Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Histoire et épistémologie

Bruce Mazlish, Civilization and its Contents

Stanford, Stanford University Press, 2004, 188 p., bibl., index.
Patrick Gaboriau
p. 254-256

Texte intégral

1La notion de civilisation s’est développée au xviiie siècle dans l’imaginaire européen. Son parcours n’a cessé d’alimenter débats et querelles. Pour certains, elle constitue le symbole du progrès humain – dans ce cas, elle permet de dépasser la dichotomie civilisés/barbares (« nous » se distinguant de « eux ») en imposant une forme d’étalonnage universel sur un seul axe qui ouvre sur le comparatisme. D’autres y voient en revanche un processus de décadence qui disqualifie la modernité et la déshumanise, pensé en comparaison avec lesdites croyances « traditionnelles » qu’elle tendrait à gommer. Aujourd’hui, le mot « civilisation » peut concerner toutes les sociétés, anciennes ou modernes, industrielles ou exotiques.

2L’ouvrage aborde les points suivants : les origines et l’importance du concept ; la civilisation comme idéologie coloniale ; puis comme idéologie européenne ; le processus et enfin le dialogue des civilisations dans une époque de mondialisation.

3Pourquoi le mot « civilisation » vient-il si tard ? Dans l’ouvrage Civilisation : le mot et l’idée, Lucien Febvre1 note qu’il n’a pas trouvé d’usage du terme avant 1766. Cependant on le trouve dix ans plus tôt, en 1756, sous la plume du marquis Victor Riqueti de Mirabeau (le père du révolutionnaire) dans L’Ami des Hommes où il écrit : « La religion est sans contredit le premier et le plus utile frein de l’humanité : c’est le premier ressort de la civilisation » (cité p. 5). Si l’on étudie ses premiers usages, le terme fait son entrée « en se tournant vers le passé et non vers le futur de l’État-nation et de la société commerçante » (p. 7).

4Le terme de civilisation, et ses divers degrés possibles d’universalisme ou de relativisme, servira de modèle à copier ou à rejeter. Il permettra de « justifier la domination et la supériorité sur les autres » (p. 22). Selon Bruce Mazlish, la civilisation est « la forme la plus large » qui oppose « nous » aux « autres : l’antagonisme, la création et le maintien d’un groupe différencié ou opposé aux voisins, le maintien d’idéologies accompagnées de mythe et symbole ; la forme la plus large d’une telle idéologie est la civilisation » (p. 23).

5L’anthropologie naît de ce questionnement : « comment expliquer les différences entre les gens ? » L’explication géographique et climatique paraît insuffisante. S’agit-il alors d’une question de « civilité », qui méritait de s’attarder à ses racines : le commerce, la ville, l’agriculture, les relations d’échange ? Et quelles sont les valeurs universelles et relatives ? La notion de civilisation permet de penser l’autre et d’en parler et, pour les Européens, de donner un sens à l’univers, prescrivant des manières et des usages pour la conduite de la vie sociale, en hiérarchisant les mœurs. Les récits de Cook, Forster et McCartney servent d’exemples.

6Au xixe siècle, l’optique coloniale vient souder « racisme » et « civilisation ». Selon François Guizot, la distinction européenne viendrait de l’héritage romain, du christianisme et du féodalisme, autant de facteurs supposés providentiels. Pour Arthur de Gobineau, le racisme est une explication de l’inégalité. Et pour Charles Darwin, les « sauvages » capturés et ramenés à Londres sont des barbares, comparés à des orangs-outangs.

7J’ai été moins convaincu par le chapitre titré « Le processus de civilisation », qui associe John Stuart Mill, Sigmund Freud et Norbert Elias. Les trois auteurs désenchantent la notion de civilisation : Freud en souligne la face sombre, et Elias insiste sur le processus. À mes yeux, les travaux de ce dernier sont ici schématisés : Norbert Elias associe en effet une dynamique psychologique et sociale qui n’est guère reprise ici dans sa subtilité. Chez ce dernier auteur, le concept de civilisation est mis en relation avec celui de culture (voir pp. 148-151), et le fonctionnement de cette paire conceptuelle étudié en France et en Allemagne.

8Le développement et l’usage du terme « civilisation » sont ensuite étudiés au Japon, en Chine et en Thaïlande. C’est à partir du moment où il devient central, que des « civilisations » anciennes auraient été découvertes : l’Égypte, la Mésopotamie, les Aztèques… L’idée de s’intéresser à d’autres cultures est excellente. Nous tombons cependant dans des généralisations : comme si la Chine était une et pensait d’une seule voix. L’auteur nous parle peu de l’Amérique du Nord (en conclusion seulement, pp. 143-145), ni de l’Afrique (continent oublié). Que signifient des phrases comme « la civilisation européenne était tourmentée par le doute » ? L’Europe, dont le sens de la supériorité persisterait (p. 113), pense-t-elle d’un bloc ? Peut-on lui attribuer ainsi un sentiment collectif qui serait la projection des propres valeurs de l’auteur ?

9La dernière partie traite du « dialogue des civilisations » et, malgré un titre porteur, m’a peu convaincu. L’ouvrage semble changer de genre quand on y lit par exemple : « Où sont les barbares, ou les autres, dans une civilisation vécue par toute l’humanité ? » Nous sommes là dans le rêve d’une « civilisation mondiale » qui impliquerait l’effacement des « barbares », ce serait le monde d’une « civilisation globale » (où le premier terme serait donc anachronique) et de « cultures locales » (p. 160). « Nous devons envisager », poursuit l’auteur, « la possibilité que le concept de « civilisation » ait atteint la limite de son utilité et soit écarté [discarded] » (p. 128). La survie ou non du lexique, on pourrait le regretter, ne dépend pas de la volonté manifeste de l’utiliser ou non, et sans doute n’est-elle guère prévisible car le mot signifie toujours plus que ce qu’il désigne. Le terme « civilisation » pourrait partir sur d’autres pistes. L’auteur estime pour finir que les termes « culture » et « civilisation » ont perdu leur utilité dans ce nouvel espace-temps dans lequel nous entrons, et prône un retour à « civilisé ». Nous sommes alors dans le genre essayiste qui se distingue du genre historique (fondé sur les études de documents d’archives).

10Dans ce livre, c’est la réflexion historique sur les formes de liens soudant les gens ensemble qui m’a paru remarquable : « À partir du moment », écrit Bruce Mazlish, « où les humains deviennent conscients que leurs relations sont socialement construites, même si c’est sans le vouloir, ils sont hantés par cette conscience [awareness]. Ce n’est pas surprenant, la civilisation est un élément de cette obsession moderne, avec des conséquences importantes sur comment les humains se conçoivent et comment ils entrent en relations les uns avec les autres » (p. 19). C’est l’étude de ces relations entre les groupes, les cultures, les civilisations dont nous parle l’auteur, sans oublier d’historiciser ces termes, d’en montrer les rapports de sens changeants et les rapports de force invoqués.

Haut de page

Notes

1 Paris, La Renaissance du livre, 1930.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Gaboriau, « Bruce Mazlish, Civilization and its Contents », L’Homme, 179 | 2006, 254-256.

Référence électronique

Patrick Gaboriau, « Bruce Mazlish, Civilization and its Contents », L’Homme [En ligne], 179 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2006, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/2442

Haut de page

Auteur

Patrick Gaboriau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org