Navigation – Plan du site
Études et essais

Les visages de l’autorité

Bernard Bourrit
p. 97-114

Résumés

Résumé
Là où le latin emploie le substantif imago pour désigner les répliques de cire que les Romains tiraient de leurs morts illustres, le français parle d’image. L’équivalence est trompeuse. Car les familles qui gardaient chez elles les visages de leurs ancêtres ne les tenaient pas pour des images, mais les considéraient comme des insignes honorifiques. De fait, ces « masques » ou ces « bustes », qui étaient l’apanage de l’élite, jouèrent sur la scène politique un rôle stratégique. Cet essai décrit la relation ambiguë qui, dans la vie publique de la Rome antique, lie le pouvoir à ses signes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les citations d’auteurs latins sont présentées en italique, et les notes renvoyées en fin d’article (...)
  • 2 Maurizio Bettini, « Effigies romaines », Critique, 2003, 673-674 : 450.
  • 3 Florence Dupont, « L’autre corps de l’empereur-dieu », Le Temps de la réflexion, 1986, 7 : 241-244.
  • 4 Georges Didi-Huberman, « Viscosités et survivances : l’histoire de l’art à l’épreuve du matériau », (...)
  • 5 Florence Dupont, L’Orateur sans visage : essai sur l’acteur romain et son masque, Paris, PUF, 2000  (...)
  • 6 Florence Dupont, « “Imago” identique et “imago identitaire” : le jeu du double dans la comédie roma (...)
  • 7 Georges Didi-Huberman, L’Image survivante : histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warbu (...)
  • 8 Georges Didi-Huberman, « Viscosités et survivances… », art. cit. : 139.

1On nous apprend par les descriptions antiques, et par Polybe en particulier, que les imagines funéraires reproduisent en cire les visages des défunts1 et que de telles reproductions sont considérées comme extrêmement ressemblantes2. On nous apprend qu’après la mort d’un de ses membres ayant accompli au moins une magistrature curule, la famille prend l’empreinte de son visage, et qu’à partir de cette empreinte vont être fabriqués des masques en cire peints que l’on appelle imagines et dont la réalité excède celle de l’apparence et de la ressemblance, car elle ne passe pas par la reconnaissance du modèle3. On nous apprend encore que le genre du portrait, ce « genre noble » ne semble pas poser problème jusqu’au moment où il rencontre cette matière « mauvais genre » qu’est la cire. Avec comme conséquence que les portraits en cire ne forment pas un « genre » ou un « corpus » aisément assignable ou identifiable4. D’un côté, l’inquiétude sémiotique d’avoir à imaginer le « fantôme d’image »5 que donnerait à voir un signe « sans signifié »6. De l’autre, le vide typologique ouvert par la plasticité d’une « image-fantôme »7, grosse de toutes les « valeurs psychiques de la hantise, de la menace, du cauchemar et de la métamorphose »8. Ici le symptôme fait signe, là le signe symptôme. Sur fond de diagnostics divergents, une certitude épistémologique s’enlève malgré tout : on réfère aux imagines comme à des images.

Héritage et grandeur

  • 9 Christophe Badel, La Noblesse de l’Empire romain : les masques et la vertu, Seyssel, Champ-Vallon, (...)

2Mais ces agencements de cire sont-ils bien les images qu’on prétend ? Pour le savoir, il faudrait commencer par déterminer si ceux qui les produisent les tiennent effectivement pour telles. Car comment parler d’image quand ces images, les « portraits d’ancêtres » (imagines maiorum), sont évaluées par leur commanditaire, estimées et regardées d’abord comme des « objets » : de prestigieux objets qui communiquent le prestige ? Le portrait de cire n’est jamais qu’un avoir que l’on convoite ou que l’on ambitionne, une pièce ou un bien que l’on collectionne. Comment parler d’image quand ces images, ces « visages moulés en cire » (expressi cera vultus), se trouvent d’abord assujetties totalement, sans reste, au jeu social de la différence et de la distinction : nobles attributs qui communiquent la noblesse ? Le visage d’un ancêtre n’est jamais qu’un patrimoine dont on hérite, qui se conserve et se transmet, une possession dont l’exclusive jouissance est le privilège insigne de l’élite dirigeante, patriciens et nobles confondus. Une richesse ostentatoire, un trésor d’image. Les traits visibles du visage montré n’ont jamais manifesté d’abord que les marques du pouvoir aristocratique de Rome. Christophe Badel l’a bien vu, qui préfère aujourd’hui parler de « marqueurs »9 pour distinguer ces bustes d’autres types d’images.

  • 10 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.
  • 11 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.
  • 12 Cicéron, De Oratore, 2, 225-226.
  • 13 Ovide, Fasti, 1, 591-592.
  • 14 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.
  • 15 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 2, 9, 6.
  • 16 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 7, 6, 10.
  • 17 Polybe, Historia, 6, 53-54.
  • 18 Senatus Consultum de Cn. Pisone patre.
  • 19 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.
  • 20 Suétone, Galba, 2.
  • 21 Silius Italicus, Punica, 4, 493-497.
  • 22 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.
  • 23 Suétone, Augustus, 4, 1.
  • 24 Sénèque, Epistulae, 76, 12.
  • 25 Tacite, Dialogus de oratoribus, 8, 4.
  • 26 Sénèque, De clementia, 1, 9, 10.
  • 27 Juvénal, Satires, 8, 1-23.
  • 28 Tacite, Annales, 2, 27, 2.
  • 29 Horace, Sermones, I, 6, 7-18.
  • 30 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.
  • 31 Ibid.
  • 32 Suétone, Galba, 2.
  • 33 Tacite, Annales, 4, 9, 2.
  • 34 Ovide, Amores, 1, 8, 65-66.
  • 35 Tacite, Dialogus de oratoribus, 8, 4.

3Placées habituellement dans la première partie de la maison10, plus rarement au dehors et autour du seuil11, il convenait de réserver à ces pièces de collection un endroit pour les réunir12. On aménagea donc dans les atriums des nobles13 des armoires individuelles14 où les ranger. C’est dans ces niches que les familles remisaient la série15 de leurs ancêtres. Si le respect des morts préconisait qu’on tînt leurs visages à couvert, la tentation de les montrer toutefois était grande : il arrivait donc qu’on fît découvrir les images des ancêtres, alors qu’elles auraient dû précisément être voilées16. Le dépôt des cires familiales avait généralement lieu après l’enterrement et la célébration des rites : on plaçait alors l’image du défunt à l’endroit le plus en vue de sa maison, dans une niche en bois17. Une place qui respectait la hiérarchie des alliances familiales lui était ménagée parmi les images qu’on avait laissées et avec lesquelles l’habitude était de célébrer les funérailles18. Le meuble de rangement était accompagné de sous-titres19 et agrémenté d’un arbre généalogique20. Mais il fallait encore que le lieu d’archivage et de conservation pût se convertir en éventaire et faire office de vitrine afin que de si nombreux ancêtres se laissassent admirer dans leur image aux illustres titres21. Cette thésaurisation répondait à la volonté, exprimée sans ambiguïté, d’exposer la richesse de ce patrimoine pour qu’on puisse le contempler22. Réunir, exposer, contempler : le regroupement de ces objets avait vocation muséale. Vus pour ce qu’ils étaient : des pièces de collection. Nombreuses étaient les familles à posséder beaucoup d’images sénatoriales23 et à laisser ainsi admirer de nombreuses images24 dans l’antichambre de leur demeure où souvent ces honneurs, ces décorations, ces richesses s’accumulaient25. Comme ces objets de famille, remarquables et précieux en eux-mêmes, étaient également synonymes d’excellence, le désir massif d’afficher26 se doublait naturellement du souci compulsif d’amasser. Parfois les cires ornaient l’atrium entier27, parfois c’était la maison elle-même qui se trouvait pleine d’images28. La notoriété du possédant croissait en proportion directe de l’avoir mais, pour celui qui se faisait sottement l’esclave de la renommée29, ce surcroît de puissance pouvait confiner à l’extravagance. On connaissait le penchant démonstratif de ceux qui étalaient des images dans leur atrium et plaçaient à l’entrée de leur demeure les noms de leur famille disposés en enfilade et reliés par de multiples ramifications de l’arbre généalogique, encore fallait-il mesurer l’angoisse comptable de ceux qui, voués au récolement perpétuel, passaient et repassaient en revue leurs ancêtres30. Vérifier l’alignement des cires, parcourir la suite ininterrompue des visages, disposer le défilé généalogique, composer l’album fondateur de la lignée, réciter sa geste et partout où manquait un nom illustre, combler cette lacune avec un dieu31. On ne savait pas pire déshonneur que le vide engendré par la discontinuité de la série. L’empereur lui-même se flattait de faire remonter ses origines (qu’il avait exposées dans son atrium sur un arbre généalogique) du côté paternel, à Jupiter, et du côté maternel, à Pasiphaé, la femme de Minos, si bien qu’on eût pu dire à son égard qu’il était trop long de dénombrer les images et les titres de gloire de toute cette maison32. Ce durable cumul des titres, obtenu en droit par voie de succession, n’était en fait menacé que par la saturation de l’espace. Car selon la tendance à la surenchère propre à l’adulation33, les optimates romains, toujours en mal de publicité, d’honneur et de gloire, étaient contraints sans remède d’encombrer le vestibule de leur demeure d’innombrables images34 jusqu’à tant que la moindre place fût occupée par les images et leurs soustitres35.

