Navigation – Plan du site
Études & essais

Que reste-t-il... ?

Quatre figures de la nostalgie chantée
“What Remains”...?. Four Figures of Singing Nostalgia
Daniel Fabre
p. 15-46

Résumés

« Nostalgie » est un terme créé à la fin du xviie siècle pour désigner le « mal du pays » qui peut conduire à la mort. L’exil est sa cause, les mercenaires suisses sont ses victimes de prédilection surtout quand ils entendent le chant des bergers de leurs montagnes. En suivant Rousseau, Nerval et Leiris, trois écrivains particulièrement attentifs aux relations entre chanson et mémoire, l’article met en évidence quatre figures de la nostalgie toutes liées au retour de mélodies entendues et apprises. La première relève de la mémoire collective ritualisée, la seconde de la construction intime du sujet biographique, la troisième d’une esthétique romantique de l’irréversibilité du temps, la quatrième d’un dispositif de mise en abyme dans lequel la chanson ne cesse de reprendre son passé devenu le passé commun et d’en faire un produit de consommation délectable. Entre ces figures s’affirme la configuration de la chanson comme un « nom propre » menacé par l’oubli.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Rousseau : chanson et regret
Digression : la mémoire, les sons et les mots
Un mal enchanteur
Air du temps : la nostalgie partout

Aperçu du texte

Écrite en 1942, une chanson de Charles Trenet nous ouvre la voie vers une source prolifique du répertoire enregistré moderne. Le premier couplet et le long refrain proposent l’introduction la plus complète à notre propos :

Ce soir le vent qui frappe à ma porte
Me parle des amours mortes
Devant le feu qui s’éteint
Ce soir c’est une chanson d’automne
Dans la maison qui frissonne
Et je pense aux jours lointains.

Que reste-t-il de nos amours
Que reste-t-il de ces beaux jours
Une photo, vieille photo
De ma jeunesse
Que reste-t-il des billets doux
Des mois d’avril, des rendez-vous
Un souvenir qui me poursuit
Sans cesse
Bonheur fané, cheveux au vent
Baisers volés, rêves mouvants
Que reste-t-il de tout cela
Dites-le moi
Un petit village
Un vieux clocher
Un paysage
Si bien caché
Et dans un nuage
Le cher visage
De mon passé.

Ainsi sont articulés, sur un rythme de valse lente, une impression sonore et un sentiment retrouvé : ces amours, dont il ne reste qu’une énumération d’objets, de moments et d’images fanées, sont m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Fabre, « Que reste-t-il... ? », L’Homme, 215-216 | 2015, 15-46.

Référence électronique

Daniel Fabre, « Que reste-t-il... ? », L’Homme [En ligne], 215-216 | 2015, mis en ligne le 12 novembre 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23872 ; DOI : 10.4000/lhomme.23872

Haut de page

Auteur

Daniel Fabre

École des hautes études en sciences socialesLaboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (Lahic), Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org