Navigation – Plan du site
Études & Essais

Mary Douglas et la Bible

La (re)conversion d’une anthropologue
Mary Douglas and the Bible. The (re)Conversion of an Anthropologist
Christophe Lemardelé
p. 139-158

Résumés

De Purity and Danger dans les années 1960 à Leviticus as Literature trente ans plus tard, le parcours de l’anthropologue britannique Mary Douglas peut sembler être le simple passage d’un intérêt quelque peu « exotique » pour la Bible à un véritable intérêt intellectuel et scientifique. En effet, après avoir choisi « Les abominations du Lévitique » comme exemple à sa démonstration sur les notions de pureté et d’impureté, l’anthropologue en venait à étudier l’exemple pour lui-même. Mais à y regarder de plus près, on peut penser aussi qu’il ne s’est pas seulement agi d’une évolution plus ou moins limpide, on peut même penser qu’il y a une rupture dans le parcours. Non seulement Mary Douglas a cessé d’être anthropologue en devenant bibliste, mais elle est totalement revenue sur ses premiers pas pour en effacer les traces et suivre celles d’un rabbin philologue au pas très assuré : Jacob Milgrom. Pourtant, malgré l’hétérogénéité des facteurs contextuels d’explication, la clé d’interprétation énoncée par Douglas en 1966 garde toute sa pertinence.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Mary Douglas socio-anthropologue
Philologie versus anthropologie
Mary Douglas bibliste
Théologie versus anthropologie
Excursus : la taxonomie biblique

Aperçu du texte

Le 16 mai 2007, deux ans avant Lévi-Strauss, disparaissait la célèbre anthropologue britannique Mary Douglas. La presse a fait état de cette disparition (Le Monde, The Guardian), rendant hommage au travail prolifique et très original de l’ethnologue, notant au passage que sa fin de carrière fut occupée par des publications « bibliques » (livres et articles). Mais, comme dans tout hommage, le parcours est lissé au point de faire disparaître toute aspérité, donnant à penser que la carrière fut maîtrisée de bout en bout, comme suivant un fil logique ou un plan d’ensemble déterminé plus ou moins consciemment dès les premières publications. Or, la réalité est tout autre, car il y a un écart important – voire une contradiction profonde – entre Mary Douglas anthropologue et Mary Douglas bibliste.

Les spécialistes des sciences bibliques ne semblent guère s’en rendre compte – ni même le sociologue s’intéressant à ce milieu scientifique –, tant le prestige de l’anthropologue suffit sans qu’il ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Lemardelé, « Mary Douglas et la Bible », L’Homme, 212 | 2014, 139-158.

Référence électronique

Christophe Lemardelé, « Mary Douglas et la Bible », L’Homme [En ligne], 212 | 2014, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23763 ; DOI : 10.4000/lhomme.23763

Haut de page

Auteur

Christophe Lemardelé

Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org