  • 36 Cf. Cicéron, Pro C. Rabirio Postumo, 16-17; In Verrem, 5, 36.
  • 37 Cf. Horace, Epodon liber, 8, 11-12.
  • 38 Cf. Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 29-30.
  • 39 Polybe, Historia, 6, 53-54.
  • 40 Cf. Ibid.
  • 41 Tite-Live, Periochae, 48.
  • 42 Cf. Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.
  • 43 Claude Nicolet, Le Métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, Gallimard, 1979 [2e éd.] : 4 (...)

4Impossible, si l’on veut parler d’image, d’oblitérer le fait que l’imago, lorsqu’elle surgit sur la scène publique, s’aligne invariablement aux côtés de l’élite politique. Sous la République comme sous l’Empire, elle trône dans les appartements des décideurs, et les accompagne dans leurs apparitions publiques au même titre que d’autres insignes honorifiques : faisceaux, haches, chaise curule et toge prétexte36. Mais la cire se teinte d’une nuance d’excellence, elle ajoute une touche de triomphalisme37 au simple symbole de la souveraineté. Il lui revient en propre de représenter l’autorité, d’étayer sa légitimation, d’attirer la confiance38. Jamais noblesse ne refusera une occasion de rappel[er] à la mémoire du peuple et [à] mett[re] sous ses yeux39 les glorieuses images de sa parentèle. Car au-delà des circonstances particulières, l’exposition des cires de famille, qu’elle ait lieu en privé, lors des solennités funèbres ou des sacrifices publics40, entend réaffirmer luxueusement l’ascendant social du possesseur sur le spectateur, sa puissance et son prestige. C’est par le spectacle des images, observe Tite-Live, et non par les dépenses que les funérailles des grands personnages obt[iennent] d’habitude la notoriété41. Entre les mains des puissants, les imagines répondent donc à une fonction précise : publier le nom de leur détenteur, le distinguer au sein du corps social, établir sa grandeur et surtout lui servir de caution (spopondere)42. Car « une tendance à l’hérédité [dans le recrutement des personnels dirigeants] se manifestait constamment dès les origines de la République, à différents niveaux. […] Son existence introduit dans l’unanimité apparente de la cité romaine une distinction de plus en plus nette entre une minorité de famille et de citoyens appelés à participer réellement à la totalité de la vie civique, et une masse dont la sphère de participation politique était infiniment plus restreinte »43. Et dans cette tâche d’élection, les images disposent de plus d’efficacité que le plus somptueux étalage de richesses. De plus de valeur, aussi. Mais d’où tirent-elles cette puissance ? D’où tiennent-elles l’autorité de faire autorité ? Et pourquoi avant de légitimer la souveraineté qu’elles confèrent ne légitiment-elles pas qu’elles confèrent la souveraineté ? De quel droit le citoyen qui conserve chez lui d’augustes aïeux peut-il se recommander de leur autorité morale ? Et dans quelle mesure les montrer est-ce participer de cet illustre patronage ? Ne risquons pas de méconnaître la dimension spécifiquement politique des imagines, ni leur singulière puissance de persuasion ; et substituons plutôt à la question du faire voir de l’image, celle, complexe, d’un faire valoir producteur de visibilité.

  • 44 Polybe, Historia, 6, 53-54.
  • 45 Ibid.
  • 46 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.
  • 47 Hérodien, Severus, IV, 2, 1-11.
  • 48 Plutarque, Sulla, 38.
  • 49 Dion Cassius, 56, 34-42.
  • 50 Suétone, Caesar, 88.
  • 51 Tacite, Annales, 4, 9, 2.
  • 52 Diodore, apud Photius, Reliquae libri, XXI, 25, 2.
  • 53 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.
  • 54 Diodore, apud Photius, Reliquae libri, XXI, 25, 2.
  • 55 Polybe, Historia, 6, 53-54.
  • 56 Hérodien, Severus, IV, 2, 1-11.
  • 57 Dion Cassius, 56, 34-42.
  • 58 Suétone, Augustus, 4, 100.

