Navigation – Plan du site
Hors dossier

Les années écroulées

Vestiges, développement et autonomie à Faya-Largeau, Tchad
Years Fallen Apart. Ruins, Development and Autonomy in Faya-Largeau, Chad
Julien Brachet et Judith Scheele
p. 279-305

Résumés

Au cours du siècle écoulé, de nombreuses tentatives externes de mise en valeur rationnelle des ressources locales de l’oasis tchadienne de Faya-Largeau ont eu lieu. Et toutes ont échoué. Partant de l’observation des vestiges qui matérialisent ce constat, l’article montre que ces projets, pour fonctionner, supposaient implicitement une perception et une acceptation de notions de travail, d’investissement et de propriété bien différentes de celles en vigueur dans l’oasis. Ces échecs révèlent ainsi une manière spécifique d’ordonnancement des choses matérielles et du temps à Faya, dont la portée politique peut être un désir d’autonomie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Vivre dans un enchevêtrement d’époques
Des volontés externes de rationalisation : unité et diversité des projets mis en œuvre
Travail, propriété, investissement
L’art de se rendre imprévisible

Aperçu du texte

Faya-Largeau, chef-lieu de la région du Borkou et principale oasis du Sahara tchadien, expose au grand jour les vestiges de son passé. Des membres de la Sanūsiyya aux colons français, des commerçants libyens aux agents de l’État indépendant et aux experts occidentaux du développement, nombreux sont ceux qui s’y sont installés avec la volonté de mettre en œuvre un projet de mise en valeur « rationnelle » des ressources locales. Et tous sont repartis, au bout de quelques années ou quelques décennies, laissant derrière eux des constructions, des techniques, des objets qui, réappropriés pour quelques-uns, ont pour la plupart été oubliés, abandonnés à l’usure du désert, délaissés à l’état de ruines. Selon Ann Stoler, « les formations impériales persistent dans leurs débris matériels » (2008 : 194), tandis que le souvenir des « avenirs ratés » (Ibid. : 202) se matérialise dans ceux des projets de développements avortés : « les ruines sont des sites qui condensent des sens alternatifs de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Brachet et Judith Scheele, « Les années écroulées », L’Homme, 215-216 | 2015, 279-305.

Référence électronique

Julien Brachet et Judith Scheele, « Les années écroulées », L’Homme [En ligne], 215-216 | 2015, mis en ligne le 12 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23977 ; DOI : 10.4000/lhomme.23977

Haut de page

Auteurs

Julien Brachet

Institut de recherche pour le développement, ParisQueen Elizabeth House, University of Oxford, Oxford (Angleterre)

Judith Scheele

All Souls College, University of Oxford, Oxford (Angleterre)

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org