’est pas mort, il n’est même pas encore passé ». De même, mille exemples viennent immédiatement à l’esprit d’individus ne songeant nullement à l’accumulation ni au futur, et participant pourtant de sociétés dominantes ; le principe d’imprévoyance a longtemps dominé au Crédit Lyonnais, par exemple. Enfin, les êtres censés vivre comme « les lis des champs » auxquels ce livre donne accès ne cessent paradoxalement de se référer à ce que l’on pourrait reconstruire comme le passé, si l’auteur en donnait une définition qui se tienne. Ainsi « le […] pays […] Podhale […] place et ancre ces gens dans leurs histoires, leurs mémoires et leurs récits personnels » (p. 45) ; ainsi encore, « le passé des Vezo c’est leurs ancêtres » (p. 86).

5Pour parler comme les ainsi-nommés « postmodernes », la « plurivocalité » a encore de beaux jours devant elle. Je crains qu’il ne nous faille plus de Marcel Proust pour y accéder.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Baré, « Sophie Day, Evthymios Papataxiarchis, Michael Stewart, eds., Lilies of the Field. Marginal People Who Live for the Moment », L’Homme, 153 | 2000, 318-319.

Référence électronique

Jean-François Baré, « Sophie Day, Evthymios Papataxiarchis, Michael Stewart, eds., Lilies of the Field. Marginal People Who Live for the Moment », L’Homme [En ligne], 153 | janvier-mars 2000, mis en ligne le 24 novembre 2006, consulté le 22 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/2628

Haut de page

Auteur

Jean-François Baré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org