5Plus qu’à toute autre peut-être c’était à l’occasion des funérailles que l’impact politique de ces images se manifestait dans toute la pompe de leur évidence spectaculaire. D’ordinaire parées avec une grande recherche44 pendant les sacrifices publics, elles étaient habillées, maquillées et décorées lorsqu’un membre illustre de la famille venait à disparaître45, et ôtées enfin à leur niche pour faire cortège aux convois de famille46. Puis on façonnait une effigie de cire en tout point semblable au disparu47 qui ressemblait à un grand mannequin48. C’était alors à travers la ville tout entière un mélange de deuil, de fête et de dévotion. En tête du cortège marchaient les sénateurs et les chevaliers, leurs femmes et les soldats prétoriens venaient après eux, et, en arrière des participants proprement dits, suivait pour ainsi dire tout ce qui se trouvait alors de monde dans Rome49. L’assistance, massée en très grand nombre aux abords et en queue de cortège, était également tenue de produire des manifestations solennelles de douleur50. Ainsi défilaient longuement et sous les regards de tous51 les répliques des défunts qui, à la dimension réelle du corps, étaient ressemblantes en tout point à la vie du modèle disparu dont elles respectaient scrupuleusement la démarche et, compte tenu du rang, les particularités de l’apparence extérieure52. Chaque cire était parée du vêtement et des insignes dus à son rang. Mais le défunt n’avançait pas seul au long de la procession : la foule entière de ses parents disparus était présente53. La famille, au sens généalogique, était entièrement reconstituée autour de lui et venait l’encadrer de telle façon que le mort fût précédé par chacun de ses ancêtres, eux-mêmes mis en valeur par ce genre d’habillement et de parure. La parade était concertée en sorte que chacun pût visiblement reconnaître les participants grâce à l’apparence extérieure des uns et des autres, de même s’il a occupé une charge honorifique et s’il a participé aux biens de la cité54. Qu’on reconnût l’homme, qu’on distinguât le citoyen, qu’on divulguât son civisme. Grimées et accoutrées, ces cires étaient ainsi portées dans le cortège, hissées comme des pantins et promenées par des hommes dont la taille et l’allure générale paraissent les plus ressemblantes afin de parfaire l’illusion mimétique. Devant le parterre attroupé, ces figurants revêtaient en outre les attributs distinctifs du code : une toge brodée de pourpre s’ils représentent un consul ou un préteur, une toge brodée d’or s’il s’agit d’un homme qui avait obtenu le triomphe et accompli quelque exploit comparable. Les acteurs, donc, s’avançaient majestueusement sur des chars, eux-mêmes précédés par les faisceaux, les haches et les autres insignes habituels des magistrats selon l’importance des honneurs que chacun avait eu de son vivant dans la cité55. Arrivée à destination, sur le lieu de crémation, la parade se déployait alors en circonvolutions chorégraphiques : on entamait une cavalcade autour du bûcher funéraire, et tout l’ordre équestre l’encerclait en décrivant, au rythme d’une course pyrrhique, des circonvolutions qui répondent à un cérémonial déterminé ; des chars en faisaient aussi le tour, en respectant le même cérémonial. Déguisés, leurs conducteurs étaient revêtus de la toge prétexte et portaient des masques, sans doute des cires, qui représentaient tous les généraux ou empereurs romains célèbres56. La munificence de la cérémonie, son faste et son exubérance n’avaient d’égal que sa magnificence. La mise en scène, travaillée, ouvragée dans les moindres détails (raffinement des accessoires, variété des costumes, précision de l’orchestration) avait été étudiée pour fasciner, charmer la plèbe, au besoin pour lui en conter et lui en faire accroire. Un exemple : lors des funérailles impériales, le personnel funèbre pendant que le feu du bûcher se consumait avait pour habitude de lâcher un aigle qui prenait son essor pour qu’on crût à la divinisation de l’empereur comme si l’aigle emportait au ciel l’âme du prince57. On en imposait au public à coups de « comme si ». Mais voilà encore qu’après la crémation, un ancien préteur se portant garant des signes d’apothéose aperçus par la foule s’avançait pour jurer qu’il avait vu son effigie aller au ciel58. Accréditer, puis attester l’accréditation : non seulement l’illusion, mais la récupération de l’illusion aux mains du pouvoir était parfaite. Le visible était requis de faire voir ce qu’il avait d’abord commencé de faire croire. Alors, pompeusement, on hissait les images de cire comme on eût brandi la preuve, la pièce à conviction permettant de conclure à l’autorité de l’autorité.

Signes d’élection

  • 59 Jean-François Lyotard, Le Différend, Paris, Minuit, 1983 : 206.
  • 60 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.
  • 61 Cf. Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.

6Mais ce que l’oligarque romain feint d’ignorer c’est que « l’autorité ne se déduit pas. [Que] les essais de légitimation de l’autorité conduisent au cercle vicieux, à la pétition de principe, à la régression à l’infini »59. L’autorité ne se déduit pas, mais à l’usage pourtant il apparaît que tout se passe comme si. La parade des images en impose ; elle impose l’autorité de leur possesseur qui les impose pour faire autorité. L’image possède une puissance dont le sens reste problématique, la puissance de donner le pouvoir : ce n’est sans doute pas que cette cire ni cette figure eussent en soi un pareil pouvoir ; mais au souvenir des exploits accomplis, une flamme s’allumait dans le cœur des grands hommes, qui ne s’éteignait qu’au jour où leur mérite avait atteint même éclat, même gloire60. Si l’image ne déduit pas sa puissance d’un pouvoir en soi, c’est que la légitimité de son autorité repose sur une procédure de légitimation circulaire, implicite et impure. Un paralogisme qui se formulerait à peu près ainsi : nul n’est autorisé à exercer son autorité que celui qui détient celle-ci de façon autorisée ; or l’image confère autorité ; donc celui qui a l’image exerce l’autorité. Autrement dit l’ostentation des imagines, en privé ou en public, vaut pour un rappel à l’ordre, elle administre la preuve – toujours partielle et partiale – du bien-fondé de l’autorité. La preuve partielle dans la mesure où la mineure du raisonnement vaut seulement relativement, en rapport à un usage réglé ; partiale puisque la vérité du paralogisme n’est vérifiée que dans le milieu de référence où cet usage est établi : en l’occurrence, le milieu de l’aristocratie politique avec son code où les marques de noblesse font autorité. Or, de cette vérité conventionnelle et circonstancielle, il sera tiré argument pour établir son pouvoir et surtout pour le conserver. L’image sert à confondre à moindres frais les partisans d’un ordre nouveau fondé sur le mérite personnel61. La « spectacularisation » des cires familiales permet donc d’empêcher le questionnement régressif sur la légitimité du pouvoir de faire retour dans le débat public. En exposant le (soi-disant) vrai visage du pouvoir, les puissants font barrage à la contestation de leur exercice politique. La visibilité de l’image est alors perçue pour ce qu’elle est vraiment, une éclatante démonstration de force.

  • 62 Suétone, César, 88.
  • 63 Appien, Historia romana, 2, 147.

7Avant la clôture de cérémonie, il ne restait plus aux observateurs qu’à se mêler avec les acteurs pour parachever la communion du pouvoir avec lui-même, plus qu’à s’offrir au spectacle : les joueurs de flûte et les acteurs, se dépouillant de leurs habits empruntés à l’appareil des triomphes, qu’ils avaient revêtus pour la circonstance, les déchirèrent et les jetèrent dans les flammes ; les vétérans des légions de César y jetèrent les armes dont ils s’étaient parés pour les funérailles ; et même un grand nombre de matrones, les bijoux qu’elles portaient, avec les bulles et les prétextes de leurs enfants62. La dépense somptuaire qui avait désormais mis en circulation les biens visibles, ce dispendieux échange où s’était marchandée sur fond de mascarade l’autorité du pouvoir se terminait par la reddition de ces contre-dons. La « classe dirigeante », qui excellait dans la gestion de sa visibilité, et qui était passée maître dans l’art de s’illustrer, atteignait là au comble de l’évidence spectaculaire. Par surdétermination de visibilité, dans l’effort de se rendre crédible et donc visible, elle inventa un étonnant dispositif capable enfin d’apporter ce qu’elle prétendait administrer, la preuve en image. Elle fit construire à cet effet une machine panoptique, destinée à faire toute la lumière sur l’assassinat de César. On éleva ainsi l’effigie grandeur nature de sa dépouille faite en cire sur une structure mobile articulée de telle sorte qu’elle fût animée et tournée de tous les côtés, mue et déplacée grâce à un mécanisme, afin qu’on y vît les vingt-trois blessures qui lui avaient été portées sauvagement sur tout le corps et au visage. L’engin, dont la vue offerte par le mannequin était éloquente, eut l’effet escompté : le peuple perdit toute patience et courut en tous sens à la recherche des meurtriers63. Tout montrer, tout voir, tout croire ; ostentation, démonstration, accréditation : l’image, instrumentalisée de part en part, scellait sur la foi de sa vraisemblance la communauté du pouvoir et des regards.

  • 64 Pierre Klossowski, La Monnaie vivante, Paris, E. Losfled, 1970 : 11.
  • 65 Cf. Annie Nicolette Zadoks [Josephus Jitta], Ancestral Portraiture in Rome and the Art of the Last (...)

8Alors comment aborder l’image quand la valeur visuelle de l’image est traversée, déterminée par sa valeur d’usage ? Car l’image est un bien et, comme n’importe quel bien d’usage, elle « est originairement inséparable de l’usage au sens coutumier : une coutume se perpétue dans une série de biens (naturels ou cultivés) ayant, par l’usage qu’on en fait, un sens immuable »64. Le sens de son emploi, c’est-à-dire sa légitimité, ne s’explique que sur fond d’usage établi, de règles et de coutume qu’il est possible, en dernière instance, d’alléguer lors de la procédure d’établissement de légitimité. Le sens de l’usage se définit par l’usage lui-même. L’image ne confère autorité qu’en vertu d’une tradition attestée et perpétuée dans un milieu donné, instanciée sur une origine mythique. L’habitude du milieu a formé la valeur d’usage qui de cet objet a fait un bien exclusif, à la fois réservé (à un milieu) et représentatif (du milieu) ; mais elle a également forgé l’exclusivité de sa jouissance. De fait, l’usufruit des cires est protégé par un droit, le jus imaginum65, que commande tout un faisceau d’obligations.

