Navigation – Plan du site
Études & essais

Elle trotte, danse et chante, la midinette !

Univers sonore des couturières parisiennes dans les chansons (xixe-xxe siècles)
She Can Trott, Dance and Sing The “Midinette” (19th-20th Centuries)
Anne Monjaret et Michela Niccolai
p. 47-79

Résumés

La « midinette » s’affirme comme figure au courant du xixe siècle. Ce terme vient de la contraction de « midi » et de « dînette », en référence aux ouvrières parisiennes, notamment celles travaillant dans la mode, qui allaient « faire dînette » à midi. Anne Monjaret et Michela Niccolai s’attachent ici à ses représentations dans la chanson française du xixe et du xxe siècle. Cette figure féminine urbaine et populaire a inspiré nombre de paroliers. Ainsi, la chanson apparaît comme un bon analyseur d’une construction sociale de la féminité. Dans les chansons, cette jeune fille en fleur est montrée seule ou en groupe, accompagnée d’oiseaux, parfois en cage. Elle est décrite chantant dans l’atelier, fredonnant dans la rue, même le retentir de ses pas sur les pavés se transforme en bande-son de son aller-retour entre la mansarde et le lieu de travail. Les références au registre musical sont constantes. La midinette est une figure qui est chantée et qui chante.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Physionomie de la midinette ou la construction morale du féminin populaire
À l’origine de la figure, des histoires
La midinette, un joli minois
Une jeune fille en fleur proche de la nature
Le personnage masculin, oiseau de mauvais augure
“Mademoiselle de Paris” : la midinette, une fille de la ville
Un décor typiquement parisien
Sous les pas des midinettes, une musique
Le travail en chantant
Du silence de l’aiguille au bruit de la machine à coudre
Quand les voix s’élèvent : de la fête à la lutte
Le temps d’une valse
Fuir l’étroitesse du logis
Sur des pas de danse
“Comme un oiseau…”
Un petit oiseau en cage, fragile et solitaire
Une nuée de moineaux
Le jeu de la dérision ou les expressions de la critique sociale
La voix des midinettes, une scène féminine, musicale et urbaine

Aperçu du texte

Dès la fin du xixe siècle, l’archétype de la « midinette » apparaît, lui-même associé à celui plus ancien de la grisette. Il appartient au Paris féminin (Retaillaud-Bajac 2013), au Paris ouvrier féminin.

La midinette est ouvrière ou vendeuse dans le secteur de la mode : elle est considérée comme une citadine (elle parcourt la ville), comme indépendante, socialement (elle travaille) et moralement (elle habite seule, un petit logement sous les toits).

Le terme de « midinette » viendrait de la contraction de « midi » et de « dînette », en référence à ces ouvrières qui allaient « faire dînette » à midi, à l’heure du déjeuner. L’emploi du terme au singulier renvoie à une présentation du personnage et de son état d’âme, alors que son emploi au pluriel tend à caractériser la vie de groupe de ces femmes et leur condition sociale.

Nous nous proposons ici de camper la figure de la midinette, personnage à la frontière des mondes ouvrier et bourgeois, indissociable de Paris, sans pour autant rentr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Monjaret et Michela Niccolai, « Elle trotte, danse et chante, la midinette ! », L’Homme, 215-216 | 2015, 47-79.

Référence électronique

Anne Monjaret et Michela Niccolai, « Elle trotte, danse et chante, la midinette ! », L’Homme [En ligne], 215-216 | 2015, mis en ligne le 12 novembre 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23887 ; DOI : 10.4000/lhomme.23887

Haut de page

Auteurs

Anne Monjaret

Centre national de la recherche scientifique, École des hautes études en sciences sociales,Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture, Paris

Articles du même auteur

Michela Niccolai

Bibliothèque historique de la Ville de Paris – Association de la régie théâtrale, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org