Navigation – Plan du site
Études & essais

Défis et chansons en compagnonnage

Challenges and Songs Within Journeymen’s Society
Nicolas Adell et Julie Hyvert
p. 171-196

Résumés

Les compagnons du Tour de France conçoivent les règles de leur pratique chansonnière en interaction avec d’autres aspects de leur culture d’hommes de métier. À partir d’une ethnographie des chants compagnonniques, cet article cherche à en restituer la logique à l’intérieur du champ des coutumes des différentes sociétés de compagnonnage. En rendant compte des situations à l’intérieur desquelles ces chants sont réalisés, nous avançons l’hypothèse suivante : les chansons de compagnons constituent, sous des formes et à des degrés différents, des défis de reconnaissance qui sont tout à la fois sociaux, cognitifs, affectifs et corporels. Ils sont ainsi le théâtre d’une « lutte pour la reconnaissance » et offrent un point d’observation privilégié du fonctionnement de la société compagnonnique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Tour de chants, ou les cadres sociaux de la chanson compagnonnique contemporaine
L’encadrement du chant
“Il la boira ou il la chantera”, ou le règlement du désordre
Chanteurs et chansons
Chanter en compagnon
Une théorie indigène de la chanson
Des défis et des combats

Aperçu du texte

On trouve dans les sociétés du compagnonnage en France, sociétés vouées à la transmission de métiers artisanaux par le biais d’une pédagogie réglée lors d’un voyage d’apprentissage, le Tour de France, et de rituels d’initiation, une tradition de chansons compagnonniques attestée depuis la fin du xviiie siècle. Elles constituent aujourd’hui encore un élément saillant de la vie collective des compagnons du Tour de France. Ces chansons sont en effet largement mobilisées lors des rassemblements, des plus formels, tels ceux des fêtes patronales, aux plus informels.

Pris dans la trame de la sociabilité compagnonnique et notamment des moments qui la manifestent et la renforcent tout à la fois, le chant est un élément indispensable de la coutume compagnonnique, ritualisée ou non. Il cimente les relations en même temps qu’il les organise et les explicite. Les compagnons reconnaissent dans le chant un moyen d’éducation et un outil traduisant et construisant d’un même mouvement l’unité d’un col...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Adell et Julie Hyvert, « Défis et chansons en compagnonnage », L’Homme, 215-216 | 2015, 171-196.

Référence électronique

Nicolas Adell et Julie Hyvert, « Défis et chansons en compagnonnage », L’Homme [En ligne], 215-216 | 2015, mis en ligne le 12 novembre 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23940 ; DOI : 10.4000/lhomme.23940

Haut de page

Auteurs

Nicolas Adell

Université de Toulouse Jean-JaurèsLaboratoire interdisciplinaire, solidarités, sociétés, territoires (Lisst) – Centre d’anthropologie sociale, Toulouse

Articles du même auteur

Julie Hyvert

École des hautes études en sciences socialesCentre Norbert Elias, Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org