  • 66 Pomponius Porfyrio = Pomponii Porphyrionis Comentarii in Q. Horatium Flaccum (Leipzig, 1874).
  • 67 Pline, Naturalis historiae, 35.
  • 68 Tacite, Annales, 3, 5.
  • 69 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 1.
  • 70 Tacite, Annales, 3, 5.
  • 71 Panegyricus Messallae, 28-34 = Tibulli aliorumque carminum libri tres (Oxford, 1915, 2e éd.).
  • 72 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 2, 1, 17.
  • 73 Cicéron, Pro C. Rabirio Postumo, 16-17.
  • 74 Martial, Epigr., 5, 20.
  • 75 Cicéron, Pro Plancio, 18.
  • 76 Cicéron, Pro Sulla, 88.
  • 77 Velleius Paterculus, Historiae Romanae ad Marcum Vincium, 2, 116, 4.
  • 78 Tite-Live, Periochae, 48.
  • 79 Cicéron, In Verrem, 5, 36.
  • 80 Pline, Naturalis historiae, 35.
  • 81 Diodore, apud Photius, Reliquae libri, XXI, 25, 2.
  • 82 Pline le Jeune, Epistulae, 5, 17, 6.
  • 83 Codex Justinianus, 5, 37, 22, 3.
  • 84 Sidoine Apollinaire, Epistulae, 1, 6.
  • 85 H. A. Alex. Sev., 7.
  • 86 Cicéron, Orator, 110.
  • 87 Dion Cassius, 48, 19, 2.
  • 88 Cf. Ammien Marcelin, XIX, 1, 10.
  • 89 Cf. Julius von Schlosser, Histoire du portrait en cire, Paris, Macula, 1997 [1re éd. : 1911].
  • 90 Boèce, Consolatio Philosophiae, 1 pros. 1, 3.
  • 91 Silius Italicus, Punica, 10, 566-569.
  • 92 Cicéron, Pro Sulla, 27.
  • 93 Pline le Jeune, Epistulae, 8, 10, 3.
  • 94 Pline, Naturalis historiae, 44.

9Le citoyen dont les images d’ancêtres étaient autorisées à défiler66 perpétuait à travers les âges67 d’antiques coutumes68 qui étaient passées dans les mœurs. Il s’agissait d’un usage établi et reconnu conforme à la coutume des ancêtres69, un privilège auquel chaque noble avait droit70 afin de transmettre les honneurs ancestraux de la famille71 : c’est ainsi que, depuis la fondation de la ville jusqu’à nos jours, s’est perpétuée cette fameuse noblesse patricienne72. Son mode de transmission était héréditaire ; son principe d’acquisition élitaire. En lui octroyant le droit de posséder des cires, on rendait au citoyen d’origine plébéienne les honneurs mérités par une brillante carrière politique, à condition toutefois qu’il eût occupé un rang très élevé dans l’État ; obtenir ce droit était donc une joie73 qui consacrait l’accession d’un citoyen à une fonction supérieure du cursus honorum. Ces cires, ornements des plus riches parades funèbres, étaient donc avant tout des objets de superbe74 et de séduction75 qui faisaient l’orgueil d’une maison. Posséder une imago de soi-même ou des siens constituait une marque distinctive76, un signe d’élection qui procurait à son détenteur dignité77 et notoriété78. Les Quirites ne remettaient pas au récent parvenu son image comme ils l’eussent doté d’une décoration, mais lui délivraient un droit, le droit d’avoir son image pour la transmettre à la postérité79 ; et cet octroi, à l’instar d’une concession, était donné à perpétuité. Une fois acquises, les cires demeuraient attachées de façon inaliénable au lieu où elles reposaient sans qu’il fût permis à un acheteur éventuel de les détacher : ainsi, même si le propriétaire changeait, subsistait éternellement le souvenir des triomphes de la maison. C’était un puissant stimulant, car les parois mêmes de la demeure reprochaient chaque jour à un propriétaire pusillanime son intrusion dans le triomphe d’autrui80. Pour les Romains qui étaient de bonne naissance et ceux qui se transmettaient leurs ancêtres par-delà la mort81, pareil spectacle fut longtemps source de fierté et d’inspiration. Si bien qu’à une époque plus avancée où les nobles eux-mêmes avaient l’extraordinaire désir de voir la noblesse conserver autre chose de beau dans ses demeures que ses images82, à une époque où l’on tenait que voir des images d’ancêtres, soit exposées, soit abîmées, était assez lugubre83, il était encore fréquent de voir un homme de souche sénatoriale qui promenait tous les jours les images de ses aïeux en habits84. Qu’on songe ainsi à la passion hétéroclite de ce Romain qui dans son laraire détenait les images des empereurs divinisés – mais uniquement une sélection des meilleures – et des âmes saintes, au nombre desquelles figuraient Apollonius et, selon un écrivain de son époque, le Christ, Abraham, Orphée et tous les autres du même genre, ainsi que les portraits de ses ancêtres85. Mais ce goût pour le syncrétisme idolâtre et pour l’hétérogénéité n’était pas spécifique au Bas-Empire, déjà sous la République Cicéron avait admiré chez Brutus l’effigie en bronze de Démosthène rangée au milieu de ses images et de celles des siens, en raison de ce qu’il l’aimait86. Bref, l’immémoriale coutume qui présidait à cet engouement de collectionneur avait cours de toute antiquité87 ; elle ne fut jamais d’ailleurs tout à fait abandonnée88 ni abolie89. Boèce, « le dernier des Romains et le premier des scolastiques », la connaissait encore90. C’est que l’image de cire était aussi ancestrale91 que son implantation dans la domesticité92, qui n’était pas vraiment récente93 ; son invention (mythique) remontait aux origines mêmes de la technique du moulage et à Lysistrate, frère de Lysippe, qui le premier de tous, fit une image d’homme avec du plâtre, en prenant un moulage sur le visage même, puis imagina de verser de la cire dans ce moule en plâtre, cire sur laquelle il procédait à des retouches. Ce fut lui aussi qui instaura la pratique de rendre la ressemblance ; avant lui on s’appliquait à faire les visages aussi beaux que possible94.

Vraisemblance de l’image

  • 95 Apulée, Metamorphoseis, 3, 30.

