Navigation – Plan du site
À propos

Expériences néo-chamaniques

Les limites de la critique déductive
Sébastien Baud
p. 317-328

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du texte

La manière dont un anthropologue appréhende le terrain, goûte les choses et les ressent, a un impact tant sur les données qu’il collecte que sur les analyses qu’il produit ensuite. Psychotropiques, sous-titré La fièvre de l’ayahuasca en forêt amazonienne, illustre cette évidence épistémologique. Ce livre de Jean-Loup Amselle est en effet un livre particulier du point de vue anthropologique dans la mesure où, au nom d’un rationalisme à défendre, il critique une pratique sociale (le « végétalisme »), en émettant des vérités partielles et partiales (Clifford 1986), positionnées politiquement, qui nuisent considérablement à la compréhension du phénomène investigué. Au moment où les chercheurs en sciences sociales valorisent de plus en plus la théorie « ancrée » (Glazer & Strauss 1967) inductive et dans laquelle les faits doivent sortir du terrain, l’auteur propose une approche résolument déductive, où ses hypothèses (la « rétrovolution ») et son verdict (l’émergence d’« une nouvelle rel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Baud, « Expériences néo-chamaniques », L’Homme, 215-216 | 2015, 317-328.

Référence électronique

Sébastien Baud, « Expériences néo-chamaniques », L’Homme [En ligne], 215-216 | 2015, mis en ligne le 12 novembre 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/24000 ; DOI : 10.4000/lhomme.24000

Haut de page

Auteur

Sébastien Baud

Institut d’ethnologie, Université de NeuchâtelInstitut français d’études andines, Lima

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org