Navigation – Plan du site
Études & essais

Rock des villes et rock des champs

City Rock, Country Rock
Daniel Fabre
p. 233-250

Résumés

En s’appuyant sur une remémoration autobiographique, l’article analyse un moment de mutation de la chanson en se plaçant du point de vue de ses auditeurs et usagers. Il s’agit de l’introduction du rock’n’roll dans deux espaces sociaux contrastés mais liés (un village de montagne et une ville du Languedoc) entre 1958 et 1963. Au village, le rock enregistré, ou joué par les orchestres qui animent les fêtes de village, reste une chanson, inséparable de la danse en couple et de la coutume locale qui ritualise les circonstances de l’éducation sentimentale de la Jeunesse. À la ville, il est occasion d’un contact avec des chanteurs d’un genre nouveau, les rockers, d’une écoute intime et de concerts très agités au cours desquels s’exhibe le « style de vie » violent et transgressif des « jeunes », c’est-à-dire des garçons. En quelques années, cette différence a disparu, emportée par le triomphe d’un nouveau modèle de spectacle de variétés, d’un nouveau lieu de rencontre (la « boîte ») et d’une nouvelle forme de danse où le groupe remplace le couple.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Sous la verte feuillée
Dans la jungle des villes

Aperçu du texte

Une fois les camps d’ombre de la nuit d’été installés, la promenade des jeunes – garçons et filles mêlés – ne s’éloignait guère du carrefour, au centre du hameau principal des Pradelles. Les trois réverbères suspendus haut à l’angle des maisons – dont le mur du nord était uniformément revêtu d’ardoises sombres – traçaient un rond de lumière autour duquel veillaient quelques adultes regroupés sur les chaises qu’ils avaient sorties des cuisines et disposées au bord des chemins qui se croisaient là. Leur surveillance était distraite et nous n’écoutions rien de leurs conversations tant nous étions pris par la grande affaire de chaque soir : chanter et danser.

Pendant les trois mois des vacances dans ce village écarté de la Montagne noire – où presque tous les estivants avaient de la famille ou du moins habitaient les premières maisons vendues à des « étrangers » –, nous formions un groupe dont le principal signe de reconnaissance était, en 1958, la mise en commun des chansons à l’occasio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Fabre, « Rock des villes et rock des champs », L’Homme, 215-216 | 2015, 233-250.

Référence électronique

Daniel Fabre, « Rock des villes et rock des champs », L’Homme [En ligne], 215-216 | 2015, mis en ligne le 12 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23958 ; DOI : 10.4000/lhomme.23958

Haut de page

Auteur

Daniel Fabre

École des hautes études en sciences socialesLaboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (Lahic), Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org