10Aborder l’image pour ce qu’elle vaut réclame qu’on fasse un sort à la question du rendu de la ressemblance. À quoi donc peut « ressembler » un buste de cire ? Au visage qu’il reproduit ? À l’individu dont il conserve les traits ? Aux qualités qu’il exprime ? S’il faut en croire Pline, dans son usage plastique, la puissance figurative de la cire ne réside pas à proprement parler dans la haute fidélité du produit à son prototype, mais dans la capacité à faire oublier qu’il ressemble à un original. Ainsi la cire oppose-t-elle à l’idéale beauté du canon la vraisemblance toute-puissante de son modelé. Cette matière organique et fluante se joue des apparences comme des illusions en se substituant au miroir de la ressemblance – substitution qui relèverait presque du sortilège et de la magie, tant l’action amnésiante qui l’opère est efficiente. D’ailleurs, les nécromanciennes ne se sont jamais privées dans leurs rituels d’exploiter la duplice ductilité du matériau pour fabriquer des simulacres de visage : elles façonnent avec de la cire des oreilles semblables à celles qu’elles avaient coupées [au mort] et les lui ajustent exactement, puis elles lui mettent un nez identique au sien95. La prothèse en cire s’ajuste au membre fantôme jusqu’à s’identifier à lui, c’est-à-dire jusqu’à cesser d’être perçue comme supplément. Vraisemblance donc plutôt que ressemblance car à la limite toute représentation qui figure un modèle, même de façon dissemblable, entretient encore avec lui un rapport de ressemblance. La vraisemblance, quant à elle, est porteuse de vérité : elle semble vraie, sincère parce qu’elle arbore les traits de l’évidence, crédible et convaincante. Sa transparence est sans défaut : l’image vraisemblable montre toujours exactement ce qu’elle montre. Considérée pour elle-même, c’est une image vide, spéculaire, simple surface d’inscription, pure disponibilité en attente de qualification. Elle signifie narcissiquement en reflétant le discours qui s’y reflète. Quand on s’en saisit, l’image s’irise de toutes les nuances de valeur, prend toutes les qualités du discours qui, la citant, s’y réfère. De spéculaire, l’image devient exemplaire. Et de même que la vérité de l’allégation se greffe sur la vraisemblance de la manifestation, la visibilité de l’image n’est l’exemplification que des qualités du discours qualifiant. Autrement dit l’image justifie toujours le discours qui la justifie. Redondance des vérifications : le discours qui légitime l’autorité se réfléchit dans l’autorité légitime des images. C’est que la visibilité de l’image vraisemblable rabat l’une sur l’autre deux procédures d’établissement de la vérité irréductibles, en droit, l’une à l’autre. D’un côté, l’image elle-même parle, elle rend témoignage : (par elle) la vérité du discours est affirmée. C’est le dicible de la preuve. De l’autre, l’image parle d’elle-même, elle enlève la conviction : (par elle) l’affirmation du discours est vérifiée. C’est l’ostensible de la preuve. En tant qu’allégation, l’image est citée à comparaître dans le discours ; en tant que manifestation, le discours s’y réfère. Aussi, dès lors que citée, l’image est marquée comme citation, c’est-à-dire intensifiée, surévaluée, et se trouve créditée de la puissance d’élire celui qui s’en prévaut.

  • 96 H. A. Tacitus, 19, 6.
  • 97 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.
  • 98 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.
  • 99 Cicéron, Pro Plancio, 18.
  • 100 Polybe, Historia, 6, 53-54.
  • 101 Cf. Pline, Naturalis historiae, 35.
  • 102 Cicéron, In L. Pisonem, 1, 1.
  • 103 Sénèque, De clementia, I, 9, 10.
  • 104 Asconius, Pro Milone, 43C.

11Si les grandes familles romaines et la noblesse sénatoriale exposaient fréquemment les images de leurs ancêtres96, c’était surtout pour que leur valeur fût offerte à leur descendance non seulement comme un texte à lire, mais aussi comme un exemple à imiter97. L’inflexion édifiante, si propre au discours dominant, baignait l’image d’une aura d’exaltation. À les voir, les jeunes générations étaient prises d’un amour tempérant et pétries d’héroïsme, enflammées ou inspirées, à tout le moins désireuses d’imiter la vertu que l’image imitait : la vue des images de leurs ancêtres enflammait leur cœur d’un ardent amour pour la vertu98. Les cires renvoyaient à l’aspirant nobiliaire l’image de la gloire à laquelle il prétendait. Tous les partisans de la noblesse, tous ceux qui estiment que leur attitude est la plus estimable99 pouvaient y mirer leurs propres qualités. En effet il n’y avait guère de plus beau spectacle à contempler pour un jeune homme – déjà – épris de gloire et de vertu. Mais on ambitionnait aussi grâce au vivant spectacle de tant de mérites étalés de fortifier les caractères les plus timorés, de redresser les penchants les moins civiques et, en fin de compte, de convertir la masse entière du peuple aux valeurs de l’ordre institué en organisant ces exhibitions. Car qui ne serait inspiré en voyant les images des hommes dont la valeur est glorieuse, toutes réunies, pour ainsi dire vivantes et animées ? Il faut dire que comme la réputation qui s’attache à la valeur de ces héros se renouvelait constamment, la gloire des hauts faits recevait l’immortalité en même temps que la renommée des bienfaiteurs de la patrie devenait familière à la masse du peuple et passait à la postérité100. Devant ces cires exposées, un Romain ne prêtait pas attention à l’empreinte du visage moulé, au vérisme de l’expression, à la fidélité du contour, à l’exactitude des coloris, il n’admirait que le rang, l’honneur, le renom et la gloire. L’aspect physique de ces visages restait invisible au regard de l’autorité morale qu’ils exemplifiaient : les images d’ancêtres étaient censées figurer non pas les corps, mais les âmes elles-mêmes101. La vraisemblance de leur apparence n’était donc rien si elle ne valait pour le renforcement de la notoriété personnelle et du pouvoir institutionnel. Comment alors imaginer revers plus accablant et injurieux pour l’ambitieux qui s’était glissé jusqu’aux honneurs grâce à l’erreur générale, grâce à l’appui d’images enfumées que de s’entendre dire qu’en elles rien ne ressemblait que le teint102 ? Car encore fallait-il être de ceux qui faisaient honneur à leurs images103 pour rejoindre définitivement le camp de l’oligarchie régnante. L’image était si indiscernable du principe d’excellence qu’elle cautionnait que le dernier déshonneur qu’un patricien déméritant pouvait subir consistait purement et simplement à briser et à jeter bas les images de ses ancêtres104 en guise de « damnatio memoriae ».

  • 105 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 38.
  • 106 Ibid.

12Le visible de l’image, valant pour et par sa valeur d’usage, est un simulacre produit par le discours qui promeut son utilité. Sa visibilité le résidu de cette manipulation. Qualifiée par le discours et consumée dans sa requalification, l’image (corporelle et mimétique) se volatilise, se vaporise au profit de son émanation (spirituelle et politique). Elle n’apparaît plus dans le discours comme référent, mais y fait seulement figure de référence. On s’y rapporte comme à une citation d’autorité. Ce n’est donc pas un hasard si les rares descriptions de ces images sont l’œuvre d’historiographes grecs, c’est-à-dire d’observateurs en position d’extériorité, étrangers aux mœurs de l’Urbs ; les Romains, eux, s’attachent essentiellement à faire voir ce qu’elles valent : ils les citent en exemple, les font débattre, les administrent à titre de preuve, les mettent en position d’arbitrer. L’image vient à l’appui de leurs démonstrations, elle les crédibilise, les authentifie et vient à point nommé se faire voir pour cacher enfin que ces hommes si orgueilleux se trompent étrangement105. L’image comble visuellement le vide discursif ouvert par l’impossible déduction du principe d’autorité. Le vrai tour de force a donc certainement consisté à rabattre la légitimité d’un pouvoir héréditaire sur l’excellence élitaire de son exercice, à assimiler le possédant au méritant, à dissimuler à la faveur de ce déplacement le vice de ce procédé manipulateur et à réduire à rien toute possibilité de contentieux. Le discours de l’autorité a toujours employé l’image afin d’accréditer les valeurs cardinales qu’il perpétue. Mais le privilège moral acquis par le travestissement de l’autorité en vertu n’a valeur que d’assomption. Il est révocable, en droit, par n’importe quel autre milieu, contestable par n’importe quel discours qui se trouve en désaccord sur le sens et l’interprétation des valeurs de référence. Le pouvoir coercitif des cires, leur juridiction se limitent au seul discours qui les reconnaît, et de fait les impose. Leur rayon d’action s’y restreint : hors du milieu qui la cite l’image est frappée d’innocuité, neutralisé, impuissante, et donne prise au scepticisme des milieux gouvernés. Et, hors de ce domaine de référence, on trouve tous ceux qui, en position de le faire, eurent la force de dénoncer – à défaut de désamorcer – le paralogisme. L’image qui servait d’étendard au patricien et au noble devint alors pour eux un repoussoir. Autoritaire démonstration d’autorité, l’image devait finir par passer pour suspecte et incapable aux yeux du plébéien, car si leurs ancêtres leur ont laissé tout ce qu’ils pouvaient leur transmettre, richesses, images, glorieuse mémoire, ils n’ont pas légué leur valeur personnelle, et ils ne le pouvaient pas106.

