Navigation – Plan du site
L'ÉCHANGE EN QUESTION

De l’alliance matrimoniale en Afrique

Une autre approche
Charles-Henry Pradelles de Latour
p. 145-158

Résumés

La relation neveu utérin-oncle maternel qui, dans les systèmes africains de parenté patrilinéaire, autorise le premier à piller occasionnellement les biens vivriers du second, procède en fait non de la filiation mais de l’alliance matrimoniale. Pour rendre compte de cette relation d’alliance ancrée dans une dette inextinguible, cet article propose une approche différente de l’alliance matrimoniale fondée non pas sur l’échange de femmes, mais sur un échange portant sur les statuts de consanguine et d’alliée de la fiancée. Elle présente, entre autres avantages, de différencier des systèmes d’alliance tels ceux des Thonga du Zimbabwe et des Bamiléké du Cameroun qui, dans la théorie de Claude Lévi-Strauss et de Françoise Héritier, relèvent des structures semi-complexes de la parenté. Cette démarche permet enfin de mettre en relief les aspects à la fois novateur et pacifique des relations d’alliance matrimoniale chez les Thonga, entre le neveu utérin et son oncle maternel et, chez les Bamiléké, entre le grand-père maternel et son petit-fils.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-Henry Pradelles de Latour, « De l’alliance matrimoniale en Afrique », L’Homme, 154-155 | 2000, 145-158.

Référence électronique

Charles-Henry Pradelles de Latour, « De l’alliance matrimoniale en Afrique », L’Homme [En ligne], 154-155 | avril-septembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lhomme.revues.org/26 ; DOI : 10.4000/lhomme.26

Haut de page

Auteur

Charles-Henry Pradelles de Latour

CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org