Navigation – Plan du site
Études & essais

Énoncer une “identité” pour sortir de l’invisibilité

La circulation des populations entre les catégories légales (Brésil)
Announcing an “Identity” to Escape Invisibility. The Flow of Populations Between Legal Categories (Brazil)
Véronique Boyer
p. 7-36

Résumés

À partir d’une étude de cas en Amazonie brésilienne, l’article traite d’un processus de bifurcation identitaire au sein de populations rurales qui se percevaient dix ans plus tôt comme semblables. L’examen de la construction et des registres des énoncés « indiens » et quilombolas met en évidence des logiques communes d’ajustement aux catégories légales, ainsi que des valeurs, références et attentes partagées. Dans ce que l’on peut dès lors considérer comme une même formation sociale, domine une conception de l’ethnicité comme exercice d’un droit constitutionnel et choix personnel qui autorise les repositionnements et la circulation entre les catégories ethniques, celle-ci étant cependant contrainte, d’une part, par les rapports de force locaux et, d’autre part, par le cadre juridique imposé par l’État.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Énoncer son indianité pour “s’assumer”
Indiens et indigènes : penser la différence
La “revitalisation” de la culture : une démarche nécessaire
Se déclarer quilombola en donnant des preuves de la généalogie africaine
Normes ethniques, pratiques flexibles
La volonté de s’assumer ou se déclarer : un choix personnel et un droit constitutionnel
L’ethnicité pour sortir d’un état d’indifférenciation
La disqualification réciproque des “identités”

Aperçu du texte

En Amazonie brésilienne, des populations rurales reçoivent, comprennent, réinterprètent et s’emparent des diverses catégories identitaires aujourd’hui légalement reconnues. La conception binaire de la période de la conquête, où l’Indien était opposé au Blanc, a en effet progressivement cédé la place à une autre, multi-catégorielle, permettant de nommer les formations sociales issues de la colonisation et de la traite négrière. Au cours des deux dernières décennies du xxe siècle, l’institutionnalisation de certains termes classificatoires (outre les Indiens, les quilombolas comme descendants des esclaves fugitifs et les « populations traditionnelles » comme paysannat, mais aussi les Tsiganes et les Poméraniens, des groupes numériquement moins importants) s’est accompagnée de l’attribution de droits territoriaux, ainsi que du développement de programmes de santé et d’éducation spécifiques. Depuis lors, les émergences ou résurgences ethniques ne cessent de se multiplier comme si, encou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Boyer, « Énoncer une “identité” pour sortir de l’invisibilité », L’Homme, 214 | 2015, 7-36.

Référence électronique

Véronique Boyer, « Énoncer une “identité” pour sortir de l’invisibilité », L’Homme [En ligne], 214 | 2015, mis en ligne le 18 mai 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23792 ; DOI : 10.4000/lhomme.23792

Haut de page

Auteur

Véronique Boyer

Centre national de la recherche scientifiqueCentre de recherches sur les mondes américains (Umr 8168/EhessCerma), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org