  • 107 Pseudo Calpurnius Siculus, Laus Pisonis, 32-34.
  • 108 Tacite, Annales, 3, 76.
  • 109 Tacite, Annales, 4, 9, 2.
  • 110 Tibule, Elegiae, 3, 7, 20-30.
  • 111 Tacite, Historiae, 2, 76, 2.
  • 112 Ausonius, Gratiarum actio, 4, 36.
  • 113 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 2, 1, 17.
  • 114 Tacite, Annales, 3, 76.
  • 115 Nepos Cornelius, Atticus, 18.
  • 116 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 21-25.
  • 117 Tite-Live, Ab urbe condita, 1, 34, 6.
  • 118 Pseudo Calpurnius Siculus, Laus Pisonis, 1-24.
  • 119 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.
  • 120 Nepos Cornelius, Atticus, 18.
  • 121 Polybe, Historia, 6, 53-54.
  • 122 Pseudo Quintilien, Declamationes minores, 388, 35.
  • 123 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.
  • 124 Tite-Live, Ab urbe condita, 3, 58, 2.
  • 125 Ibid.
  • 126 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.
  • 127 Cicéron, Pro Plancio, 51-51.
  • 128 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 1.
  • 129 Dion Cassius, 56, 34-42.
  • 130 Velleius Paterculus, Historiae Romanae ad Marcum Vincium, 2, 116, 4.
  • 131 Dion Cassius, 56, 46.
  • 132 Cicéron, Pro Sulla, 88.
  • 133 Horace, Epistulae, 2, 1.
  • 134 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.
  • 135 Tite-Live, Ab urbe condita, 3, 72, 4.
  • 136 Cicéron, De re publica, 6, 10, 10.
  • 137 L. Afranius, apud Vopiscus, 12, 364-365.
  • 138 Ausonius, Gratiarum actio, 4, 36.
  • 139 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.
  • 140 Ibid.
  • 141 Cicéron, Pro Plancio, 51-52.
  • 142 Cicéron, Pro Murena, 88.
  • 143 Cicéron, Pro Plancio, 51-52.
  • 144 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.
  • 145 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 1, 6, 3-4.
  • 146 Nepos Cornelius, Atticus, 18.
  • 147 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 3, 2, 7.
  • 148 Tacite, Annales, 2, 27, 2.
  • 149 Silius Italicus, Punica, 17, 11-12.
  • 150 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.
  • 151 Ovide, Amores, 1, 8, 65-66.
  • 152 Suétone, Nero, 37, 1.
  • 153 Sénèque, De clementia, I, 9, 10.
  • 154 Sénèque, Epistulae, 76, 12.
  • 155 Horace, Sermones, 1, 6, 7-18.
  • 156 Pétrone, Satiricon, 88.
  • 157 Horace, Epistulae, 2, 1.
  • 158 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 10.
  • 159 Pline le Jeune, Epistulae, 3, 3, 6.
  • 160 Horace, Epistulae, 2, 1.
  • 161 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.
  • 162 Juvénal, Satires, VIII, 1-23.
  • 163 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.
  • 164 Ovide, Amores, 1, 8, 65-6.
  • 165 Horace, Epistulae, 2, 1.
  • 166 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.
  • 167 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 1, 6, 3-4.
  • 168 Tite-Live, Ab urbe condita, 8, 40, 3-5.
  • 169 Tite-Live, Ab urbe condita, 4, 16, 4.
  • 170 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.
  • 171 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 21-25.
  • 172 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.
  • 173 Tacite, Annales, 2, 43, 6.
  • 174 Horace, Epistulae, 2, 1.
  • 175 Martial, Epigrammaton, 4, 40.
  • 176 Ibid.
  • 177 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.
  • 178 Martial, Epigrammaton, 4, 40.
  • 179 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 10.
  • 180 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 21-25.
  • 181 Tite-Live, Ab urbe condita, 8, 40, 3-5.
  • 182 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.
  • 183 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.
  • 184 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 29-30.
  • 185 Sénèque, Epistulae, 76, 12.
  • 186 Pline le Jeune, Epistulae, 3, 3, 6.
  • 187 Martial, Epigrammaton, 2, 90.
  • 188 Horace, Sermones, I, 6, 7-18.
  • 189 Ausonius, Gratiarum actio, 4, 36.
  • 190 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 21-25.
  • 191 Sénèque, Epistulae, 44, 5.

