Navigation – Plan du site
Études & essais

Hootenanny au Centre américain

L’invention de la scène ouverte à la française (1963-1975)
Hootenanny at the American Center. Inventing the Open Stage in France (1963-1975)
François Gasnault
p. 149-169

Résumés

Réunion chantée où chante qui veut et ce qu’il veut, très en faveur à la fin des années 1950, aux États-Unis, dans les milieux universitaires et libéraux amateurs de folksongs, le hootenanny est importé à l’American Center de Montparnasse à Paris, en 1963. Il y connaît un succès rapide et durable, sous l’impulsion d’un Français issu de l’émigration juive polonaise, Lionel Rocheman. Le répertoire anglo-américain, d’abord hégémonique, fait droit à d’autres esthétiques, notamment à la chanson française dans toutes ses déclinaisons, chanson traditionnelle incluse. Le hootenanny innove surtout en imposant la formule de la scène ouverte qui remet radicalement en cause la frontière entre artistes et public, l’immense majorité des performers étant des amateurs sans ambition de carrière. Le hootenanny fait figure de matrice du mouvement folk français, en sortant, au moins provisoirement, la chanson traditionnelle de l’ornière essentialiste où l’avait enlisé la politique culturelle du gouvernement de Vichy.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un lieu, un homme
Les rituels, les répertoires et la troupe
L’invention de la scène ouverte et le revival
Un “maître de cérémonie” poussé vers la sortie

Aperçu du texte

Hootenanny ? En traduction littérale, « hululement de nourrice ». Autrement dit, une appellation doucement moqueuse pour caractériser les chants par lesquels sont bercés les enfants et qui sont transmis de génération en génération. Par extension l’intitulé choisi, un peu par antiphrase ou pour redoubler d’ironie, à l’époque du New Deal, aux États-Unis, pour désigner les rassemblements politiques et syndicaux où alternaient discours, débats et séquences chantées de « folk » et « protest songs », genre où s’illustraient alors Woody Guthrie et bientôt Pete Seeger. Comme ces interventions chantées en manière de harangue s’intercalaient de la façon la plus spontanée, le terme s’est appliqué à des réunions dont le motif principal voire exclusif était le chant, non pas délégué à des artistes mais donné à tour de rôle à qui, dans l’assistance, voulait faire entendre sa voix.

Au début des années 1960, le mot comme la pratique qu’il recouvrait ont traversé l’Atlantique et se sont fixés à Paris...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Gasnault, « Hootenanny au Centre américain », L’Homme, 215-216 | 2015, 149-169.

Référence électronique

François Gasnault, « Hootenanny au Centre américain », L’Homme [En ligne], 215-216 | 2015, mis en ligne le 12 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23928 ; DOI : 10.4000/lhomme.23928

Haut de page

Auteur

François Gasnault

Ministère de la CultureLaboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (Cnrs-Ehess), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org