Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Histoire et épistémologie

Charles Suzanne & Caroline Polet, eds, Dictionnaire d’anthropobiologie

Préface de Emma Rabino-Massa. Bruxelles, De Boeck, 2005, 401 p., index anglais/français, fig., tabl., cartes
Claude Masset
p. 237-238

Texte intégral

1« L’anthropobiologie », qu’on appelait naguère anthropologie physique, renvoie d’une part à l’évolution de l’homme depuis sa séparation d’avec les grands singes, d’autre part à l’étude de l’espèce humaine dans toute sa diversité biologique, tant ancienne qu’actuelle. Décidés à puiser aux meilleures sources, Charles Suzanne et Caroline Polet ont sélectionné… 57 spécialistes ! C’est dire qu’on pourra se fier aux informations trouvées dans ce livre. Les chapitres de paléontologie humaine, notamment, y sont excellents. Il en est de même pour tout ce qui concerne la croissance, l’estimation de l’âge et du sexe à partir du squelette, la circulation des gènes (endogamie, exogamie…), les groupes sanguins, la nutrition, etc. Il faudrait tout citer. Ce qui fait la diversité de l’espèce humaine nous est donc présenté, et aussi les façons de l’aborder, y compris par quelques méthodes statistiques passablement ardues. Quand il s’agit de décrire cette diversité, toutefois, des réticences apparaissent : si on nous explique très clairement et de façon convaincante pourquoi la notion de race n’a plus sa place dans l’étude scientifique de l’homme, on renonce aussi à nous présenter le moindre type humain. Bien que, d’après les auteurs, « l’anthropologie biologique […] explore les variations physiques des populations humaines contemporaines », le lecteur refermera ce dictionnaire sans savoir quels peuvent être les caractères distinctifs de populations aussi typées que, par exemple, les Esquimaux, les Pygmées ou les Bochimans. Pourquoi n’évoque-t-on pas, ne serait-ce que pour les exclure, des notions qui furent jadis au cœur de l’anthropologie physique, telles que, par exemple, « Mélanodermes » ou « Caucasoïdes » ? Ce dernier terme est pourtant utilisé dans au moins deux articles, d’auteurs différents (« Couleur de la peau » et « Groupes sanguins P »). Il n’est cependant défini nulle part. Je comprends bien qu’après les excès « raciologiques » d’antan, une certaine réserve soit de mise. Mais n’est-ce pas la pousser un peu loin ?

2La remarquable qualité des articles de ce dictionnaire ne fléchit qu’aux confins de l’anthropobiologie proprement dite, quand on touche à des domaines moins familiers aux anthropobiologistes. Il arrive que l’information date un peu, par exemple à propos des glaciations, où les « stades isotopiques » sont ignorés, alors que sont évoquées les périodes dites de « Mindel », « Riss » et « Würm » dont on ne parle plus beaucoup dans les milieux spécialisés. Je citerai aussi le très sérieux exposé sur les « Méthodes de datation », qui pourtant passe sous silence l’indispensable calibration des dates radio-carbones, sans laquelle de sérieux contresens peuvent affecter la préhistoire récente – il est vrai que cette dernière intéresse peu nos anthropobiologistes, lesquels préfèrent la paléontologie humaine.

3Ce n’est pas une encyclopédie, on n’y expose pas toute l’anthropologie physique ; mais le lecteur ethnologue y trouvera toutes les définitions et mises au point dont il pourrait avoir besoin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Masset, « Charles Suzanne & Caroline Polet, eds, Dictionnaire d’anthropobiologie », L’Homme, 179 | 2006, 237-238.

Référence électronique

Claude Masset, « Charles Suzanne & Caroline Polet, eds, Dictionnaire d’anthropobiologie », L’Homme [En ligne], 179 | 2006, mis en ligne le 24 octobre 2006, consulté le 28 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/2434

Haut de page

Auteur

Claude Masset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org