13Les principaux acteurs de l’État étaient des hommes de haute naissance107 qui provenaient des familles les plus illustres108 de Rome. Familles de vieille souche109, leurs lignées remontaient plus ou moins fantasmatiquement au temps d’Énée, de Romulus, des Rois d’Albe, à la fondation de la ville. Ils héritaient de l’éclat d’une antique lignée et leur renommée ne se contentait pas de la gloire de ses pères110, leur maison111 devait pouvoir faire remonter jusqu’aux dieux le lignage d’une origine descendue des héros112. La fameuse noblesse patricienne113 vénérait donc les nobles noms114 qui composaient sa généalogie et vouait à la tradition des ancêtres un culte d’imitation, à tout ce qui était ancien un culte d’amour115. Comme elle se l’était arrogé116, elle possédait le privilège du politique, tout comme elle possédait des images pour titre de noblesse117. Fiers de leur vie admirable118 riche en exploits119, en actions d’éclat120 et en hauts faits121, les gouvernants n’étaient pas sans éprouver le sentiment de leur dignité122. C’est pourquoi, afin que leur valeur fût offerte123 à la postérité124, leurs très honorables125 images empruntes de gravité126 devaient représenter fidèlement la ligne de conduite127 exemplaire qui seyait à leur fonction. En tant que faveur128 et récompense129, elles soulignaient le caractère excellent, éminent et élevé130 de leur détenteur ; en tant qu’hommage131 et distinction132, elles marquaient sur un mode triomphal133 sa vertu134 et la rendaient célèbre135. Connaître d’après son image136 la valeur civique d’un citoyen permettait de toute évidence d’exalter137 et d’inspirer confiance138, de manœuvrer, de se recommander139 auprès du corps politique, de l’amadouer et, au besoin, d’en obtenir le pardon140 car celui-là devait, toutes choses égales par ailleurs, en répondre141. Il s’agissait donc avant tout de ne pas couvrir la mémoire de la famille de honte142, ni de commettre de faute143 à son égard pour ne pas risquer d’encourir le reproche144 de ternir les images de ses ancêtres et de ses pères145. Il fallait au contraire surpasser146 la splendeur147 que l’image avait acquise, la faire briller148 en se manifestant avec éclat149. Car, comme tant d’autres hommes illustres allaient le répétant, la vue des images de leurs ancêtres enflammait leur âme avec ardeur pour la vertu150. Mais du reluire à l’éblouir151, de la clarté (clarus) à la surbrillance et à l’aveuglement, il n’y a qu’un pas que les citoyens exclus de la fonction politique n’ont pas manqué de franchir en stigmatisant la cécité de leurs dirigeants et en reformulant, mot à mot, les termes de leur propre discours. Si bien que, là où ceux-ci voyaient d’impavides visages baignés de gravité les sceptiques n’apercevaient qu’un visage renfrogné152, là où ils lisaient les glorieux patronymes de leurs aïeux, les autres ne déchiffraient que de vains noms153. Et devant toute cette pompe, devant l’éclat de ces avantages dérisoires154 qui invitaient davantage à s’extasier155 qu’à aiguillonner la vertu, ces derniers n’hésitaient pas à traiter ceux-ci de contempteurs de l’antiquité156. Ils affichaient leur indifférence157 à l’égard d’un si vieux lignage158 dont ils assimilaient la charge à un fardeau159, ne se souciant pas d’un hommage qui pèse, ni d’être exposé en cire dans une image caricaturale de leurs traits160. Car ceux qui entassaient leurs images en ne se souciant que de leur nombre accumulaient en vérité plus de notoriété que de noblesse161 ; c’était bien en vain que, de toute part, de vieilles cires ornaient leur atrium entier, car la seule et unique noblesse, c’est la vertu162. Nul n’avait à être dupe163 de ces déballages. Non seulement ces vieilles cires164 apparaissaient comme une offrande grossière165 à la mémoire du disparu et de sa famille, mais, parce qu’on usurpait166 fréquemment ces images, il arrivait qu’elles fissent l’objet de scandales167. Si bien que les éloges funèbres et les faux sous-titres des images ont altéré les souvenirs du passé, chaque famille cherchant par de fallacieux mensonges à s’attribuer la gloire des hauts faits et des magistratures168. Contre la fausseté169 de leur titres, contre leur ancienneté corrompue, contre l’usure du temps et contre la disparition170 de la mémoire ancestrale, l’homme nouveau171 dressait sa seule droiture172. Lui qui déparait173 dans la société des images, lui qui devait avoir à rougir174 de cette exclusion, lui qui faisait figure de parent pauvre175, de simple176 citoyen, lui et lui seul177 opposait à ce disqualifiant patronage178, à ces nobles sans valeur et inexpérimentés179 la pleine mesure de son mérite personnel180. Sans garantie181 autre que sa compétence. Qu’on voulût faire crédit182 à celui qu’on estimerait capable de bien183, telle était la requête du gouverné qui, en lieu et place des signes de noblesse, exhibait les vrais signes de son engagement politique, ses marques de chair, les blessures184 reçues au champ d’honneur. Face aux détenteurs du pouvoir, l’homo novus se posait en homme de bien185, économe en manifestation comme en discours dispendieux, modeste, rationnel et efficace, en honnête homme aspirant à être loué sans parole186 et jugé sur les faits. Fort de leurs valeurs méritocratiques, les honestiores, les nouveaux riches, affirmaient jouir de la vie véritable187. À bon droit prétendaient-ils vivre en gens de bien188, ceux qui donnaient en exemple la sobriété, ou plutôt la justesse de leur mode de vie, adapté à leurs capacités et prétentions, faisant valoir du moins son intégrité, sa probité, son indépendance, sa modération, sa simplicité189. Ils réclamaient donc au nom d’un pouvoir plus juste, plus ajusté à leur individu, qu’on leur accordât190 la reconnaissance de leurs aptitudes, considérant qu’un atrium plein d’images enfumées ne fait pas la noblesse, car nul n’a vécu pour nous préparer de la gloire191.

14En demandant à ce qu’on retire de la circulation les biens hors de valeur, inaliénables et inéchangeables que représentent les images de cire, en voulant leur substituer la commune mesure, convertible et distributive, que seraient le mérite, l’action politique, l’efficacité, la performance, on plébiscitait le monnayage à égalité de chance du prestige de l’autorité. Par cette opération, s’instaure l’économie mercantile du pouvoir et de l’avoir, dominée moins par le cumul et le divertissement dispendieux que par le calcul et l’investissement fructueux, moins centrée sur la gens que sur la personne. Substituant (entre autres) le qualitatif au quantitatif dans l’expression de son désir, le discours de l’honestior introduit dans la donne politique un étalon de valeur, pierre de touche des prétentions à gouverner, il assigne un prix au civisme, distribue des équivalences là où régnait l’ambivalence imaginaire du hors de prix. Avec la commensurabilité de la valeur personnelle, connectée au signe de chair, au corps mémorable, à la cicatrice constatable, c’est l’exemplarité de l’image en cire, immémoriale et insituable, qui se voit discréditée par cette réévaluation régulatrice.

Haut de page

Notes

1 Les citations d’auteurs latins sont présentées en italique, et les notes renvoyées en fin d’article. Ndlr.

2 Maurizio Bettini, « Effigies romaines », Critique, 2003, 673-674 : 450.

3 Florence Dupont, « L’autre corps de l’empereur-dieu », Le Temps de la réflexion, 1986, 7 : 241-244.

4 Georges Didi-Huberman, « Viscosités et survivances : l’histoire de l’art à l’épreuve du matériau », Critique, 1998, 611 : 159-174.

5 Florence Dupont, L’Orateur sans visage : essai sur l’acteur romain et son masque, Paris, PUF, 2000 : 231.

6 Florence Dupont, « “Imago” identique et “imago identitaire” : le jeu du double dans la comédie romaine », in Clara Auvray-Assayas, ed., Images romaines (actes de la table ronde organisée à l’École normale supérieure, 24-26 oct. 1996), Paris, Presses de l’ENS, 1998 : 247.

7 Georges Didi-Huberman, L’Image survivante : histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Paris, Minuit, 2002 : 9-114.

8 Georges Didi-Huberman, « Viscosités et survivances… », art. cit. : 139.

9 Christophe Badel, La Noblesse de l’Empire romain : les masques et la vertu, Seyssel, Champ-Vallon, 2005 : 65-199.

10 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.

11 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.

12 Cicéron, De Oratore, 2, 225-226.

13 Ovide, Fasti, 1, 591-592.

14 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.

15 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 2, 9, 6.

16 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 7, 6, 10.

17 Polybe, Historia, 6, 53-54.

18 Senatus Consultum de Cn. Pisone patre.

19 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.

20 Suétone, Galba, 2.

21 Silius Italicus, Punica, 4, 493-497.

22 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.

23 Suétone, Augustus, 4, 1.

24 Sénèque, Epistulae, 76, 12.

25 Tacite, Dialogus de oratoribus, 8, 4.

26 Sénèque, De clementia, 1, 9, 10.

27 Juvénal, Satires, 8, 1-23.

28 Tacite, Annales, 2, 27, 2.

29 Horace, Sermones, I, 6, 7-18.

30 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.

31 Ibid.

32 Suétone, Galba, 2.

33 Tacite, Annales, 4, 9, 2.

34 Ovide, Amores, 1, 8, 65-66.

35 Tacite, Dialogus de oratoribus, 8, 4.

36 Cf. Cicéron, Pro C. Rabirio Postumo, 16-17; In Verrem, 5, 36.

37 Cf. Horace, Epodon liber, 8, 11-12.

38 Cf. Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 29-30.

39 Polybe, Historia, 6, 53-54.

40 Cf. Ibid.

41 Tite-Live, Periochae, 48.

42 Cf. Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.

43 Claude Nicolet, Le Métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, Gallimard, 1979 [2e éd.] : 427.

44 Polybe, Historia, 6, 53-54.

45 Ibid.

46 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.

47 Hérodien, Severus, IV, 2, 1-11.

48 Plutarque, Sulla, 38.

49 Dion Cassius, 56, 34-42.

50 Suétone, Caesar, 88.

51 Tacite, Annales, 4, 9, 2.

52 Diodore, apud Photius, Reliquae libri, XXI, 25, 2.

53 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.

54 Diodore, apud Photius, Reliquae libri, XXI, 25, 2.

55 Polybe, Historia, 6, 53-54.

56 Hérodien, Severus, IV, 2, 1-11.

57 Dion Cassius, 56, 34-42.

58 Suétone, Augustus, 4, 100.

59 Jean-François Lyotard, Le Différend, Paris, Minuit, 1983 : 206.

60 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.

61 Cf. Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.

62 Suétone, César, 88.

63 Appien, Historia romana, 2, 147.

64 Pierre Klossowski, La Monnaie vivante, Paris, E. Losfled, 1970 : 11.

65 Cf. Annie Nicolette Zadoks [Josephus Jitta], Ancestral Portraiture in Rome and the Art of the Last Century of the Republic, N.V. Noord-Hollandsche Uitgevers-Mij., 1932 : 97-110 ; Florence Dupont, « Les morts et la mémoire : l’image funèbre », in François Hinard, ed., La Mort, les morts et l’au-delà dans le monde romain (actes du colloque de Caen, 20-22 nov. 1985), Caen, Centre de publ. de l’université de Caen, 1987 : 167-172 ; Carlo Ginzburg, « Représentation : le mot, l’idée, la chose », Annales, 1991, 6 : 1224 ; Jackie Pigeaud, L’Art et le Vivant, Paris, Gallimard, 1995 : 217 ; Harriet I. Flower, Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, Oxford, Clarendon Press / New York, Oxford University Press, 1996.

66 Pomponius Porfyrio = Pomponii Porphyrionis Comentarii in Q. Horatium Flaccum (Leipzig, 1874).

67 Pline, Naturalis historiae, 35.

68 Tacite, Annales, 3, 5.

69 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 1.

70 Tacite, Annales, 3, 5.

71 Panegyricus Messallae, 28-34 = Tibulli aliorumque carminum libri tres (Oxford, 1915, 2e éd.).

72 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 2, 1, 17.

73 Cicéron, Pro C. Rabirio Postumo, 16-17.

74 Martial, Epigr., 5, 20.

75 Cicéron, Pro Plancio, 18.

76 Cicéron, Pro Sulla, 88.

77 Velleius Paterculus, Historiae Romanae ad Marcum Vincium, 2, 116, 4.

78 Tite-Live, Periochae, 48.

79 Cicéron, In Verrem, 5, 36.

80 Pline, Naturalis historiae, 35.

81 Diodore, apud Photius, Reliquae libri, XXI, 25, 2.

82 Pline le Jeune, Epistulae, 5, 17, 6.

83 Codex Justinianus, 5, 37, 22, 3.

84 Sidoine Apollinaire, Epistulae, 1, 6.

85 H. A. Alex. Sev., 7.

86 Cicéron, Orator, 110.

87 Dion Cassius, 48, 19, 2.

88 Cf. Ammien Marcelin, XIX, 1, 10.

89 Cf. Julius von Schlosser, Histoire du portrait en cire, Paris, Macula, 1997 [1re éd. : 1911].

90 Boèce, Consolatio Philosophiae, 1 pros. 1, 3.

91 Silius Italicus, Punica, 10, 566-569.

92 Cicéron, Pro Sulla, 27.

93 Pline le Jeune, Epistulae, 8, 10, 3.

94 Pline, Naturalis historiae, 44.

95 Apulée, Metamorphoseis, 3, 30.

96 H. A. Tacitus, 19, 6.

97 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.

98 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.

99 Cicéron, Pro Plancio, 18.

100 Polybe, Historia, 6, 53-54.

101 Cf. Pline, Naturalis historiae, 35.

102 Cicéron, In L. Pisonem, 1, 1.

103 Sénèque, De clementia, I, 9, 10.

104 Asconius, Pro Milone, 43C.

105 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 38.

106 Ibid.

107 Pseudo Calpurnius Siculus, Laus Pisonis, 32-34.

108 Tacite, Annales, 3, 76.

109 Tacite, Annales, 4, 9, 2.

110 Tibule, Elegiae, 3, 7, 20-30.

111 Tacite, Historiae, 2, 76, 2.

112 Ausonius, Gratiarum actio, 4, 36.

113 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 2, 1, 17.

114 Tacite, Annales, 3, 76.

115 Nepos Cornelius, Atticus, 18.

116 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 21-25.

117 Tite-Live, Ab urbe condita, 1, 34, 6.

118 Pseudo Calpurnius Siculus, Laus Pisonis, 1-24.

119 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.

120 Nepos Cornelius, Atticus, 18.

121 Polybe, Historia, 6, 53-54.

122 Pseudo Quintilien, Declamationes minores, 388, 35.

123 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.

124 Tite-Live, Ab urbe condita, 3, 58, 2.

125 Ibid.

126 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 5, 8, 3.

127 Cicéron, Pro Plancio, 51-51.

128 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 1.

129 Dion Cassius, 56, 34-42.

130 Velleius Paterculus, Historiae Romanae ad Marcum Vincium, 2, 116, 4.

131 Dion Cassius, 56, 46.

132 Cicéron, Pro Sulla, 88.

133 Horace, Epistulae, 2, 1.

134 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.

135 Tite-Live, Ab urbe condita, 3, 72, 4.

136 Cicéron, De re publica, 6, 10, 10.

137 L. Afranius, apud Vopiscus, 12, 364-365.

138 Ausonius, Gratiarum actio, 4, 36.

139 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.

140 Ibid.

141 Cicéron, Pro Plancio, 51-52.

142 Cicéron, Pro Murena, 88.

143 Cicéron, Pro Plancio, 51-52.

144 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.

145 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 1, 6, 3-4.

146 Nepos Cornelius, Atticus, 18.

147 Valère Maxime, Factorum et dictorum memorabilium libri, 3, 2, 7.

148 Tacite, Annales, 2, 27, 2.

149 Silius Italicus, Punica, 17, 11-12.

150 Salluste, Bellum Jugurthinum, 4, 5-6.

151 Ovide, Amores, 1, 8, 65-66.

152 Suétone, Nero, 37, 1.

153 Sénèque, De clementia, I, 9, 10.

154 Sénèque, Epistulae, 76, 12.

155 Horace, Sermones, 1, 6, 7-18.

156 Pétrone, Satiricon, 88.

157 Horace, Epistulae, 2, 1.

158 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 10.

159 Pline le Jeune, Epistulae, 3, 3, 6.

160 Horace, Epistulae, 2, 1.

161 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.

162 Juvénal, Satires, VIII, 1-23.

163 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.

164 Ovide, Amores, 1, 8, 65-6.

165 Horace, Epistulae, 2, 1.

166 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.

167 Sénèque le rhéteur, Controversiae, 1, 6, 3-4.

168 Tite-Live, Ab urbe condita, 8, 40, 3-5.

169 Tite-Live, Ab urbe condita, 4, 16, 4.

170 Pline, Naturalis historiae, 35, 2.

171 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 21-25.

172 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.

173 Tacite, Annales, 2, 43, 6.

174 Horace, Epistulae, 2, 1.

175 Martial, Epigrammaton, 4, 40.

176 Ibid.

177 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.

178 Martial, Epigrammaton, 4, 40.

179 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 10.

180 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 21-25.

181 Tite-Live, Ab urbe condita, 8, 40, 3-5.

182 Cicéron, De lege agraria contra Rullum, 2, 100.

183 Sénèque, De beneficiis, 3, 28, 2.

184 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 29-30.

185 Sénèque, Epistulae, 76, 12.

186 Pline le Jeune, Epistulae, 3, 3, 6.

187 Martial, Epigrammaton, 2, 90.

188 Horace, Sermones, I, 6, 7-18.

189 Ausonius, Gratiarum actio, 4, 36.

190 Salluste, Bellum Jugurthinum, 85, 21-25.

191 Sénèque, Epistulae, 44, 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bourrit, « Les visages de l’autorité », L’Homme, 180 | 2006, 97-114.

Référence électronique

Bernard Bourrit, « Les visages de l’autorité », L’Homme [En ligne], 180 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/24731 ; DOI : 10.4000/lhomme.24731

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org